Félix Éboué, administrateur colonial et résistant.

Félix Éboué, né le 26 décembre 1884 à Cayenne (Guyane) et mort le 17 mai 1944 au Caire, est un administrateur colonial, résistant de la première heure durant la Seconde Guerre mondiale et homme politique français. Humaniste, franc-maçon, il est membre de la SFIO jusqu’en septembre 1939. Sitôt la France hexagonale occupée par les armées du IIIe Reich, étant le gouverneur du Tchad, alors possession coloniale française, il range le territoire du côté de la France libre dès qu’il entend l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle. Il donne ainsi officiellement à la France libre les attributs légaux d’un État souverain. Depuis le 20 mai 1949, Félix Éboué repose au Panthéon.


Félix Éboué est né le 26 décembre 1884 rue Christophe-Colomb à Cayenne, d’une famille originaire de Roura, issue de « nouveaux libres » (esclaves émancipés par l’abolition de 1848). Il est le quatrième d’une famille de cinq enfants, dont quatre frères : Yves, Edgard, Max, Félix le cadet et une sœur, Cornélie, mariée plus tard à Félix Gratien et qui a cinq enfants : Clérence, Yves (neveu et filleul de Félix Éboué qui a deux filles : Florence et Isabelle Gratien), Aurélia, Élie (qui a deux enfants Évelyne et Raymond Gratien), et Solange Gratien. Les trois frères de Félix Éboué ne sont pas mariés et meurent jeunes par noyade ou ayant contracté des maladies comme chercheurs d’or. Son père, Yves Urbain Éboué, est orpailleur, d’abord sur le placer « Enfin » (Haute Mana), puis directeur-adjoint du placer « Dieu Merci ».

Après de brillantes études à Cayenne, il obtient en 1898 une bourse d’étude pour la France hexagonale et part pour Bordeaux, inscrit au lycée Montaigne. Dans la capitale girondine, en complément de ses études, Félix Éboué s’adonne au sport et particulièrement au football et devient capitaine de l’équipe du lycée, les « Muguets ». Avec celle-ci, il se rend à Strasbourg, en Belgique et en Angleterre. Ces déplacements lui permettent d’étudier sur le vif le tempérament des joueurs et des habitants des régions visitées. Les comptes rendus des journaux régionaux (Le Phare de la Loire, Le Populaire) enregistrent les succès de l’équipe bordelaise et rendent avec détails, l’entrain et l’adresse d’un joueur noir de cette équipe auquel est due en grande partie la victoire. Sous les couleurs du Stade bordelais UC (SBUC) et du Sporting club universitaire de France (SCUF), il connaît les joies du stade. Il obtient à Bordeaux son baccalauréat de lettres, puis va s’installer à Paris où il suit des études de droit tout en suivant l’enseignement de l’École coloniale (où sont formés les administrateurs de la France d’outre-mer). Il obtient en 1908 sa licence à la faculté de droit.

Élève administrateur des colonies, puis administrateur-adjoint Félix Éboué est affecté en 1910 en Afrique-Équatoriale française à Madagascar, puis en Oubangui-Chari (actuelle République centrafricaine). Il s’efforce d’apprendre les usages et coutumes de ses administrés, ce qui lui permet de mieux asseoir son administration. Ainsi, il fait publier en 1918 une étude sur les langues sango, banda et mandja.

Son approche de l’administration tenant compte de l’épanouissement des valeurs humaines et sociales dans la concertation et le respect des traditions africaines est très appréciée. Il a également été au conflit contre plusieurs groupes de la région, notamment celles dirigées par Morouba. Il est nommé en 1927 chevalier de la Légion d’honneur sur la proposition du ministre de l’Instruction publique. Il est nommé administrateur chef en 1932.

Il passe vingt années de service en Afrique-Équatoriale française.

Durant trois congés successifs, Félix Éboué revient en Guyane retrouvant sa famille et ses amis et partageant avec eux souvenirs et expériences africaines. C’est ainsi qu’il fait découvrir l’écrivain René Maran, Martiniquais né à Fort de France, adjoint des Affaires civiles en A.É.F., qui en 1921 reçoit le prix Goncourt pour son roman Batouala.

Félix Eboué, épreuve d’artiste, signée.

Sa mère meurt en 1926, rejoignant son père disparu des années auparavant.

Félix Éboué est nommé secrétaire général en Martinique, de juillet 1933 à janvier 1934 pour remplacer le gouverneur titulaire parti en congé pour deux ans.

Après un passage au Soudan français, il est élevé au rang de gouverneur et nommé en Guadeloupe en 1936. C’est le premier noir à accéder à un grade aussi élevé. En Guadeloupe, il met en pratique son esprit de conciliation dans un contexte social trouble. À l’occasion de la remise solennelle des prix le 1er juillet 1937 au lycée Carnot de Pointe-à-Pitre, il adresse à la jeunesse d’outre-mer son célèbre discours « Jouer le jeu » dont voici quelques extraits :

« Jouer le jeu, c’est être désintéressé.
Jouer le jeu, c’est piétiner les préjugés, tous les préjugés et apprendre à baser l’échelle des valeurs sur les critères de l’esprit.
Jouer le jeu, c’est mépriser les intrigues et les cabales, ne jamais abdiquer, malgré les clameurs ou menaces, c’est poursuivre la route droite qu’on s’est tracée.
Jouer le jeu, c’est savoir tirer son chapeau devant les authentiques valeurs qui s’imposent et faire un pied-de-nez aux pédants et aux attardés.
Jouer le jeu, c’est aimer les hommes, tous les hommes et se dire qu’ils sont tous bâtis sur une commune mesure humaine qui est faite de qualités et de défauts.
Jouer le jeu, c’est mériter notre libération et signifier la sainteté, la pureté de notre esprit… ».

Devant la menace d’un futur conflit, il est nommé en 1938 gouverneur du Tchad, avec pour mission d’assurer la protection de la voie stratégique vers le Congo français ; il fait construire les routes qui permettront en janvier 1941 à la colonne Leclerc de remonter rapidement à travers le Tibesti vers l’Afrique du Nord.

Dès le 18 juin 1940, Félix Éboué se déclare partisan du général de Gaulle, dont il entend l’appel à la radio. Le 26 août, à la mairie de Fort-Lamy, il proclame, avec le colonel Pierre Marchand, commandant militaire du territoire, le ralliement officiel du Tchad au général de Gaulle, donnant ainsi « le signal de redressement de l’Empire tout entier » et une légitimité politique à la France libre, jusqu’alors dépourvue de tout territoire. René Pleven, envoyé du général de Gaulle assiste à cette proclamation. Le 15 octobre Félix Éboué reçoit le général de Gaulle à Fort-Lamy, qui va le nommer, le 12 novembre, gouverneur général de l’Afrique-Équatoriale française. Le 29 janvier 1941, il figure parmi les cinq premières personnes à recevoir du général de Gaulle la croix de l’ordre de la Libération. Il transforme l’A É.F. en une véritable plaque tournante géostratégique d’où partent les premières forces armées de la France libre, conduites par les généraux de Larminat, Kœnig et Leclerc.

Résidant à Brazzaville, il organise une armée de 40 000 hommes et accélère la production de guerre où il peut enfin appliquer la « politique indigène » qu’il a eu le temps de mûrir au cours de sa longue carrière.

À l’exemple de Lyautey, il souhaite que les autochtones puissent conserver leurs traditions et pense que l’appui des chefs coutumiers est indispensable. Il combat pour l’insertion de la bourgeoisie indigène dans la gestion locale. Il consigne toutes ses idées dans son étude intitulée La Nouvelle Politique indigène pour l’Afrique équatoriale française.

La conférence des hauts dirigeants administratifs des territoires africains tenue à Brazzaville le 22 janvier 1944 retient la thèse d’Éboué sur l’assimilation. Il ne voit pas les réalisations issues de cette conférence. Fatigué, il part se reposer en Égypte, après avoir séjourné en Syrie. Il meurt d’une congestion cérébrale au Caire le 17 mai 1944 entouré de sa femme, de sa fille et de son fils cadet.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.