Eugen Lovinescu, écrivain.

Eugen Lovinescu était un homme de lettres roumain (né le 31 octobre 1881 à Fălticeni et mort le 16 juillet 1943 à Bucarest), père de Monica Lovinescu et oncle d’Anton Holban.


Eugen Lovinescu (né le 31 octobre 1881, à Fălticeni – décédé le 16 juillet 1943, à Bucarest ) était un critique littéraire, théoricien de la littérature roumaine et sociologue de la culture. On lui doit la théorie du synchronisme et de la mutation des valeurs esthétiques.

Il suivit les cours du collège de Fălticeni, puis du lycée Costache Negruzzi de Iași entre 1896 et 1899. Il obtint sa licence en lettres classiques à l’Université de Bucarest, en 1903. De 1904 à 1906 il enseigna le latin à Ploiești, puis aux lycées Matei Basarab et Mihai Viteazul de Bucarest.

C’est en 1903 qu’il débuta, dans le supplément littéraire du journal Adevărul [La Vérité] avec un article en marge de ses travaux en lettres classiques.

En 1904, il commença à collaborer au journal Epoca [L’Époque] avec des prises de positions sur Mihail Sadoveanu. Il poursuivit avec des critiques sur des auteurs comme Octavian Goga, Șt.O.Iosif, Alexandru Brătescu-Voinești, Ion Gorun, Ion Agârbiceanu, Emil Gârleanu, qu’il a réunies dès 1906 dans deux volumes intitulés Pași pe nisip… [Pas sur le sable]. Il s’agit des prémices de ses futures confrontations d’idées avec Nicolae Iorga ou Garabet Ibrăileanu.

Lovinescu, carte maximum, Roumanie.

De 1906 à 1909, il vécut à Paris, où il soutint sa thèse de doctorat, Jean-Jacques Weiss et son œuvre littéraire, sous la direction d’Émile Faguet et complétée par la publication de Les voyageurs français en Grèce au XIXe siècle.

Il publia plusieurs biographies sur : Grigore Alexandrescu  (1910), Constantin Negruzzi (1913), ou Gheorghe Asachi (1921).

Il tenta, à la même époque de briguer un poste universitaire à Iași où on lui préféra Garabet Ibrăileanu, puis à Bucarest ou il dispensa un cours sur le romantisme.

Il anima, jusqu’à la fin de sa vie, le cénacle littéraire Sburătorul [Le Sylphe] et dirigea la revue du même nom.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.