Ernst Rudorff, pianiste et compositeur.

Ernst Rudorff (né à Berlin le 18 janvier 1840 – mort le 31 décembre 1916 dans la même ville) est un compositeur allemand, également un pianiste, un pédagogue et un précoce défenseur de la nature.


Rudorff a été de 1852 à 1857 l’élève de Woldemar Bargiel. À partir de 1859, il a étudié au Conservatoire de Leipzig, où il a été l’élève d’Ignaz Moscheles, de Louis Plaidy, et de Julius Rietz. De plus, il recevait en privé  l’enseignement de Moritz Hauptmann et de Carl Reinecke. En 1865, il est devenu professeur de piano au Conservatoire de Cologne, où en 1867, il a fondé le Bach-Verein Köln. En 1869, il est devenu Professeur à la Königliche Hochschule für Musik à Berlin-Charlottenburg, où il a travaillé jusqu’à sa retraite. De 1880 à 1890, il a dirigé comme successeur de Max Bruch le Conservatoire Stern.

Les compositions de Rudorff appartiennent à la Musique romantique et reflètent l’influence de Robert Schumann. Il appartenait au cercle dénommé des „Berliner Akademiker“, qui comprenait entre autres Friedrich Kiel, Max Bruch et Heinrich von Herzogenberg.

Il a édité l’Euryanthe de Carl Maria von Weber, les concertos de piano et les sonates pour piano de Wolfgang Amadeus Mozart ainsi que les lettres de Weber à Heinrich Lichtenstein.

Rudorff, carte maximum, Berlin, 1990.

Ernst Rudorff a passé une grande partie de sa jeunesse, sur le Gut Knabenburg familial à Lauenstein dans la commune de Salzhemmendorf, un village dans le Leinebergland en Basse-Saxe. Plus tard, il y venait régulièrement en été avec sa famille depuis Berlin. Il a acheté les ruines du château de Lauenstein avec la colline autour, sur laquelle un débit de bière devait être construit, ceci pour préserver et maintenir le domaine public.

Rudorff a assisté à l’arrivée des «temps nouveaux» dans le lieu idyllique de son enfance avec les effets des remembrements. Il a sauvé à Lauenstein d’anciens chênes le long d’un chemin, a empêché que l’on aménage dans une prairie des clôtures et a mis en place là des haies le long du ruisseau. Il a réussi de cette manière à préserver la richesse des espèces.

En 1886, il a demandé dans une pétition la protection des particularités de la région et dans son journal intime, on trouve qu’il envisageait la création d’une “Association pour la Protection de la Nature”. De nombreux éléments caractéristiques du paysage dans et autour de Lauenstein n’existeraient pas aujourd’hui sans son travail.

En 1897, Rudorff a inventé le mot “Protection de la terre natale” (Heimatschutz) dans un exposé détaillé de ses idées et des exigences qui en découlaient.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.