Dmitri Likhatchov, spécialiste de la littérature russe.

Dmitri Sergueïevitch Likhatchov (en russe : Дми́трий Серге́евич Лихачёв, Dmitri Sergueïevitch Likhatchiov), né le 28 novembre 1906 à Saint-Pétersbourg, mort le 30 septembre 1999 à Saint-Pétersbourg) est un universitaire soviétique considéré comme l’un des meilleurs spécialistes du vieux russe et de sa littérature.


L’enfance de Dmitri Likhatchov se passe entre Saint-Pétersbourg et Kuokkala. Dans les années 1911-1912, son père travaille à Odessa et la famille s’installe à Mishor, une localité à 15 kilomètres au sud-ouest de Yalta.

En 1914-1915 il est scolarisé au gymnase de la Société philanthropique impériale, en 1916-1920, à l’école de Karl Johann May de Pétrograd, puis à partir de 1923 à l’école du travail unifié.

Étudiant à la faculté linguistique de l’Université d’État de Léningrad, il est arrêté le 8 février 1928, pour avoir fait partie du cercle des étudiants appelé Académie cosmique des sciences. Condamné à cinq ans de travaux forcés, il est détenu jusqu’en novembre 1931 dans le camp de travail pénitentiaire SLON, puis transféré à Belbaltlag dont les prisonniers sont affectés à la construction du canal de la mer Blanche.

Libéré en 1932, avant l’issue de sa peine, il retourne à Léningrad et devient rédacteur des éditions de littérature socio-économique appelés Socekgiz. Il publie à cette époque l’article Caractéristiques primitives du langage des voleurs dans le recueil édité par l’Institut de recherche linguistique de l’Académie des sciences d’URSS sous la direction du linguiste marxiste Nicolas Marr. Il est officiellement réhabilité à la demande d’Alexandre Karpinski en 1936.

Maître de conférences à l’Institut de littérature russe de l’Académie des sciences à partir de 1938, il y est nommé professeur associé en 1941 et soutient la même année une thèse de candidat des sciences sur le thème des Chroniques de Novgorod du XIIe siècle.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il se retrouve pris dans le siège de Léningrad et ne sera évacué par la route de la vie qu’en juin 1942 vers Kazan.

Depuis 1946, il est maître de conférences, puis, en 1951-1953, professeur à l’Université d’État de Léningrad. Entre-temps en 1947, on lui attribue le grade de doktor nauk pour ses Essais sur l’histoire des formes littéraires des chroniques russes des XIe – XVIe siècles. Sa contribution au second volume de l’ouvrage collectif Histoire de la culture de Rus’ de Kiev est récompensée par un prix Staline en 1952.

En 1953, il est élu membre correspondant de l’Académie des sciences de l’URSS. En 1955, membre du Bureau du Département de Littérature et Langues de l’Académie des Sciences. En 1956, membre de la Commission archéographique de l’Académie des Sciences de l’URSS. En 1974, membre du Bureau de la Commission archéographique de l’Académie des Sciences.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.