Dennis Oppenheim, artiste contemporain.

Dennis Oppenheim est un sculpteur, né en 1938 à Electric City, État de Washington (États-Unis), et mort à New York, le 22 janvier 2011, est un artiste contemporain américain.


Dennis Oppenheim naît le 6 septembre 1938. En 1964 il est diplômé d’un Bachelor of fine arts au California College of Fine Arts and Craftsd’Oakland puis à l’université Stanford de Palo Alto d’un Master of Fine Arts durant l’année 1965.

Oppenheim s’intéresse à ce à quoi peut nous servir l’art et par conséquent à l?influence que peut avoir un artiste, son rôle. Connu en tant qu’artiste du Land Art, c’est également un artiste conceptuel c’est par ailleurs un praticien de l’art corporel. Il se distingue en cela des autres Land artistes, comme Michael Heizer ou Robert Smithson, qui dans un élan héroïque se sont illustrés dans leur confrontation avec la nature. Le travail d’Oppenheim est avant tout social, il a des revendications politiques, sont but premier n’est pas d’assister à la transmission et l’éternité de ses œuvres.

Oppenheim développera avec Robert Smithson et Micael Heizer ses touts premiers Earthworks : ce sont des actions qui interviennent sur la nature elle-même qui sont à l’opposé d’un travail en atelier ou même d’un objet artistique figé.

Dennis Oppenheim rencontrera à New York Robert Smithson et Vito Acconci vers la fin des années 60. Leurs interrogations sur l’objet, la remise en cause du marché de l’art, les lieux de trafics, va permettre à Dennis Oppenheim de s’exercer sur la nature, sur des lieux ouverts et en perpétuels changements.
Oppenheim, ainsi que le fait Vito Acconci, va se servir de son propre corps pour faire passer l’energie, lui permettre de circuler.

Avec au départ, la majoration du processus de création en en se référant à une base intellectuelle riche et à des connaissances théoriques, Dennis Oppenheim va s’interroger sur la réalisation rapide de l’œuvre sans se préoccuper d’avoir un produit terminé, sans création d’objets.
Dans ses installations Dennis Oppenheim va discuter des la situation dans laquelle se trouve un créateur. Il va pour cela s’aider d’une marionnette, elle sera son substitut pour représenter sa réflexion.

Dans les années 1967-1969, D. Oppenheim va intervenir sur et travailler la glace. Avec Annual Rings (1968), il représente sur cette surface des cercles concentriques, ce de part et d?autre d’un cours d’eau. Avec Boudary Split (1968), il va creuser dans cette matière jusqu’à ce que l’eau jaillisse. Autres interventions : dans (Directing seeding (1969) ou Canceled Crop (1969)). Grâce à ses actions il va permettre de proposer une réflexion sur l’intervention de l’homme dans la nature. Pour garder des traces de ces propositions, il utilise la photographie ainsi que le film cinématographique. Les films et les œuvres photographiques de Dennis Oppenheim sont à la fois des œuvres à part entières et des documents. Ces documents ont valeur de témoignage pour toutes les actions qu’il a entreprises. En 1970, il se sert de ses photographies insérées des collages de textes et de cartes. Leur ouverture va permettre au spectateur de revoir sous un nouveau jour l’action et ainsi d’être à son tour un lieu d’expérimentation et d’introspection.

De 1969 à 1972, Dennis Oppehiem promue son propre corps. Dans Material interchangeable (1970), il brise un ongle entre les planches d’un parquet d’une galerie. Dans Protection (1971), il met en scène des chiens policiers devant l’entrée du musée de Boston reliant ainsi, la peur qu’invoque ces chiens et leur comportement dressé, chien et artiste, domaine commun culturel et musée. Avec Parallèle Stress, il va placer son corps de façon à être en équilibre entre deux blocs de béton.

À partir de 1972, il ne se met plus en scène dans ses œuvres. Ce sont des objets qu’il prend parti de mettre au premier plan, ceci ayant pour but de créer un état de peur, d’inconfort à la fois physique et mental chez le spectateur. Ainsi avec Falling Room (1979), il va délester une cage pour qu’elle soit projetée dans une structure d’aluminium, proche d’un immeuble.

Pour Dennis Oppenheim, la pensée ne permet pas une réelle réalisation d’une œuvre, il faut s’en débarrasser.

Il meurt le 21 janvier 2011 après un cancer du fo

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.