Davit Guramishvili, poète.

Le prince Davit Guramishvili (1705 – 21 juillet 1792) était un poète géorgien qui a écrit les plus belles pièces de la littérature géorgienne pré- romantique . Ses talents poétiques ont prospéré loin de sa patrie, étant contraint par des malheurs personnels et des troubles en Géorgie à passer plusieurs années dans le service militaire russe jusqu’à sa retraite dans son petit domaine ukrainien à Myrhorod où il a fait quatre-vingt-sept ans de sa vie tragique et turbulente. en un cycle de poésie autobiographique, le Davitiani, qu’il a envoyé en Géorgie par l’intermédiaire d’une ambassade géorgienne de retour de l’empire russe en 1787.


Né dans le village de Gorisubani dans la famille princière géorgienne (tavadi) de Guramishvili (une branche de la grande maison Amilakhvari ), Davit Guramishvili a passé ses premières années dans son domaine patrimonial près de Saguramo . À l’âge de dix-huit ans, il a participé à la bataille de Zedavela, qui a entraîné la défaite du roi Vakhtang VI de Kartli aux mains de l’ armée ottomane , des membres du clan du Daghestan et des Géorgiens renégats qui ont plongé la Géorgie dans l’anarchie totale. Cette période est relatée dans plusieurs sections du Davitiani de Guramishvili conventionnellement appelé les Afflictions de Géorgie.

En 1727/8, Guramishvili fut arraché à sa fiancée par les membres de la tribu en maraude du Daghestan et passa plusieurs mois en captivité avant de réussir à s’échapper et à se diriger à pied vers le nord. À travers les  montagnes sans chemin, il a continué son chemin dans la vallée de Terek où il a rencontré une station cosaque . De là, se dirigea vers Moscou et rejoignit l’entourage du roi Vakhtang VI dans leur exil russe. Le récit sincère et vivant de son emprisonnement, de son désespoir et de ses tentatives d’évasion, et son réconfort religieux forment les vingt-cinq prochains poèmes de son recueil.

À Moscou, il s’est engagé dans les entreprises culturelles et éducatives du Vakhtang. Après la mort du roi en 1737, ses nobles, dont Guramishvili, ont promis leur fidélité à la couronne russe et ont rejoint l’armée impériale, formant un régiment de hussards géorgiens . A cette occasion, Guramishvili a reçu des domaines à Myrhorod et Zubovka en Ukraine. En tant qu’officier du hussard russe, il a combattu dans les guerres contre l’Empire ottoman (1735-1739) , la Suède (1741-1743) et dans la guerre de Sept Ans (1756-1763) au cours de laquelle il a été blessé et capturé par l’ armée prussienne . Ce n’est qu’en décembre 1759 qu’il est libéré du Magdebourgprison et autorisé à retourner en Russie. Invalidé, Guramishvili a pris sa retraite du service militaire et s’est retiré dans son domaine où il a vécu avec sa jeune épouse la princesse Tatiana Avalishvili.

Ici, il a présenté les moulins à eau géorgiens à la paysannerie ukrainienne et a écrit des poèmes de lamentation, de repentance et de console des malheurs de la Géorgie et de sa propre vie. Outre le sous-texte folklorique géorgien, il a également exploité des motifs russes, ukrainiens et polonais et a combiné, selon les mots du professeur Donald Rayfield , « deux éléments apparemment incompatibles, l’ascétisme spirituel du psalmiste géorgien et l’hédonisme charnel du paysan russe ».

Davit Guramishvili, entier postal, Ukraine.

Un passage surprenant de la ferveur religieuse à l’érotisme ludique s’ensuit dans Zubovka, une chanson de badinage avec une paysanne. Le plus vernal et pastoral de ses poèmes, Katsvia le berger est une idylle surréaliste dans laquelle le poète raconte la vie de famille des montagnes géorgiennes et imagine l’Eden Géorgie sans guerre, corruption et calamité naturelle. Toute la compilation se termine par un retour à la contemplation religieuse, avec le testament et l’épitaphe du poète.

En 1787, à l’âge de 82 ans, Guramishvili rencontre par hasard le prince géorgien Mirian , envoyé par son père le roi Héraclius II de Géorgie en mission diplomatique en Russie. Mirian a apporté le manuscrit de Guramishvili en Géorgie où il a été publié en 1870. En 1792, le poète est mort et a été enterré à l’église de l’Assomption à Myrhorod.

Sources : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.