Daniel Boulanger, écrivain.

Daniel Boulanger, né le 24 janvier 1922 à Compiègne et mort le 27 octobre 20141 à Senlis, est un écrivain, poète, scénariste, dialoguiste, auteur de théâtre et acteur français.

Membre de l’académie Goncourt à partir de 1983, il en démissionne en 2008.


Daniel Boulanger est né le 24 janvier 1922 à Compiègne, dans l’Oise.

Il fait ses études dans l’Aisne au petit séminaire Saint-Charles de Chauny. Après ses études, il entend se consacrer à l’enseignement et devient  instituteur. Peu après la Seconde Guerre mondiale, il s’exile un temps au Brésil où il est professeur de français. Son salaire insuffisant le contraint toutefois à se faire courtier en tableaux d’art. En 1946, il quitte  précipitamment l’Amérique de Sud et s’installe au Tchad pour occuper un poste de rédacteur aux Affaires économiques.

De retour en France, il publie des romans, des nouvelles, et rédige des scénarios et dialogues pour plusieurs films de la Nouvelle Vague.

À partir de la fin des années 1960, il publie des recueils de poésie et des pièces de théâtre.

Il est l’auteur de 15 recueils de nouvelles, 29 romans, 27 recueils de poésies, 5 pièces de théâtre.

Il obtient en 1963 le Prix de la Nouvelle pour “les Noces du merle”, en 1969 le prix Sainte-Beuve pour “Les chemins des caracoles”, en 1970 le prix Max-Jacob pour “Retouches”, en 1971 le Prix de la nouvelle de l’Académie française pour “Vessies et lanternes”, en 1974 le prix Goncourt de la nouvelle pour “Fouette, cocher!”, en 1978 le prix du Livre Inter pour “L’Enfant de Bohème”, et en 1979 le prix Prince-Pierre-de-Monaco pour l’ensemble de son œuvre.

Proche des réalisateurs de la Nouvelle Vague, il joue dans plusieurs films en tant qu’acteur. Il tient de petits rôles dans quelques films de François Truffaut, notamment Tirez sur le pianiste et Domicile conjugal (1970). Dans ce dernier, il est un chanteur ténor, voisin de Claude Jade et de Jean-Pierre Léaud. À la fin du film, Léaud se comporte comme se comportait naguère le chanteur d’opéra, c’est-à-dire qu’il prend le manteau et le sac à main de sa femme et les jette dans l’escalier ; il est devenu un mari à l’égal du ténor. Claude Jade porte le sac, Boulanger et sa femme (Silvana Blasi) l’aident à remettre son manteau – et la femme de Boulanger dit à celui-ci : « Tu vois chéri, maintenant ils s’aiment vraiment. » Dans le film La Zizanie (1978) il tient le rôle du banquier des Daubray Lacaze (Louis de Funès et Annie Girardot).

Il devient membre de l’Académie Goncourt en 1983, jusqu’en 2008.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.