Cyprian Majernik, peintre.

Cyprián Majerník (24 novembre 1909, Veľké Kostoľany – 4 juillet 1945, Prague ) était un peintre slovaque qui travailla à Prague ; associé à la “Génération de 1909”.


Il fit ses études primaires à Pezinok puis, en 1924, fréquenta l’école secondaire de Košice, où il étudia l’économie. Après avoir choisi l’art comme carrière, il se rend à Bratislava pour suivre des cours particuliers auprès du peintre expressionniste Gustáv Mallý. Après avoir acquis les bases, il s’inscrit à l’ Académie des beaux-arts de Prague , où il étudie auprès de Josef Loukota et Jakub Obrovský. Après avoir obtenu son diplôme, il s’est installé à Prague.

En 1932, il fait un bref voyage à Paris, où il subit l’influence de Marc Chagall et Giorgio de Chirico. À Prague, il fait partie d’un cercle de peintres qui comprenait Ján Želibský, Ján Mudroch et Jakub Bauernfreund. Bien qu’il ait centré sa carrière là-bas, il a fait de nombreux voyages en Slovaquie pour rendre visite à sa famille et organiser des expositions.

À peu près à cette époque, on lui a diagnostiqué une sclérose en plaques . Néanmoins, son travail a été dynamisé par son opposition au fascisme . En 1942, c’était pratiquement son seul thème, alors qu’il protestait contre les camps de prisonniers, les marches de la mort et d’autres maux perpétrés par le régime nazi. La figure de Don Quichotte était un motif récurrent de résistance continue, malgré des chances écrasantes de succès.

Après la libération soviétique de Prague en mai 1945, l’ Umělecká beseda (une association d’artistes) lui a décerné un certificat de fiabilité politique. À cette époque, il a également épousé sa compagne de longue date, Karla, et a demandé un permis d’appartement. Peu de temps après, il s’est suicidé en sautant d’une fenêtre. On ne sait pas quelle en était la cause immédiate, mais il avait récemment souffert de courts accès de dépression, liés à la difficulté croissante de tenir et de manipuler les brosses.

Une grande rétrospective a eu lieu l’année suivante. En 1991, il a été décoré à titre posthume de l’ Ordre de Tomáš Garrigue Masaryk par le président Vaclav Havel. Une exposition en l’honneur de son 100e anniversaire a été présentée au palais de Mirbach en 2009. Deux ans plus tard, dans un mouvement controversé, son espace au cimetière de Vyšehrad a été vendu à Tomáš Rosen, un homme d’affaires et propriétaire d’un club de sport, et ses restes ont été transférés au cimetière national de Martin.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.