Claude Chappe, inventeur du télégraphe

Claude Chappe (né le 25 décembre 1763 à Brûlon (Sarthe)1, en France — mort le matin du 23 janvier 1805 à Paris, inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 29), est l’inventeur du sémaphore, procédé de communication de l’information à distance plus rapide que tous ceux qu’on avait utilisés jusqu’alors. Il fut le premier entrepreneur des télécommunications dans l’histoire de l’humanité.

A l’origine du projet on trouve donc Claude Chappe, dit Chappe de Vert. Après des études à Rouen, puis au Collège Royal de la Flèche, il est nommé abbé commendataire (sans obligations religieuses). Il jouit ainsi de bénéfices qui lui permettent d’ouvrir un cabinet de physique à Paris. L’abbé Claude Chappe suit ainsi l’exemple de son oncle Jean Chappe d’Auteroche.

Dans son cabinet, Il réalise diverses expériences concernant notamment l’électricité statique. Il invente un électromètre, puis il se livre à de nombreuses expériences sur l’électricité; s’inspirant de divers travaux (Lesage à Genève, Lomond à Paris, Bettancourt en Espagne, …), il travaille sur la transmission du fluide électrique et semble-t-il tenta même une expérience de “télégraphie” (déplacement de deux pendules harmonisés au moyen de fils conducteurs électrifiés). Il s’intéresse également à l’élevage des vers à soie ainsi qu’à divers systèmes de transmission de messages par voie aérienne. Claude Chappe est bien un homme de son temps.

A la Révolution, les biens du clergé sont nationalisés. Il perd ses bénéfices, et est obligé de rentrer à Brûlon. Il y poursuit recherches et expériences avec l’aide de ses frères, cherchant une nouvelle situation. Pendant les périodes de troubles, la rapidité des communications est primordiale et Claude Chappe poursuit ses travaux expérimentaux de transmission de signaux.
Le 2 et 3 mars 1791, il réussit à transmettre un premier message de Brûlon à Parcé, sur une distance de 14 km, avec un système à cadrans. Devant le succès de l’ expérience, son frère Ignace, membre de l’Assemblée Législative, le fait venir à Paris pour y poursuivre ses recherches. Une nouvelle expérience réussit et il est nommé ” Ingénieur thélégraphe ” (Sic!) avec charge de construire une première ligne de Paris à Lille. Tout est à inventer : technique de recherche des sites, méthodes administratives, mise au point des appareils, recrutement de personnels, …

Carte maximum Claude Chappe (Avril 1944)

Ses travaux iront de succès en échecs au gré de l’engouement pour ses inventions et du manque d’argent de la nation. La ligne Paris – Lille est opérationnelle en 1794, mais celle de Paris – Landau commencée l’année suivante est abandonnée. La période 1797 – 1800 sera faste par contre : la ligne Paris – Strasbourg sera inaugurée en mai 1798; celle de Paris – Brest en 1799 et les premiers travaux d’une ligne Paris – Milan par Lyon sont décidés la même année.

Fin 1800, Bonaparte Premier Consul réduit fortement les crédits : les lignes sont mises en sommeil et certaines suppressions sont même ordonnées. Pour sauver le télégraphe Claude Chappe cherche d’autres ressources. Il suggère ainsi la transmission des résultats de la Loterie Nationale : ce sont eux qui permettront la survie des lignes.Les études de la ligne Paris – Italie sont relancées, mais affaibli physiquement et moralement par 10 ans de recherches et de luttes, Claude Chappe se donnera la mort, en 1805, en se jetant dans un puits à 42 ans.

Sources ! Wikipédia, Télégraphe Chappe.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.