Cima da Conegliano, peintre.

Cima da Conegliano, né Giovanni Battista Cima (Conegliano 1459 – Conegliano 1517), est un peintre vénitien de la Renaissance de l’école vénitienne.


Seuls de rares documents permettent de reconstituer la vie du peintre. La date de naissance de l’artiste (1459 ou 1460) n’est pas établie, mais déduite des registres de Conegliano de 1473, qui mentionnent un cimator (ouvrier drapier) nommé Joannes, mais est-ce lui, ou bien un ouvrier de son frère Antonio ? Joannes est un prénom courant. Si c’est bien le peintre, il devait avoir à ce moment quatorze ans, puisque c’est l’âge où il a commencé à payer des impôts, selon les lois de la ville.

Cima de Conegliano, carte maximum, Anguilla.

On ne sait rien sur sa formation en peinture avant 1489, année de sa première œuvre, Vierge à l’enfant entre saint Jérôme et saint Jacques, destinée à l’église San Bartolomeo de Vicence. Un rouleau figurant au pied du trône de la Vierge porte la signature et la date précise du premier mai 1489 : « Joannes baptista de Coneglano fecit/ 1489. A dì primo Mazo ». Cette œuvre montre une influence de Bartolomeo Montagna, tant par la rigueur du trait que par une riche gamme de tons chauds. Elle révèle néanmoins un style propre, qui se distingue par une lumière claire et une impression de douceur, loin de l’austérité de Montagna. On y voit également une intégration déjà parfaitement maîtrisée d’éléments architecturaux idéalisés dans la composition de l’œuvre, ici une pergola, qui seront régulièrement repris dans les tableaux majeurs de Cima.

Le peintre s’installe alors à Venise, où sa présence est attestée dès 1492 et où il est « maître », ce qui sous-entend qu’il a son propre atelier avec au moins un apprenti. Il s’impose dans la cité lagunaire comme peintre d’art sacré, obtient rapidement une élogieuse réputation qui s’étendra bien au-delà de Venise, et laissera quantité de tableaux commandés tant par une clientèle laïque que religieuse.

Vasari dit de lui qu’il fut l’élève de Giovanni Bellini, qu’il mourut jeune et que sans cela il eût probablement égalé son maître.

L’année 1494 voit quelques paiements effectués à l’artiste. Les autres paiements remontent à 1499, 1504 et 1510.

Entre 1500 et 1515, il a probablement vécu entre Venise et la région de l’Émilie. À Parme, Bologne, des œuvres lui ont été commandées pour les églises, comme la Vierge et l’Enfant, des saints Michel et André en 1505 et la Conversation sacrée en 1513.

Sa présence à Conegliano, où il a passé les étés, est documentée pour la dernière fois en 1516. Il meurt entre 1517-1518, probablement à Conegliano, où il existe aujourd’hui un musée Giovanni Battista Cima.

Une centaine d’œuvres lui sont attribuées2, dont une trentaine de retables, quatre polyptyques, deux triptyques, 19 Vierge à l’Enfant, 18 Conversation sacrée, cinq Jérôme au désert.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.