Charles Wesley, chef du mouvement methodiste.

Charles Wesley (18 décembre 1707 – 29 mars 1788) est un chef de file du mouvement méthodiste. Il est surtout connu pour ses 6 500 hymnes religieux.

Wesley est né à Epworth, Lincolnshire, fils du clerc et poète anglican Samuel Wesley de sa femme Susanna. Il était le frère cadet du fondateur méthodiste John Wesley et du clerc anglican Samuel Wesley (le Jeune), et père du musicien Samuel Wesley, et le grand-père du musicien Samuel Sebastian Wesley.

Il fait ses études à Oxford, où ses frères avaient également étudié, et il y a formé le « Holy Club » avec certains de ses camarades en 1729. John Wesley a ensuite rejoint ce groupe, tout comme George Whitefield. Charles a suivi son père et son frère dans l’église en 1735, et il a voyagé en Amérique avec John en Géorgie, revenant un an plus tard. En 1749, il épousa Sarah Gwynne, fille d’un gentleman gallois qui avait été converti au méthodisme par Howell Harris. Elle a accompagné les frères dans leurs voyages  d’évangélisation à travers la Grande-Bretagne jusqu’à ce que Charles cesse de voyager en 1765.

Malgré leur proximité, Charles et son frère John n’ont pas toujours été d’accord sur les questions relatives à leurs convictions. En particulier, Charles s’est fermement opposé à l’idée d’une rupture avec l’Église d’Angleterre dans laquelle ils avaient été ordonnés. Ils se sont aussi opposés sur la doctrine de la perfection chrétienne adoptée par John Wesley et après lui par la majorité des méthodistes, Charles restant sur une ligne plus traditionnelle dans l’anglicanisme et dans le protestantisme en général, qu’on retrouve chez les méthodistes calvinistes.


Charles Wesley était le dix-huitième enfant de Susanna Wesley et Samuel Wesley. Il est né à Epworth, Lincolnshire, Angleterre, où son père était recteur. Il fit ses études à la Westminster School et à la Christ Church, Oxford, où il a été ordonné. À Oxford, Charles forma un groupe de prière parmi ses camarades de classe en 1727 ; son frère aîné, John, se joignit à lui en 1729. Ce dernier en devint assez rapidement le chef et remodèla le groupe selon ses propres perceptions. Ils se concentraient sur l’étude de la Bible et la vie sainte. D’autres étudiants se sont moqués d’eux, disant qu’ils étaient le « Holy Club » (saint club), les « sacramentariens » et les « méthodistes », étant méthodiques et exceptionnellement détaillés dans leur étude biblique, leurs opinions et leur style de vie discipliné. George Whitefield rejoignit le groupe. Après avoir obtenu son diplôme de maîtrise en langues classiques et en littérature, Charles s’oriente comme son père et son frère vers l’église en 1735.

Le 14 octobre 1735, Charles et son frère John embarquèrent sur le Simmonds de Gravesend, Kent pour se rendre à Savannah dans la colonie de Géorgie en Amérique britannique à la demande du gouverneur James Oglethorpe. Lors de ce voyage, en particulier lors d’une tempête qui brisa l’un des mâts de leur navire, les frères Wesley furent impressionnés par la foi et la  spiritualité profonde de colons appartenant à la communauté des Frères moraves, enracinée dans le piétisme. Ils considérèrent que les Moraves possédaient une force intérieure qui leur manquait. La religion  profondément personnelle des piétistes moraves devait influencer fortement le méthodisme.

Tandis que John prenait un poste pastoral à Savannah, Charles fut nommé secrétaire aux affaires indiennes et partit, en qualité d’aumônier de la garnison et de la colonie, à Fort Frederica, sur l’île Saint-Simon, où, selon son journal, il arriva le mardi 9 mars 1736. Les choses ne se passèrent pas bien et il fut largement rejeté par les colons. En juillet 1736, Charles fut commissionné en Angleterre comme porteur des dépêches aux administrateurs de la colonie. Le 16 août 1736, il quitta Charleston, en Caroline du Sud, pour ne jamais retourner dans la colonie de Géorgie.

Charles Wesley connut une conversion le 21 mai 1738 – John Wesley eut une expérience similaire à Aldersgate Street trois jours plus tard. Une plaque bleue de la ville de Londres au 13, Little Britain, près de l’église de St  Botolph’s-sans-Aulnes, au large de Saint-Martin Le Grand, marque l’emplacement de l’ancienne maison de John Bray, réputée être le théâtre de la « conversion évangélique » de Charles le 21 mai 1738. Elle se lit comme suit : « À côté de ce site se trouvait la maison de John Bray. Scène de la conversion de Charles Wesley par la foi au Christ le 21 mai 1738 ».

Wesley ressentit une force renouvelée pour diffuser l’évangile aux gens ordinaires et c’est à cette époque qu’il commença à écrire les hymnes poétiques pour lesquels il allait devenir connu. Ce n’est qu’en 1739 que les frères ont commencé à prêcher en plein air, sous l’influence de George Whitefield, dont la prédication en plein air atteignait déjà un grand nombre de mineurs de Bristol.

Après avoir cessé de prêcher en plein air et de voyager fréquemment en raison d’une maladie en 1765, Wesley s’est installé et a travaillé dans la région autour de l’église paroissiale de St Marylebone. Bien plus tard, sur son lit de mort, il envoya chercher le recteur de l’église, John Harley, et lui dit : « Monsieur, quoi que le monde puisse dire de moi, j’ai vécu et je meurs, membre de l’Église d’Angleterre. Je vous prie de bien vouloir m’enterrer dans votre cimetière ». À sa mort, son corps a été transporté à l’église par six membres du clergé de l’Église d’Angleterre. Un monument lui est dédié dans les jardins de Marylebone High Street, à proximité de son lieu d’enterrement. L’un de ses fils, Samuel, est devenu organiste de cette même église.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.