Charles Perrault, écrivain.

Charles Perrault, né le 12 janvier 1628 à Paris et mort dans cette même ville le 16 mai 1703, est un homme de lettres français, célèbre pour ses Contes de ma mère l’Oye.

Auteur de textes religieux, chef de file des Modernes dans la Querelle des Anciens et des Modernes, Charles Perrault est l’un des grands auteurs du XVIIe siècle. L’essentiel de son travail consiste en la collecte et la retranscription de contes issus de la tradition orale française. Il est l’un des formalisateurs du genre littéraire écrit du conte merveilleux.


Charles Perrault naît le 12 janvier 1628, dans une famille tourangelle installée à Paris, bourgeoise et lettrée. Cadet d’une fratrie de sept enfants, le jeune Charles se passionne très tôt pour les lettres. Adolescent, il traduit en vers burlesques certains passages de l’Enéide. En 1651, il devient avocat, et marche dans les traces de son père et de son frère aîné. Cependant, ses fonctions l’ennuient, aussi il trouve une place auprès de son autre frère, alors receveur des finances, et commence une carrière politique. Il assiste Jean-Baptiste Colbert, le ministre d’État sous Louis XIV, et œuvre pour les sciences, les lettres et les arts. En 1671, Charles Perrault entre à l’Académie française, qu’il contribue à réformer, en déclenchant une célèbre querelle entre académiciens.

Comme beaucoup d’écrivains de son temps, Charles Perrault s’essaie à la poésie, et compose différents poèmes et textes galants. Le 27 janvier 1687, il lit devant ses pairs de l’Académie française son poème le Siècle de Louis le Grand. Ce poème fait de Charles Perrault l’instigateur de la célèbre querelle des Anciens et des Modernes : il scandalise l’Académie par un discours audacieux, qui récuse l’admiration pour les auteurs antiques, et prône les œuvres

contemporaines. D’autres écrivains rejoignent le débat, qui divise les hommes de lettres jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Perrault publie également son essai Parallèle des anciens et des modernes en quatre volumes, entre 1688 et 1698. Il termine également un recueil de biographies en 1701, intitulé les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle. Mais c’est bien pour ses contes que Charles Perrault passe à la postérité.

En 1697, alors qu’il a abandonné sa carrière politique, Perrault publie les Contes de ma mère l’Oye, ou histoires du temps passé, sous le nom de son jeune fils, Pierre d’Armancourt. Il transcrit dans ce petit volume des récits bien connus de la tradition orale, qui se transmettent autour du feu, mais ont rarement été couchés sur papier. Le recueil comporte à la fois de longs poèmes en vers et des contes en prose, que Charles Perrault a composés au cours des années qui

précèdent. Le volume comprend les contes Peau d’Âne, Barbe Bleue, Cendrillon, ou encore Le Petit Chaperon rouge. Le succès de cet ouvrage est immédiat, au point que de nombreuses contrefaçons circulent rapidement. Un genre littéraire est né, celui du conte merveilleux. Charles Perrault décède à Paris six ans plus tard, le 16 mai 1703, à l’âge de 75 ans.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : L’internaute, Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.