Centenaire de la photographie 1939

La photographie est l’ensemble des techniques, des procédés et des matériels qui permettent d’enregistrer ce que l’on a imaginé visuellement et/ou à la suite d’un stimuli visuel.

Le terme « photographie » désigne aussi l’image obtenue, phototype (photographie visible et stable qu’elle soit négative ou positive, qu’on obtient après l’exposition et le traitement d’une couche sensible) ou non.

Le terme désigne également la branche des arts graphiques qui utilise cette technique.

Les premières photographies

La photographie a su tirer parti de nombreuses innovations technologiques et techniques dans les domaines de l’optique, de la chimie, de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de l’informatique.

Les deux phénomènes nécessaires à l’obtention d’images photographiques étaient pour certains connus depuis longtemps et explicité dans le Traité d’optique. Les réflexions d’Aristote et les travaux du père de l’optique moderne Ibn al-Haytham, ont permis de mettre la réalité en boîte ; il suffit de percer un « petit trou » (sténopé) dans une chambre noire (en latin : camera obscura) pour voir apparaître une image inversée dans le fond blanc de la boîte. D’autre part, les alchimistes savaient que la lumière noircissait le chlorure d’argent. Vers 1780 Jacques Charles, plus connu pour son invention de l’aérostat gonflé à l’hydrogène, parvint à figer, mais de façon fugitive, une silhouette obtenue par le procédé de la chambre noire sur du papier imbibé de chlorure d’argent. Thomas Wedgwood (1771-1805) fit des expériences analogues avec le nitrate d’argent ; il en publia un mémoire en 1802. De son côté John Herschel en 1819 décrit les propriétés de l’hyposulfite de sodium qui deviendra le fixateur.

Nicéphore Niépce, un inventeur de Chalon-sur-Saône, associe ces trois procédés pour fixer des images (de qualité moyenne et nécessitant plusieurs jours de pose) sur des plaques d’étain recouvertes de bitume de Judée, sorte de goudron naturel qui possède la propriété de durcir à la lumière (1826 ou 1827) ; la première photographie représente une aile de sa propriété à Saint-Loup-de-Varennes en Saône-et-Loire. Nicéphore meurt en 1833 et Louis Daguerre poursuit l’amélioration du procédé. En découvrant le principe du développement de l’image latente, Daguerre trouve le moyen de raccourcir le temps de pose à quelques dizaines de minutes. En 1839, il promeut son invention auprès du savant et député François Arago, qui lui accorde son soutien.

Ainsi, la date conventionnelle de l’invention de la photographie est le 7 janvier 1839, jour de la présentation par Arago à l’Académie des sciences de l’« invention » de Daguerre, le daguerréotype. C’est en fait une amélioration de l’invention de Niepce.

En 1861, Thomas Sutton réalise la première photographie couleur. En 1869, Louis Ducos du Hauron et Charles Cros présentent un procédé à l’origine de la trichromie.

Par rapport au sujet qu’il veut reproduire, le photographe ajoute un élément essentiel de la photographie : le cadre.

Le cadre établit avant tout une limite entre ce qui sera reproduit sur l’image et ce qui au contraire devra en être exclu. Contrairement au peintre, qui ajoute des éléments à sa composition, le premier souci du photographe est d’éliminer de son cadrage les éléments inutiles, étrangers à l’idée qu’il veut faire passer, ou qui détourneront l’attention du spectateur : personnage passant dans l’arrière-plan, câble électrique, avion dans le ciel… Selon un proverbe de portraitistes, on doit d’abord s’intéresser au décor avant de regarder le modèle.

Epreuve d’artiste centenaire de la photographie signée par le graveur J. delzers

Le cadre définit ensuite l’espace dans lequel le sujet sera mis en scène. La photographie doit présenter les différentes parties de son sujet d’une manière qui en rende la perception plaisante et aisée. Les lignes de force de l’image se définissent par rapport aux cadre : diagonales, règle des tiers, etc. Pour une scène donnée, c’est par le cadrage que le photographe peut harmoniser ou non sa composition. Le soin à apporter au cadrage est particulièrement critique dans le cas des diapositives, qui ne peuvent pas être recadrées par la suite.

Le « sujet » d’une photographie est tout ce qu’il y a dans le cadre. En dehors de cadrages particulièrement « serrés », l’élément principal n’occupe souvent qu’une fraction minime de l’image. Le reste forme le décor, souvent en avant plan ou arrière-plan, parfois dans le même plan que l’élément principal. Une bonne composition doit assurer que le décor met en valeur le sujet d’une manière suffisamment contrastée, et ne distrait pas l’œil par des détails inutiles.

Dans le même temps apparut la possibilité de l’utiliser comme témoignage historique, et se développa la notion de photo reportage. Ainsi le banquier Albert Kahn tentera de constituer, de 1909 à 1931, les archives de la planète en envoyant des photographes dans cinquante pays du monde.

Dès les débuts de la photographie, le réformateur social Jacob Riis a vu en celle-ci un moyen de diriger l’attention du public sur la pauvreté et la souffrance. En 1880, il a commencé à prendre en photo les quartiers pauvres de New York à la tombée de la nuit. En guise de flash, il utilisait de la poudre de magnésium qu’il faisait brûler dans une poêle à frire. Par deux fois, il a mis le feu à la maison où il travaillait, et une autre fois à ses vêtements. On dit que ses clichés ont motivé certaines réformes entreprises par Théodore Roosevelt à son arrivée à la Maison-Blanche. D’autre part, la force persuasive d’une série de photographies de paysages prises par William Henry Jackson a amené le congrès américain, en 1872, à faire de Yellowstone le premier parc national du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.