Caspar David Friedrich, peintre.

Caspar David Friedrich, né le 5 septembre 1774 à Greifswald et mort le 7 mai 1840 à Dresde, à l’âge de 65 ans. Ce peintre et dessinateur allemand, considéré comme l’artiste le plus important et influent de la peinture romantique allemande du XIXe siècle, est particulièrement connu pour deux de ses tableaux: Le Voyageur contemplant une mer de nuages (1818) et La Mer de glace (1823-1824).


L’enfance de Caspar David Friedrich est marquée par la mort de ses proches qui, entre 1781 et 1791, décèdent les uns après les autres : à sept ans, en 1781, il perd sa mère et sa sœur Elisabeth ; en 1787, son frère Johann Christoffer se noie dans la mer Baltique et, en 1791, meurt sa sœur Maria. Cela va avoir une influence sur l’un des deux thèmes de sa peinture, la mort, l’autre étant la nature.

À partir de 1794, il prend goût au dessin et, pendant quatre ans, il fréquente à Copenhague l’Académie royale des beaux-arts du Danemark, où les  peintres Jens Juel et Nicolai Abildgaard sont ses professeurs. Peintre de paysages prestigieux, connu pour ses paysages ossianiques, Abildgaard semble avoir particulièrement influencé Friedrich par son goût pour la mythologie nordique et le refus des modèles antiques.

En 1798, Friedrich s’établit à Dresde, capitale de l’électorat de Saxe, que ses beautés font surnommer « la Florence de l’Elbe ». Tieck y habite, Goethe, les frères August Wilhelm et Friedrich Schlegel, Fichte, Schelling, ou Novalis y ont séjourné. Les théories de Schelling sur la peinture, datées de 1802-1805, marquent profondément les peintres de cette époque. Il y évoque une spiritualité cachée dans la nature qui attend d’être dévoilée par le peintre ou l’artiste. À cette époque, Friedrich se rapproche de la pensée de Schleiermacher, qui voyait l’approche du sentiment religieux dans la contemplation de la nature1. En 1805 (il a 30 ans), débute sa relation épistolaire avec Goethe, qui en a 56. En 1809, Runge rédige La Sphère des couleurs, et en 1810, Goethe écrit le Traité des couleurs. Ces deux ouvrages influencent profondément Friedrich, lui procurant une symbolique supplémentaire, celle de la couleur. De plus, Goethe affirme que tout ce qui existe dans la nature appartient à une vision globale décelable par l’esprit.

Lever de lune sur la mer (1821), musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.
En 1810, Friedrich est nommé membre de l’Académie de Berlin. Il voyage dans le Riesengebirge qui devient un thème récurrent de son œuvre. On peut considérer que l’année marque la courte période de reconnaissance de son talent. Il expose à Berlin, est admiré par Goethe, et Frédéric-Guillaume III de Prusse achète Morgen im Riesengebirge et Le Jardin suspendu.

En raison des invasions napoléoniennes, il commence une période  consacrée aux sujets patriotiques. À cette époque, de nombreux artistes et philosophes romantiques, dont Schinkel et Goethe, décident de se rendre en Italie. Mais Friedrich, qui rejette toute forme d’antiquité et craint que le paysage méditerranéen ne détruise son esthétique, refuse d’aller à Rome (également ville française).

En 1818, Friedrich épouse Caroline Boomer, Il aura avec elle trois enfants.

Friedrich tombe malade en 1824. Son état s’aggrave en 1826, et il souffre d’un délire de persécution qui l’éloigne d’un bon nombre de ses amis. Pendant cette période, il peint peu, mais en 1827, il se remet à la peinture à l’huile.

En 1834, lors de la visite de l’atelier de Friedrich, le sculpteur David d’Angers a un mot célèbre pour définir l’art de Friedrich :

« Cet homme a découvert la tragédie du paysage. »

En 1835, une congestion cérébrale le laisse paralysé. Il meurt le 7 mai 1840 à Dresde, à l’âge de 65 ans et est enterré dans le cimetière de la Sainte-Trinité de Dresde.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.