Carlos Manuel Arana Osorio, homme d’état.

Carlos Manuel Arana Osorio (17 juillet 1918 à Barberena (département de Santa Rosa) – 6 décembre 2003) est président du Guatemala du 1er juillet 1970 au 1er juillet 1974.


Carlos Arana est né à Barberena, dans le département de Santa Rosa. Militaire de carrière avec rang de colonel, il conduit sous le régime de Julio César Méndez Montenegro, avec le soutien d’instructeurs militaires venus des États-Unis, une brutale campagne de répression contre les  organisations de gauche. Autour de 8 000 assassinats politiques sont dénombrés entre 1966 et 1968.

En juillet 1970, il est devenu président à la suite d’un processus électoral généralement considéré comme frauduleux, sur un programme promettant une répression des problèmes d’ordre public et la stabilité ; son vice-président était Eduardo Cáceres.

En novembre 1970, Arana a imposé l’état de siège qui a été suivi de mesures anti-insurrectionnelles renforcées. Son gouvernement a commis de graves violations des droits de l’homme et a eu recours au terrorisme d’État dans sa guerre contre la guérilla, notamment à des escadrons de la mort parrainés par le gouvernement. Les forces de sécurité ont régulièrement détenu, torturé et exécuté de manière extrajudiciaire des opposants politiques, des dirigeants étudiants, des sympathisants présumés de la guérilla et des syndicalistes. Le gouvernement d’Arana a reçu un soutien militaire à grande échelle des États-Unis, notamment des armes, un soutien technique et des conseillers militaires. La Commission guatémaltèque des droits de l’homme a estimé que 20 000 Guatémaltèques ont été tués par l’administration Arana.

En 1972, il menace d’envahir le Belize, dont il revendique le territoire, ci celui-ci devait obtenir son indépendance du Royaume-Uni. Il rompt les relations diplomatiques avec le Panama en réaction au soutien du président Omar Torrijos à l’indépendance du Belize.

Franc-maçon, il a été le premier d’une série de dirigeants militaires du Parti démocratique institutionnel qui ont dominé la politique guatémaltèque dans les années 1970 et 1980 (son prédécesseur, Julio César Méndez, était un civil, bien que son gouvernement a été dominé par l’armée).

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.