Carl Ferdinand Cori, biochimiste et pharmacologue.

Carl Ferdinand Cori, (5 décembre 1896 – 20 octobre 1984) était un biochimiste et pharmacologue tchéco-américain. Lui, avec son épouse Gerty Cori et le physiologiste argentin Bernardo Houssay, ont reçu un prix Nobel en 1947 pour leur découverte de la façon dont le glycogène dérivé du glucose (amidon animal) est décomposé et resynthétisé dans le corps pour être utilisé comme réserve et source d’énergie. En 2004, les deux Coris ont été désignés monument chimique historique national en reconnaissance de leur travail qui a élucidé le métabolisme des glucides.


Carl Ferdinand Cori est né le 5 décembre 1896 à Prague, en Autriche-Hongrie (aujourd’hui République tchèque). Carl était le fils de Carl Isidor Cori (1865, Brüx – 1954, Vienne), zoologiste, et de Maria Cori (née Lippich ; 1870, Graz – 1922, Prague), fille de l’italien-bohème. /médecin autrichien/slovène/hongrois Ferdinand Lippich (1838, Padoue – 1913, Prague).

La famille Cori est issue de l’ État pontifical (plus tard la République romaine, aujourd’hui l’Italie centrale ) jusqu’à la couronne royale de Bohême ( Autriche monarchique à la fin du XVIIe siècle). Le grand-père de Carl Ferdinand, Eduard Cori (1812–1889), était fonctionnaire administratif et apiculteur à Brüx, et sa grand-mère était Rosina Trinks (?–1909). La sœur cadette de Carl Ferdinand, Margarete Cori (née en 1905), était chargée de cours à Prague et épouse du généticien bohème Felix Mainx (1900, Prague – 1983, Vienne).

Il a grandi à Trieste, où son père Carl Isidor était directeur de la Station de biologie marine. À la fin de 1914, la famille Cori déménagea à Prague et Carl entra à la faculté de médecine de l’Université Charles de Prague. Pendant ses études là-bas, il rencontre sa future épouse Gerty Theresa Radnitz. Il fut enrôlé dans l’ armée austro-hongroise et servit dans le corps de ski, puis fut transféré au corps sanitaire, pour lequel il créa un laboratoire à Trieste. À la fin de la guerre, Carl termina ses études et obtint son diplôme avec Gerty en 1920. Carl et Gerty se marièrent cette année-là et travaillèrent ensemble dans des cliniques à Vienne. Leur unique enfant, Tom, a épousé Anne, fille de l’ avocate constitutionnelle et antiféministe américaine Phyllis Schlafly.

Carl fut invité à Graz pour travailler avec Otto Loewi afin d’étudier l’effet du nerf vague sur le cœur (Loewi recevra le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1936 pour ce travail). Pendant que Carl était à Graz, Gerty restait à Vienne. Un an plus tard, Carl s’est vu offrir un poste à l’Institut d’État pour l’étude des maladies malignes (aujourd’hui Roswell Park Comprehensive Cancer Center ) à Buffalo, New York, et les Coris ont déménagé à Buffalo. En 1928, ils sont devenus citoyens naturalisés des États-Unis.

À l’Institut, les recherches de Coris se sont concentrées sur le métabolisme des glucides, conduisant à la définition du cycle de Cori en 1929. En 1931, Carl a accepté un poste à la faculté de médecine de l’Université de Washington à St. Louis, Missouri. Carl a rejoint l’équipe en tant que professeur de pharmacologie et, en 1942, il a été nommé professeur de biochimie. À Saint-Louis, les Coris ont poursuivi leurs recherches sur le glycogène et le glucose et ont commencé à décrire la glycogénolyse, identifiant et synthétisant l’importante enzyme glycogène phosphorylase. Pour ces découvertes, ils reçurent le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1947, faisant d’eux le troisième couple marié à remporter le prix Nobel.

Gerty est décédée en 1957 et Carl a épousé Anne Fitzgerald-Jones (1909-2006) en 1960. Il est resté à l’Université de Washington jusqu’en 1966, date à laquelle il a pris sa retraite en tant que directeur du département de biochimie. Il a été nommé professeur invité de chimie biologique à l’Université Harvard tout en conservant un laboratoire au Massachusetts General Hospital , où il a poursuivi des recherches en génétique. De 1968 à 1983, il a collaboré avec la célèbre généticienne Salomé Glüecksohn-Waelsch de l’ Albert Einstein College of Medicine de New York, jusqu’aux années 1980, lorsque la maladie l’a empêché de continuer. En 1976, Carl a reçu la Laurea honoris causa en médecine de l’ Université de Trieste. Carl partage une étoile avec Gerty sur le Walk of Fame de Saint-Louis.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.