Camilo Castelo Branco, écrivain.

Camilo Ferreira Botelho Castelo Branco (16 mars 1825, Lisbonne – 1er juin 1890, São Miguel de Seide) est un écrivain portugais1, considéré un des fondateurs du roman moderne portugais. Il est un écrivain proéminent de la péninsule Ibérique et l’un des plus prolifiques de la littérature portugaise, spécialement du XIXe siècle.


La vie de Castelo Branco a été aussi riche en événements et aussi tragique que celle de ses personnages : fils naturel d’un père noble et d’une mère paysanne, placé sans être reconnu sous la tutelle de son père comme étant de “mère inconnue”, il perdit celle-ci à l’âge de deux ans et fut orphelin de père à dix ans. Balloté de proche en proche, il reçut une éducation irrégulière par deux prêtres, puis il decouvrit pendant son adolescence les grands classiques portugais, latins et ecclésiastiques, et il se forma au contact de la vie quotidienne des populations de Trás-os-Montes, dans le nord du Portugal. Marié à seize ans avec Joaquina Pereira, il connut d’autres passions tumultueuses, dont l’une

Castelo Branco, carte maximum, Portugal.

le mena en prison : celle pour Ana Plácido qui devait devenir sa compagne. Il s’engagea en 1846 dans la révolte de Maria da Fonte, auprès de la guérilla miguéliste. Poète et surtout romancier de génie, admiré jusqu’en Espagne, il est aussi un chroniqueur et un journaliste acerbe, en butte à de nombreuses inimitiés. Légitimé et fait vicomte de Correia-Botelho par le roi Louis Ier de Portugal en 1885, pensionné par le gouvernement, il connut cependant une fin de vie des plus pénibles : perclus de douleurs (en raison d’une syphilis) et devenu aveugle, il finit par se suicider en 1890 avec un revolver, assis sur son rocking chair.

Castelo Branco, entier postal, Portugal.

À travers son œuvre très féconde (262 volumes), Castelo Branco s’est intéressé à presque tous les genres : poésie, roman, nouvelle, roman historique, théâtre, histoire, biographie, critique littéraire, traduction. On y retrouve le tempérament et la vie de l’auteur : la passion fatale s’y lie au sarcasme, le lyrisme à l’ironie, la morale au fanatisme et au cynisme, la tendresse au blasphème.

Camilo Castelo Branco, cherchant les sources nationales, expliquera qu’il a « déserté les drapeaux des maîtres français » pour retourner à la description des usages et coutumes portugais. Il manifeste tôt son souci de se placer au-dessus des écoles littéraires, et il emprunte au classicisme, au romantisme, au naturalisme et même au réalisme dans ses dernières années. Son écriture se caractérise par une solide maîtrise des ressorts dramatiques, par une fidélité au langage et aux coutumes populaires (que le critique Prado Coelho appelle « l’odeur du terroir »), et par ses analyses psychologiques et sentimentales élaborées. Au fil de ses romans, il donne l’équivalent portugais de La Comédie humaine, avec une œuvre romanesque  monumentale cohérente qui explore de façon systématique les groupes sociaux et les rouages de la société portugaise, et il brosse une vaste fresque de son époque susceptible de servir de référence aux générations futures. Il a également traduit Chateaubriand.

Cet écrivain à l’imagination vive, au style communicatif, naturel et coloré, au vocabulaire riche et nuancé, est un maître de la langue portugaise. Amour de perdition, publié en 1862, est, d’après Miguel de Unamuno le plus grand roman d’amour de la Péninsule Ibérique. Écrit en 1840, lorsque Camilo était en prison pour ses amours avec une femme mariée, il relate la passion clandestine de deux jeunes gens, Simão et Teresa, passion à laquelle s’ajoute l’amour de Mariana, une fille du peuple qui s’éprend de Simão, tout en continuant à lui servir de messagère auprès de Teresa.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.