Buddy Holly, chanteur.

Buddy Holly, de son vrai nom Charles Hardin Holley, né le 7 septembre 1936 à Lubbock, au Texas, et mort le 3 février 1959 à Clear Lake, dans l’Iowa, est un chanteur, guitariste et compositeur de rock ‘n’ roll.

Il meurt prématurément à 22 ans, avec d’autres rockeurs, dans un accident d’avion le 3 février 1959, jour surnommé The Day the Music Died en anglais (« Le jour où la musique est morte »).


En 1941, Buddy Holly fait sa première apparition sur scène en compagnie de ses frères Larry et Travis. Ils gagnent ce jour-là un prix après avoir chanté « Down the river of memories ». Vers l’âge de 11 ans, Buddy étudie le solfège et le piano. Après une unique année d’étude musicale, il continue à étudier le piano seul.

Buddy Holly, carte maximum, Allemagne.

En 1949, il forme un duo avec un ami rencontré au lycée, Bob Montgomery. Les deux amis jouent ensemble jusqu’en 1953, date à laquelle ils enregistrent deux titres sur une bande chez Buddy : Footprints in the snow de Bill Monroe et un instrumental. À cette époque, ils commencent tous deux à animer de petites soirées locales. Un bassiste viendra se joindre au duo, formant en 1954 une petite formation qui tourne régulièrement au Texas.

À la fin de l’année 1955, le groupe compte quatre membres : Buddy, Bob, Don Guess qui reprend la basse et Jerry Allison à la batterie. Jerry Allison raconte que, remarquant l’absence de batterie dans les premiers enregistrements d’Elvis Presley réalisés chez Sun Records, à Memphis, Buddy lui demandera de se retirer momentanément du groupe, question de reproduire fidèlement la sonorité des titres de son idole ; décision qui fut renversée lorsqu’Elvis Presley incorpora la batterie dans son petit ensemble. Remarqué quelque temps plus tôt par le label Decca, Buddy enregistre à Nashville quatre titres, Blue Days, Black Night, Midnight Shift, Love Me, et Don’t Come Back Knocking avec ses complices Don Guess (basse) et Sonny Curtis (guitare solo).

Durant un second voyage à Nashville 1956, Holly eut recours aux services de J.I. Allison à la batterie pour l’enregistrement d’une version mythique de Rock Around With Olie Vee (composée par Sonny Curtis) et du premier jet d’un morceau qui passera plus tard à l’histoire : That’ll Be the Day. À la fois proche – mélodiquement – et loin – structurellement- de la version de 1957, le « That’ll Be the Day » version Nashville, sans être mauvais, ne présente pas Buddy Holly sous son meilleur jour : à la demande des responsables de l’enregistrement, la chanson fut enregistrée dans une tonalité qui s’avère être trop haute pour B. Holly, provoquant un certain inconfort tout au long de la prestation.

Lors d’une dernière session avec Decca, Grady Martin, talentueux musicien de studio de Nashville ayant aussi participé aux enregistrements de Johnny Horton, Brenda Lee, Johnny Burnette et de nombreux autres artistes, prit la relève de Curtis sur Modern Don Juan et une ultime version de Rock Around With Olie Vee – cette dernière pièce impliquant aussi le « session man » Buddy Harmon à la batterie. Les titres n’ont malheureusement aucun succès et, au bout de trois sessions d’enregistrements, le contrat n’est pas renouvelé. Pourtant, des titres comme Modern Don Juan, Ting a ling, Rock Around With Ollie Vee, entre autres, constituent une référence exceptionnelle en matière de rockabilly primitif.

En 1957, Buddy forme un nouveau groupe composé de Jerry Allison à la batterie, Larry Wellborn à la basse et Nicky Sullivan à la guitare rythmique, le nom des Crickets1 est donné à cette formation où Holly assume lui-même la guitare solo. Ayant découvert le studio de Norman Petty, situé à Clovis, au Nouveau-Mexique, Buddy s’y rend régulièrement afin d’enregistrer de nombreuses maquettes dont quelques-unes feront l’objet de publications posthumes après l’ajout de quelques pistes musicales, pour répondre à la demande des années 1960 pour le son stéréophonique. Au nombre de ces morceaux enregistrés à Clovis avant que Buddy Holly connaisse la renommée, citons Bo Diddley, Brown eyed hansome man, Baby Won’t You Come Out Tonight, I’m Gonna Set My Foot Right Down, Mona ainsi que de nombreuses autres pièces d’autres artistes locaux pour lesquels il assure la guitare.

Dans la foulée de ces sessions supervisées par Norman Petty, Buddy enregistre donc That’ll Be the Day avec son groupe, qui se hissera à la troisième place des charts. D’autres hits suivront comme Maybe Baby (en), Peggy Sue2, Oh Boy, Rave On, Early in the Morning. Outre ces titres, le son Crickets était né, un son original influençant bon nombre d’artistes par la suite. Des passages télé et des tournées suivront aux sessions en studio. Sur scène, les Crickets côtoient, entre autres, Eddie Cochran, Chuck Berry, Paul Anka, Fats Domino, et The Everly Brothers, etc.

Le 2 février 1959 à Clear Lake dans l’Iowa, l’affiche est composée entre autres de Ritchie Valens (La Bamba), de Big Bopper (Chantilly Lace) et de Buddy Holly. Les trois artistes, ainsi que Dion and the Belmonts, sont les têtes d’affiche de la Winter dance Party, une série de 11 concerts qui doit traverser le Midwest. Cette tournée marathon s’effectue dans des conditions très éprouvantes : le car, où dorment bien souvent les musiciens, doit affronter un barrage continuel de glace et de neige. Pour comble de malheur, son chauffage tombe en panne (Waylon Jennings, embauché comme bassiste par Buddy, attrapera des engelures dans le car). Après le show de Clear Lake, Buddy, Big Bopper et Ritchie Valens décident de regagner Fargo dans le Dakota du Nord par avion pour pouvoir se reposer en évitant les interminables voyages en car, mais l’appareil s’écrase peu après le décollage, le 3 février 1959 à 0 h 50. Sur sa pierre tombale est marqué le nom suivant : Buddy Holley.

Ce drame, The Day the Music Died, inspire à Don McLean en 1971 la chanson émouvante intitulée American Pie. Il est aussi évoqué en 1964 par Ronnie Bird dans la chanson Adieu à un ami, et en 1965 par Eddy Mitchell dans la chanson J’avais deux amis, sans oublier le biopic de Richie Valens, La Bamba, en 1987…

 

 

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.