Big Ben (Londres).

Big Ben est le surnom de la grande cloche de 13,5 tonnes se trouvant au sommet de la tour Élisabeth (Elizabeth Tower), la tour horloge du palais de Westminster, qui est le siège du Parlement britannique (Houses of Parliament), à Londres. La tour a été renommée à l’occasion du jubilé de diamant d’Élisabeth II en 2012. Auparavant, elle était simplement appelée tour de l’Horloge (Clock Tower). Par métonymie, le nom de la cloche est aussi communément employé pour désigner l’horloge dans son ensemble et la tour qui abrite le tout. Il s’agit d’un symbole de la ville de Londres.

Seules les personnes qui habitent au Royaume-Uni peuvent visiter la tour de l’horloge, après avoir obtenu une autorisation.

Le bâtiment fait face à la Tamise, entre le pont de Westminster (Westminster Bridge) et l’abbaye de Westminster (Westminster Abbey).


Au départ, le nom de cette cloche est The Great Bell (la « grande cloche »). L’origine de l’appellation Big Ben est incertaine. L’une des hypothèses les plus connues à ce sujet se réfère à celui qui a ordonné la fonte de la cloche, Benjamin Hall, ingénieur civil et politicien, dont le surnom était Ben et qui était très grand (big), on l’appelait « Big Ben ». Une autre hypothèse renvoie plutôt au surnom d’un champion de boxe, Ben Caunt, qui aurait acquis la célébrité grâce à un combat de soixante rounds à poings nus contre Nat Langham, champion en titre, l’année où le nom de la cloche était au cœur des débats.

Big Ben, carte maximum, Macédoine.

Un incendie dévaste une partie du bâtiment du Parlement en 1834. À la suite de cet événement, une commission est mise en place pour choisir le nouveau style de l’édifice. Le plan qui remporte ce grand concours est celui de Charles Barry, qui prévoit entre autres d’y intégrer un clocher.

La première cloche est fabriquée en 1856. Pour pouvoir la transporter jusqu’à la tour de l’horloge, elle est installée sur un chariot tiré par 16 chevaux. Elle se fend quelques mois après son installation, une deuxième cloche est alors moulée à la fonderie de Whitechapel le 10 avril 1858. En octobre de la même année, la cloche est déplacée de 61 mètres jusqu’au beffroi du clocher en 18 heures. Le 31 mai 1859, la célèbre horloge entre en service.

La fréquence du balancier est réglé à 2 cinquièmes de seconde près par jour, par l’ajout (pour accélérer) ou le retrait (pour ralentir) d’anciennes pièces de 1 penny datant de l’époque où le système monétaire britannique n’était pas décimal.

Le son de la cloche « Big Ben » est dû au fait que celle-ci s’est aussi fissurée en 1859, à peine deux mois après son installation officielle, ce qui lui donne une tonalité très distinctive. Pour des raisons techniques, la cloche est orientée de manière que le marteau ne frappe pas à l’endroit de la fissure.

Le célèbre air du carillon qui marque l’heure est appelé Westminster Quarters. La mélodie est constituée de cinq permutations de quatre notes dans la tonalité de mi majeur : si, mi, fa♯, sol♯.

La première émission radio de la BBC du carillon de Big Ben date du 31 décembre 1923.

À trois occasions, la cloche Big Ben a été sonnée pour le deuil national, aux obsèques nationales ; 68 fois pour les funérailles d’Édouard VII en 1910, 70 fois pour celles de George V en 1936, et 56 fois pour celles de George VI en 1952. Chaque son de la cloche représente un an de leurs vies.

La tour horloge est devenue la « Tour Élisabeth », en hommage à la reine Élisabeth II, pour son jubilé de diamant.

Depuis 1859, ce sont les cloches de Big Ben qui, à 00h00 le 1er janvier, annoncent dans tous les foyers anglais le début de la nouvelle année. Le son est retransmis sur toutes les chaînes de télévision et de radio du pays.

John Burland, professeur et directeur de recherche à l’Imperial College London, a rapporté au Sunday Telegraph que la tour s’enfonçait dans le sol de manière inégale, penchant de plus en plus en direction du nord-ouest, cette tendance s’étant accélérée depuis 2003.

Les carillons de Big Ben et les autres cloches sont diffusés quotidiennement sur BBC Radio 4, une des stations de radio les plus écoutées en Grande-Bretagne, à 6 h du soir et à minuit (ainsi que 10 h du soir le dimanche), en prélude au programme d’information.

Depuis le 21 août 2017, la tour est en rénovation jusqu’en 202110,11. Sauf quelques rares exceptions, la cloche ne devrait plus sonner avant la fin des travaux. Cette décision divise néanmoins la population et les députés britanniques ; selon la Première ministre Theresa May, « il n’est pas raisonnable que Big Ben soit réduite au silence pendant quatre ans ».

La dernière date de fermeture était 1983-1985 et 1987 pour une maintenance. La cloche a été démontée et la tour est entièrement rénovée. Sa réouverture n’est pas prévue avant courant 2021. Pendant les travaux, les horloges continueront de fonctionner grâce à un mécanisme électronique. Donc, les aiguilles ne cesseront jamais d’indiquer la bonne heure avec leur légendaire ponctualité. La visite de l’intérieur de Big Ben n’est autorisée qu’aux résidents du Royaume-Uni, sur rendez-vous. Ils doivent en faire la demande plusieurs mois à l’avance et par écrit, auprès du Parlement. Cette visite n’est pas autorisée aux enfants de moins de 11 ans.

Au sens strict, Big Ben est le nom de la cloche la plus grosse du carillon de l’horloge, tandis que l’horloge elle-même est la Great Westminster Clock et que la tour a été rebaptisée en 2012 Elizabeth Tower (tour Élisabeth) à l’occasion du jubilé de diamant d’Élisabeth II. Cependant, dans la pratique, Big Ben est utilisé indifféremment pour nommer les trois.

Cette tour, considérée comme le chef d’œuvre d’Augustus Pugin, s’inspire de la typologie des beffrois caractéristiques de l’architecture gothique civile du Moyen Âge d’Europe continentale, comme ceux de Gand, Ypres, Bergues ou encore Toruń et Gdańsk, et qui symbolisaient l’autonomie du pouvoir civil vis-à-vis de celui des féodaux dans les cités-états médiévales. La silhouette et plusieurs éléments de la tour ont aussi probablement une source d’inspiration italienne, notamment les campaniles de Venise et de Florence. Ce type de tour civile gothique n’existait pas en Angleterre avant la construction de celle-ci, mais elle fut traitée et habillée avec des lignes et une riche décoration qui relèvent du style gothique tardif appelé « gothique perpendiculaire », très typique de l’Angleterre, comme les autres parties du palais de Westminster. Cet exercice de style, consistant à imprimer une identité anglaise sur un monument nouveau dans le pays, relève de la vision culturaliste propre au romantisme nationaliste dans lequel baigne le mouvement néogothique. Cette opération est si réussie que la tour est devenue le symbole architectural de Londres et du Royaume-Uni le plus reconnu dans le monde. Elle a ensuite elle-même inspiré la construction de nombreuses autres tours d’horloges.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.