Benjamin Banneker, astronome, mathématicien et fabricant d’horloges.

Benjamin Banneker, né le 9 novembre 1731 dans le comté de Baltimore, dans le Maryland (États-Unis), et mort le 9 octobre 1806 au même endroit, est un astronome, mathématicien, fabricant d’horloges et éditeur afro-américain. C’est une figure historique célébrée à Baltimore et dans le Maryland.


Benjamin Banneker né à Ellicott’s Mills Historic District près d’Oella, Maryland dans le comté de Baltimore est le fils d’esclaves affranchis originaires de la Guinée, Robert et Mary Banneky, cette dernière est la fille d’une anglaise et d’un esclave afro-américain libre. Sa famille habitait le comté de Baltimore qui comptait, à l’époque 13 000 blancs, 4 000 esclaves afro-américains et 200 afro-américains libres ou affranchis.

Le nom de Banneker est une anglicisation du nom africain Bannaky ou Banneki qui serait de lignée royale.

Benjamin grandit dans la ferme de ses parents avec ses trois sœurs, sa mère lui apprend à lire, ce qui lui permettra de suivre des cours dans une école tenue par des Quakers.

À l’âge de 21 ans, Benjamin Banneker découvre le brevet d’une montre chez son voisin, Joseph Levi, et emprunte cette dernière pour en retranscrire le schéma de fabrication. Puis il fabrique des répliques en bois de chaque pièce10. Il finit par commercialiser ses montres. Un de ses clients est Joseph Ellicott11, un géomètre qui a besoin d’une horloge très précise pour effectuer ses calculs de localisation des étoiles dans le ciel, qui lui servent à localiser ses positions terrestres. Ce dernier, impressionné par le travail de Banneker, lui prête des ouvrages de mathématiques et d’astronomie.

Après le décès de son père en 1759, il continuera à gérer la plantation de tabac familiale jusqu’en 1788. Il établit un système d’irrigation permettant de mettre la plantation à l’abri de la sécheresse.

Pendant la guerre d’indépendance, Banneker conçoit une ferme, selon de nouvelles règles agronomiques, dont le blé cultivé permet d’éviter la famine aux jeunes soldats américains.

En 1791, Benjamin Banneker est appelé pour assister Andrew et Joseph Ellicott ainsi que Pierre Charles L’Enfant pour construire la nouvelle capitale des États-Unis, Washington. En 1793, l’architecte Pierre Charles L’Enfant, à la suite d’un désaccord, claque la porte en emportant les plans de la ville, Banneker fort de sa mémoire prodigieuse, reproduit de mémoire une partie des plans de la ville nouvelle de Washington.

Cette même année, le 19 avril 1791, il décide de prendre la défense des Afro-Américains, en écrivant à Thomas Jefferson, l’auteur de la Déclaration d’indépendance.

Dans cette lettre il écrit notamment : « Nous sommes divers socialement, nos religions différent, mais nos différences sociales et de couleur ne doivent pas nous faire oublier que nous appartenons tous à la même famille humaine, dans la même filiation divine. » Jefferson lui répond : « Je vous remercie vivement pour votre lettre, j’ai pris plaisir à lire les preuves que vous exposez, la nature a donné à nos frères noirs, des talents égaux aux autres hommes de couleurs différentes et que ce qui apparaît comme des déficiences n’est que le fruit de conditions de vie dégradantes que ce soit en Afrique et en Amérique … j’ai pris la liberté d’envoyer votre almanach à Monsieur de Condorcet … je considère par cet acte que ce document dissipera des malentendus et vous rendra droit contre les injustices que subissent les gens de votre couleur. »

De fait, Jefferson envoie une lettre à Condorcet accompagnant l’almanach de Banneker : « Je suis heureux de vous annoncer que nous avons maintenant aux États-Unis un nègre, le fils d’un homme noir né en Afrique et d’une femme noire née aux États-Unis, qui est un très respectable mathématicien. Je l’ai fait travailler sous l’un de nos directeurs principaux pour aménager la nouvelle ville fédérale sur le Patowmac, et pendant ses loisirs, il a élaboré un Almanach pour l’année qui vient, Almanach qu’il m’a transmis de sa propre main et que je vous envoie. J’y ai remarqué qu’il a trouvé des solutions de problèmes géométriques très élégantes. Ajoutez à cela qu’il est un membre très digne et respectable de la société. »

Cependant, si Jefferson approuve les paroles de Banneker, il ne l’aide pas dans sa lutte pour l’abolition de l’esclavage.

Après la guerre, Banneker s’engage dans l’astronomie : en 1789, il prédit avec succès une éclipse. Entre 1792 et 1802, Benjamin Banneker publie le Benjamin Banneker’s Almanac, qui contribue également à prouver aux Américains que les Afro-Américains ne sont pas intellectuellement inférieurs aux Blancs.

Banneker a vécu quatre ans après l’ abandon de ses almanachs. Il publie successivement un traité sur les abeilles, une étude mathématique sur le cycle du criquet, et des pamphlets anti-esclavagiste.

Lors d’une promenade avec un ami, le 9 octobre 1806, il se plaint, se sentant mal, il rentre chez lui pour se reposer sur son canapé, il décède dans son sommeil quelques heures plus tard. Il est inhumé le mardi 11 octobre 1806 dans le cimetière familial jouxtant sa propriété.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.