Bécassine.

Bécassine est un personnage de bande dessinée jeunesse français créé par la scénariste Jacqueline Rivière et le dessinateur Émile-Joseph-Porphyre Pinchon, qui apparaît pour la première fois dans le premier numéro de l’hebdomadaire pour jeunes filles La Semaine de Suzette le 2 février 1905.

Dans certains albums, mais uniquement à compter de 1913, le personnage est nommé Annaïk (parfois « Annaïck ») Labornez. Elle serait née à Clocher-les-Bécasses, un village imaginaire du Finistère sud.

Le personnage a fait l’objet de plusieurs adaptations au cinéma, dont deux films et un long métrage d’animation, tous français, ce dernier s’intitulant Bécassine et le Trésor viking.


L’histoire, initialement prévue pour boucher une page blanche du 2 février 1905 de la revue française La Semaine de Suzette en raison de la défection d’un auteur malade (ou selon une autre version d’un annonceur publicitaire), fut écrite par la rédactrice en chef du magazine Jacqueline Rivière et dessinée par Joseph Pinchon (1871-1953). Elle relate une bévue réellement commise par la servante bretonne de l’auteur. Le nom de « Bécassine » est choisi par élimination pour faire référence à cette bévue : « bêtise », « bécasse » puis « Bécassine » qui désigne une jeune fille ronde et naïve.

Bécassine, carte maximum, Paris, 9/04/2005.

Le personnage de Bécassine rencontre un tel succès qu’il réapparaît en première page du no 23 pour « Le livre d’or de Bécassine » en juillet 1905 puis dans de nouvelles planches qui paraissent régulièrement, toujours en guise de remplissage ponctuel.

Personnage de Bécassine lors du carnaval du Bœuf gras à Nantes en 1921.
Cette naissance littéraire de Bécassine est cependant infirmée par Pinchon qui prétend que le fondateur de La Semaine de Suzette, Maurice Languereau, lui a demandé dès 1904 d’illustrer « l’histoire d’une petite Bretonne à son départ de village pour venir se placer à Paris ».

Feuillet de 10 avec vignette personnalisable.

À partir de 1913, le personnage de Bécassine est repris par le scénariste Caumery, pseudonyme de Maurice Languereau, neveu et associé d’Henri Gautier dans la maison d’édition Gautier-Languereau, éditrice de La Semaine de Suzette. Caumery la dote d’une psychologie plus dense, et lui donne à cette occasion son vrai nom, Annaïk (parfois écrit « Annaïck ») Labornez. Toujours dessinée par Pinchon (qui s’inspirait à l’origine du folklore amiénois pour dessiner la bonne), c’est Caumery qui lui donne les traits d’une bretonne devenant l’héroïne d’histoires beaucoup plus structurées.

De 1913 à 1952, paraissent plusieurs aventures de Bécassine, toutes dessinées par Pinchon (sauf deux, dessinées par Édouard Zier) et scénarisées par Maurice Languereau jusqu’en 1941 (année de son décès), remplacé, de 1948 à 1950, par d’autres personnes signant « Caumery ». D’autres albums et recueils sont parus après la mort de Pinchon en 1953, notamment une série dessinée par Trubert à partir de 1959.

Bécassine avec vignette personnalisée.

Apparue trois ans avant la bande dessinée Les Pieds nickelés, la naissance de Bécassine marque celle de la bande dessinée moderne, la transition entre les histoires illustrées et la « vraie » bande dessinée. Son style de dessin, au trait rond, vif et moderne, inspirera une ligne graphique : la « ligne claire », dont vingt-cinq plus tard Tintin sera le plus beau fleuron.

La bouche de Bécassine ne semble généralement pas apparaître dans les différents albums (particulièrement dans les premières éditions), ce qui fera dire à certains militants bretons qu’il s’agissait d’empêcher le personnage de pouvoir « protester en breton ».

On peut cependant deviner lors de certaines postures du personnage le dessin d’un point, voire d’un léger trait pour représenter la bouche.

Malgré l’image d’une jeune femme un peu sotte, voire arriérée qui lui colle à la peau, plus particulièrement dans les premiers albums, le lecteur se rend compte au fur et à mesure de la sortie des albums que Bécassine sait non seulement lire et écrire puisqu’elle écrit ses mémoires dès le premier album, mais elle passe son permis de conduire afin de voyager dans sa propre automobile (de marque Excelsior) qu’elle baptise du doux nom de « fringante » (album : L’automobile de Bécassine), fait encore peu banal pour une femme en 1927.

Peu de temps avant, elle s’était engagée personnellement pour soutenir le moral des troupes durant la Première Guerre mondiale (albums : Bécassine pendant la Guerre, Bécassine chez les Alliés, Bécassine mobilisée). Elle sait jouer de la pelote basque (album : Bécassine au Pays Basque) et n’hésite pas à enseigner aux enfants (album : Bécassine maîtresse d’école). Elle prend l’avion (album : Bécassine en aéroplane), le bateau (album : Bécassine en croisière) et se déplace jusqu’en Amérique (album : Bécassine voyage). Elle apprend les rudiments du ski alpin (album : Bécassine dans la neige) et semble être capable de savoir tout faire (album : Les cent métiers de Bécassine).

Malgré son rôle de bonne provinciale au service d’une famille riche puis de nounou, normalement contrainte de vivre dans un univers bourgeois et aseptisé, Bécassine adore vivre dehors où elle admire les panneaux publicitaires de style Art déco et court toutes expositions à la mode comme celle de l’exposition coloniale de 1931. En compagnie de Loulotte, sa petite protégée, elle arpente l’avenue des Champs-Élysées, admire le pont Alexandre III, la Rive gauche et le Jardin du Luxembourg et discute avec tout le monde, depuis la fleuriste, jusqu’à la marchande de journaux en passant par les bonimenteurs de rue et ce sergent de ville qui l’aide à traverser des rues déjà encombrées de voitures. Elle découvre le chantier de la construction du métro, puis, plus tard, elle s’engouffre dedans, dès que celui-ci est en fonctionnement. Bécassine est l’archétype de la femme des années folles, bien intégrée dans son époque.

Selon l’historien Pascal Ory, Bécassine, à l’instar des rédacteurs (et généralement des abonnés) du journal La Semaine de Suzette, s’engage du côté de l’ordre. En 1919, elle applaudit à une grève brisée par les ingénieurs. Cependant au fil des années et des albums, le lecteur assiste à la promotion d’une jeune femme issue des classes populaires, dans le sens d’une sorte de promotion d’un prolétariat ancillaire, alors que les élites traditionnelles semblent décliner. Fidèle à l’idée de ses auteurs, Bécassine reste d’une forme de compromis entre les classes sociales.

Durant l’Occupation, les nazis interdiront la diffusion des albums de Bécassine parus à la fin des années 1930.

De nombreux universitaires ou chercheurs ont démontré que le personnage de Bécassine tel qu’il transparait à travers la plupart des albums témoigne de la vision négative que la bourgeoisie parisienne avait du menu peuple breton.

James Eveillard et Ronan Dantec, qui ont consacré un ouvrage à la représentation des Bretons dans la presse illustrée française, définissent Bécassine comme l’« incarnation du mépris dont les Bretons ont souvent souffert ». Alain Croix et Christel Douard parlent littéralement de « syndrome de Bécassine » quant à eux.

Dans La Bretagne, ouvrage publié dans la collection « idées reçues », l’ethnologue François de Beaulieu voit dans ce personnage un « mélange de bonté et de bêtise entêtées qui a ses racines dans le vieux mythe de la « Bretagne arriérée mais pure ». » Selon lui, dans les années 1970, l’image de Bécassine change en raison de divers détournements, comme sur une affiche d’Alain Le Quernec qui la présente le poing dressé, protestant contre les marées noires répétitives qui souillent alors les côtes bretonnes.

Henri Boyer, professeur en sciences du langage à l’Université de Montpellier III, indique que les différents épisodes de Bécassine fondent cependant « sa réputation de simple d’esprit » et que l’époque de la Bretagne romantique est alors révolue. « L’image du Breton têtu, courageux, borné, plouc, alcoolique s’impose. Le plus grave est sans doute la manière dont les Bretons ont eux-mêmes intégré cette image qui leur est renvoyée, il est vrai, de multiples façons. »

En 1995, à l’occasion des 90 ans du personnage, le journal France-Soir se demande à propos de Bécassine : « Est-elle devenue moins gourde ? »

Dans un ouvrage de vulgarisation paru en 2003, l’historien Jérôme Cucarull explique que l’Histoire économique de la Bretagne a récemment tiré profit d’une recherche fructueuse qui a abouti notamment à rectifier nettement l’image qui prévalait jusqu’« il n’y a pas encore si longtemps », « d’une Bretagne rurale arriérée dont Bécassine pouvait constituer un symbole commode. »

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.