Beatrix Potter, naturaliste et écrivaine.

Helen Beatrix Potter, née dans les Bolton Gardens, quartier sud de Kensington district de Londres le 28 juillet 1866 et morte à Sawrey, dans le comté de Cumbria, le 22 décembre 1943, est une naturaliste et écrivaine britannique. Elle est principalement connue pour ses livres destinés à la jeunesse.


Beatrix Potter est la fille de Rupert et d’Helen Potter, famille de la bourgeoisie enrichie par l’industrie cotonnière du Lancashire. Elle est éduquée à domicile, où ses parents lui transmettent l’amour de l’art et des activités artistiques ; enfant, Beatrix rencontre peu d’enfants de son âge.

Son père, Rupert est un riche avocat et un photographe amateur, féru d’art, qui emmène sa fille et son fils Bertram aux expositions de la Royal Academy.

Le peintre préraphaélite John Millais est un ami de la famille qui l’encourage à poursuivre ses activités de dessinatrice. Beatrix est littéralement en adoration devant son tableau Ophelia qui est à ses yeux « une des plus merveilleuses peintures au monde ».

De novembre 1878 à mai 1883, les parents de Beatrix l’inscrivent à la National Art Training School (maintenant devenue le Royal College of Art) pour qu’elle y suive des cours de dessin.

Les mois d’été, la famille s’installe à Wray Castle, près d’Ambleside, dans le Lake District, au nord de l’Angleterre. C’est un véritable paradis pour la jeune fille qui trompe son ennui grâce à l’étude de la nature : herbier, collection de fossiles ou d’insectes, approfondissant ses connaissances scientifiques.

C’est également à Wray Castle, que Beatrix, à ses 16 ans, fait la rencontre, déterminante, du prêtre anglican Hardwicke Rawnsley. Ce grand amoureux de la région des Lacs milite pour la protection de l’environnement et fondera en 1895 le National Trust. Il encourage son goût du dessin naturaliste, l’encourage à poursuivre ses recherches sur les animaux et les plantes et la pousse à fréquenter le British Museum.

Beatrix se passionne pour la mycologie. Pendant des années, elle récolte des spécimens, les dissèque, les dessine dans les moindres détails et développe bientôt une théorie sur la propagation des lichens selon laquelle l’association lichénique entre algues et champignons est mutualiste. Soutenue par son oncle, le chimiste Sir Henry Enfield Roscoe, elle présente ses recherches aux botanistes des Jardins botaniques royaux de Kew, en pure perte : elle est victime de l’ostracisme d’une communauté scientifique, car elle est une femme et cela la relègue au rang d’amateur. La Linnean Society of London organise une conférence autour de ses recherches à laquelle elle n’aura pas, en tant que femme, le droit d’assister, c’est un ami qui présente son article : On the Germination of the Spores of the Agaricinea / De la germination des spores de l’agaricinée.

Elle a légué plus de 450 dessins naturalistes à l’Armitt Museum Gallery d’Ambleside.

En 1890, sur le conseil d’Hardwicke Rawnsley, elle crée, à partir de ses dessins d’animaux et de plantes, elle envoie ses premières cartes de vœux à Hildesheimer & Faulkner (Siegmund Hildesheimer) un éditeur londonien spécialisé dans les cartes de voeux et de Noël, l’éditeur conquis envoie un chèque de 6 £ et lui commande d’autres dessins.

En septembre 1893, Noël Moore, le fils âgé de 5 ans de sa gouvernante Annie Carter Moore, tombe malade. Pour accompagner sa convalescence, Beatrix lui compose l’histoire de quatre petits lapins nommés Flopsy, Mopsy, Cottontail, et Peter.

En 1900, Potter reprend son histoire des quatre petits lapins, lui donne un nouveau titre The Tale of Peter Rabbit / Le conte de Pierre Lapin et fabrique à la main un livre sur le modèle de The Story of Little Black  Sambo d’Helen Bannerman, publié en 1899, qui fut un des premiers best-sellers de la littérature pour enfants. Modèle de petit format adapté aux petites mains enfantines. Beatrix propose son manuscrit à divers éditeurs, mais tous refusent, alors elle décide de le publier à compte d’auteur. Elle commande un premier tirage de 250 exemplaires en septembre 1901 pour coût de 11 £. Les livres déposés dans les librairies locales disparaissent rapidement, l’auteur de Sherlock Holmes, Arthur Conan Doyle, en achète un exemplaire pour ses enfants, le retour des lecteurs est élogieux aussi Beatrix commande un second tirage de 200 exemplaires.

Entre temps, Frederick Warne & Co., l’un des éditeurs qui l’avaient précédemment refusé, entendant parler de son succès accepte de publier The Tale of Peter Rabbit / Le conte de Pierre Lapin avec des illustrations en couleurs. C’est ainsi qu’en octobre 1902, est édité The Tale of Peter Rabbit, trois mois plus tard, en décembre 1902, les premiers 28 000 exemplaires sont vendus. Femme d’affaires avisée, elle dépose un brevet pour une poupée à l’effigie de Pierre Lapin en 1903.

Beatrix Potter a 36 ans, vit toujours chez ses parents, mais gagne sa vie pour la première fois.

En 1905, elle achète avec ses revenus la ferme Hill Top à Near Sawrey dans le comté de Cumbria. Les dix années qui suivent verront la naissance de 23 albums. La famille de Peter Rabbit s’agrandit : Jeremy Fisher le Crapaud, Cecily Parsley, Miss Moppet et bien d’autres évoluent dans un univers souvent cruel, alors que leur auteur, reconnue, se délivre peu à peu de la tutelle pesante de ses parents.

Elle se fiance avec Norman Warne, son éditeur, à l’âge de 39 ans, mais il meurt, foudroyé par une leucémie, quelques mois après l’annonce officielle des fiançailles. En 1913, elle épouse Williams Heelis, un notaire d’Ambleside dans le Lake District. À partir de cette date, elle se consacre moins à l’écriture et à l’illustration ; elle abandonne progressivement Peter Rabbit pour se consacrer, avec son mari, à la vie rurale et en particulier à l’élevage de moutons Herdwick, race de moutons indigènes.

Elle meurt à Sawrey, en Cumbria, le 22 décembre 1943. Elle lègue au National Trust 14 fermes, 4 000 acres (16 km2) de terre, ses troupeaux de moutons Herdwick et, bien sûr, ses lapins, qui, affirmait-elle, étaient les descendants du véritable Peter Rabbit.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.