Barbra Streisand, chanteuse, actrice et productrice.

Barbara Joan Streisand, dite Barbra Streisand, est une chanteuse, actrice, réalisatrice et productrice américaine, née le 24 avril 1942 à New York.

Sur une carrière qui s’étend sur sept décennies, elle est l’une des très rares artistes à avoir reçu au moins un Emmy, un Grammy, un Oscar et un Tony Award (EGOT).

La carrière musicale de Barbra Streisand commence en 1963. Elle place, au cours de sa carrière, 11 albums à la première place des ventes aux États-Unis – un record pour une femme – dont People (1964), The Way We Were (1974), Guilty (1980) et Higher Ground (1997). Cinq de ses chansons atteignent également la première place des classements américains : The Way We Were, Evergreen, You Don’t Bring Me Flowers, No More Tears (Enough Is Enough) et Woman in Love. En France, sa version de Memory demeure aujourd’hui son titre le plus connu.

Streisand se lance en parallèle dans une brillante carrière au cinéma. Son rôle dans Funny Girl (1968), acclamé par la critique, lui permet de  remporter l’Oscar de la meilleure actrice. On compte parmi ses plus grands films Hello, Dolly ! (1969), Nos plus belles années (1973), Nuts (1987), Le Prince des marées (1991) et Une étoile est née (1976), pour lequel elle remporte son deuxième Oscar pour Evergreen. Elle devient la première femme à être honorée en tant que compositrice d’un titre oscarisé. Avec Yentl (1983), Streisand devient la première femme à écrire, produire, réaliser et jouer dans un film. Le film est oscarisé pour sa musique et reçoit un Golden Globe pour la meilleure comédie musicale cinématographique. Barbra Streisand décroche également le Golden Globe du meilleur réalisateur, devenant ainsi la première femme à remporter ce prix.

Avec des ventes de plus de 150 millions de disques dans le monde, Streisand est l’une des artistes les plus populaires. Elle est aujourd’hui la chanteuse ayant vendu le plus de disques aux États-Unis, avec 70 millions d’albums vendus devant Mariah Carey et Madonna. Elle est par ailleurs la seule artiste à avoir placé au moins un album numéro un aux charts américains sur 6 décennies consécutives (1960s,1970s, 1980s, 1990s, 2000s, 2010s). Selon la RIAA, Streisand cumule plus de 51 disques d’or, 30 disques de platine, et 13 disques multi-platine aux États-Unis. Elle a reçu au cours de sa carrière 2 Oscars, 1 Tony Awards, 10 Grammy Awards 5 Emmy Awards, 4 Peabody Awards, la Médaille présidentielle de la liberté et 9 Golden Globes. Elle est également officier de la Légion d’honneur.

Dès les années 1960, Streisand est présentée comme l’actrice la mieux payée à Hollywood, devant Elizabeth Taylor. Sa fortune en 2021 est estimée à 625 millions de dollars.


Les parents de Barbra sont Diana et Emanuel Streisand. Elle a un frère aîné, Sheldon J. Streisand, et une demi-sœur, également chanteuse, Roslyn Kind. Le 21 mars 1963, à 20 ans, Barbra épouse Elliott Gould alors âgé de 24 ans. Ils divorcent le 9 juillet 1971. Est né de cette union un garçon, Jason Emanuel Gould. Le 1er juillet 1998 Barbra, à 56 ans, se marie en secondes noces avec James Brolin alors âgé de 57 ans. Entre-temps, sa vie sentimentale avec le Premier ministre canadien Pierre Trudeau, Jon Peters, Don Johnson, ou le tennisman André Agassi dans les années 1990, fait la une de la presse people.

Barbara Streisand naît le 24 avril 1942 dans le quartier de Brooklyn à New York, au sein d’une famille juive ashkénaze de la petite bourgeoisie. Son père Emanuel Streisand, professeur d’anglais réputé, meurt d’une complication de crise d’épilepsie le 4 août 1943, ce qui laissera à Barbara une blessure profonde. Sa mère, Diana, née Ida Rosen, secrétaire scolaire, absente et peu réconfortante, se remarie avec Louis Kind, un instituteur jugé violent que Barbra hait, ce dernier la considérant comme un vilain petit canard. Barbara sait très vite qu’elle veut faire du théâtre ou du cinéma : elle imite les publicités qui passent à la télévision et passe ses après-midi dans les salles obscures, à regarder tous les films, quels qu’ils soient.

Élève brillante de l’Erasmus Hall High School, elle intègre la chorale de ce lycée où elle fait ses gammes. Elle réalise son premier disque amateur à 13 ans, prend des cours de théâtre au Malden Bridge et participe à plusieurs pièces entre l’été 1957 et l’été 1959 et remporte son premier concours de radio crochet en 1960, à l’époque où elle décide de supprimer le deuxième « a » de son prénom. Elle obtient son bac très tôt, à 16 ans et, ne voulant pas continuer à l’université, court après les rôles de théâtre tout en accumulant les petits boulots (baby-sitter, serveuse).

En 1960, Barbara Streisand commence sa carrière au Lion, un club gay de Broadway. Un fan club se forme rapidement et son compagnon Barry Dennen l’aide artistiquement à ce que sa carrière décolle. Dès 1961, on la sollicite partout, de théâtre en cabaret. Elle chante dans des clubs de Détroit, de Saint-Louis, de New York, jusqu’au Canada et à la radio. Elle apparaît pour la première fois à la télévision dans The Jack Paar Tonight Show le 5 avril 1961 sur la chaine NBC.

En 1962, elle est engagée pour I Can Get It For You Wholesale. La pièce est un succès et pour sa première apparition à Broadway, Barbra Streisand remporte le New York Drama Critics Award de la meilleure actrice dans un second rôle et elle est nommée pour un Tony Award.

Son premier album, The Barbra Streisand Album, produit par Columbia Records, sort en 1963, et remporte trois Grammy Awards (Album de l’Année, Vocaliste Féminine de l’Année et Meilleure Couverture).

En 1962, ses qualités de chanteuse séduisent la Columbia, qui lui signe un contrat. Elle décroche le premier rôle de la comédie musicale Funny Girl en 1964, qui retrace la carrière de Fanny Brice, célèbre comédienne à Broadway du temps des Ziegfeld Follies et créatrice du personnage de Baby Snooks, une enfant de 4 ans aux aventures humoristiques. Cette pièce devient très vite un énorme succès de Broadway et son interprétation lui apporte sa deuxième nomination aux Tony Awards.

Chanteuse très populaire maintes fois récompensée aux Grammys, Barbra Streisand se produit sur les scènes et chante tout au long de sa carrière, sur plus d’une soixantaine d’albums comprenant aussi des reprises de succès du Broadway des années 1920-1930, des interprétations de grands standards de jazz ou de musique pop des années soixante-dix, des bandes originales de films.

Sa première apparition à l’écran est l’adaptation de Funny Girl, que réalise William Wyler en 1968. Elle obtient pour ce rôle un Oscar, ex-æquo avec Katharine Hepburn.

Elle enchaîne ensuite avec le même succès d’autres comédies  musicales : Hello, Dolly ! en 1969, Funny Lady en 1975, ou encore Une étoile est née en 1976, dont la chanson phare, Evergreen, est récompensée par l’Oscar de la meilleure chanson originale.

Elle joue aussi dans des comédies classiques (La Chouette et le Pussycat, 1970 ; Ma femme est dingue, 1974; Mon beau-père, mes parents et moi, 2003) ainsi que par des films plus dramatiques (Nos plus belles années, 1973 et sa chanson The Way We Were ; Cinglée, 1987).

Barbra Streisand produit une série de quatre spectacles télévisés novateurs sur CBS, entre 1965 et 1973, dont elle contrôle entièrement l’aspect  artistique. Entièrement consacrés à Streisand, les trois premiers spectacles comportent trois parties distinctes dont une au moins est une prestation dans les conditions du direct devant un public.

My Name Is Barbra, diffusé le 28 avril 1965, est couronné par deux Emmy Awards et connaît un énorme succès d’audience. Le Color Me Barbra du 30 mars 1966 réserve une partie au Philadelphia’s museum of arts, et The Belle of 14th Street, le 11 octobre 1967, rend hommage au vaudeville américain. Ils reçoivent aussi un très grand succès.

Pour le quatrième |spectacle, Barbra Streisand…and other musical instruments du 2 novembre 1973, Streisand revient au one woman show avec son invité de marque Ray Charles, ils chantent en duo trois chansons. Le thème du show, la diversité des instruments de musique et des cultures musicales à travers le monde, réserve à la voix une place d’instrument à part entière. En démonstration, Barbra tient une note pendant 22 secondes, à la fin de I Got Rythm Medley.

Barbra Streisand passe à la réalisation cinématographique à trois reprises. Elle tourne la comédie Yentl, en 1983 (qu’elle adapte d’une nouvelle d’Isaac Bashevis Singer), elle reçoit le Golden Globe du meilleur film de comédie, mais aussi le prix du pire acteur (elle joue un travesti) des Razzie Awards. Ses comédies romantiques Le Prince des marées, en 1991, et Leçons de séduction, en 1996, ont moins de succès.

Elle reçoit le jeudi 28 juin 2007 à l’Élysée les insignes d’officier de la Légion d’honneur des mains du président de la République Nicolas Sarkozy. Grand admirateur de la star, le Président lui a rendu hommage et témoigné de « l’attachement des Français à cette femme d’exception, amoureuse de la France, qui, après 47 ans de carrière, a donné, pour la première fois à Paris, un inoubliable concert », le 26 juin, accompagnée d’un orchestre de 58 musiciens et de quatre chanteurs de Broadway devant presque dix mille personnes.

En 2008, elle est l’artiste féminine qui a vendu le plus d’albums aux États-Unis18 : la Recording Industry Association of America (RIAA) comptabilise 71 millions d’albums vendus depuis 1963, dont 50 albums ont été certifiés Disque d’or, 30 de Platine, 13 multi Platine, et récompensés par 8 Grammy Awards ; seuls Elvis Presley et Michael Jackson ont fait mieux. C’est également la seule artiste à avoir eu au moins un album placé no 1 du Top 100 pendant 5 décennies. Au cinéma, elle a été récompensée par 2 Oscars et 9 Golden Globes.

Démocrate convaincue, très critique envers la politique de George W. Bush, Streisand a toujours assisté aux congrès du parti dont elle est membre, et soutenu ses différents candidats aux élections. En 2008 et en 2016, elle a soutenu Hillary Clinton, pour les primaires à la nomination démocrate des présidentielles.

Elle est engagée pour la défense des droits LGBT, et a été une icône gay dans les années 1970 et 1980.

La cardiologue américaine Bernadine Healy dénomme la différence de traitement et de prise en charge des femmes le syndrome de Yentl, en référence au personnage de Yentl jouée par Barbra Streisand en 1983. En 2008, celle-ci crée le Women’s Heart Center, voué à la recherche en cardiologie pour les femmes.

En janvier 2011, Arthur Laurents annonce que la star devrait incarner le rôle de Madame Rose dans une adaptation de Gypsy, une comédie musicale d’Arthur Laurents, Jule Styne et Stephen Sondheim, produite par Joel Silver. En mars 2012, le projet est confirmé, et Julian Fellowes est engagé pour écrire la version finale du scénario.

Le dernier long-métrage où Barbra Streisand a joué est la comédie Maman, j’ai raté ma vie, réalisée par Anne Fletcher, avec Seth Rogen, sortie le 19 décembre 2012 aux États-Unis ; cette comédie sur les rapports mère-fils lors d’un road movie à travers les États-Unis est parue directement en vidéo en France en juillet 2013.

Barbra Streisand souffre d’un trouble de l’audition : les acouphènes (Tinnitus aureum) ; elle entend des infrasons et des ultrasons ainsi qu’une sorte de bourdonnement ou de sifflement provoqués souvent par une émotion forte. Les acouphènes ont été un calvaire pour la chanteuse ; elle a pu néanmoins en tirer parti, car en entendant les ultrasons et les infrasons, elle a pu améliorer sa voix.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.