Astérix et Obélix, la bande dessinée de Goscinny et Uderzo.

Astérix, anciennement Astérix le Gaulois, est une série de bande dessinée française créée le 29 octobre 1959 par le scénariste français René Goscinny et le dessinateur français Albert Uderzo dans le no 1 du journal français Pilote. Après la mort de René Goscinny en 1977, Albert Uderzo poursuit seul la série, puis passe la main en 2013 à Jean-Yves Ferri et Didier Conrad.

La série met en scène en 50 av. J.-C. (peu après la conquête romaine) un petit village gaulois d’Armorique qui poursuit seul la lutte contre l’envahisseur grâce à une potion magique préparée par le druide, cette boisson donnant une force surhumaine à quiconque en boit. Les personnages principaux sont le guerrier Astérix et le livreur de menhirs Obélix, chargés par le village de déjouer les plans des Romains ou d’aller soutenir quiconque sollicite de l’aide contre la République romaine.

Publiée dans Pilote de 1959 à 1973, la série est éditée parallèlement en album cartonné, pour les vingt-quatre premiers albums, d’abord aux éditions Dargaud, puis à partir de 1998 aux éditions Hachette, et enfin aux éditions Albert René pour les dix albums suivants. Les ventes cumulées des albums, traduits dans cent onze langues, représentent 380 millions d’exemplaires, ce qui en fait la bande dessinée la plus vendue dans le monde après le manga One piece.

La série est avant tout humoristique et parodie principalement la société française contemporaine à travers ses stéréotypes et ses régionalismes, ainsi que des traditions et coutumes emblématiques de pays étrangers. Le comique de répétition est très présent avec notamment le naufrage des pirates. Le dessin est lui semi-réaliste, fortement inspiré de l’école de Marcinelle.

Le duo René Goscinny-Albert Uderzo se forme dès le début des années 1950 et mène rapidement de nombreux projets en commun au sein de l’agence World Press, fondée par Georges Troisfontaines. Leur première collaboration aboutit à la création d’une série humoristique, Oumpah-Pah le Peau-Rouge, qu’ils ne parviennent pas à faire publier. Georges Troisfontaines leur commande alors une rubrique sur la manière de bien se tenir dans le monde, initulée Qui a raison ?, qu’il place dans l’hebdomadaire féminin Les Bonnes Soirées édité par Dupuis. Uderzo l’illustre de 1951 à 1953 mais Goscinny, lassé du sujet, cesse de fournir des textes en 1952. Le duo crée également les séries Jehan Pistolet, publiée dans le supplément jeunesse de La Libre Belgique à partir de 1952, puis Luc Junior, publiée dans le même journal à partir de 1954.

En 1956, Goscinny et Uderzo, accompagnés du scénariste Jean-Michel Charlier et de Jean Hébrard, quittent World Press pour fonder leurs propres agences de presse et de publicité, Édifrance et Édipresse. En 1959, le publicitaire François Clauteaux lance Pilote, un journal pour les enfants financé par Radio Luxembourg, et charge les quatre associés d’assurer la partie bande dessinée du nouveau périodique. Uderzo et Goscinny se proposent d’abord d’adapter le Roman de Renart et quelques planches sont réalisées pour la maquette du journal. Mais le dessinateur Raymond Poïvet leur apprend que le dessinateur Jean Trubert a déjà réalisé une bande dessinée sur le même thème pour le journal Vaillant. Déçu, le duo cherche une nouvelle idée.

À deux mois de la sortie du journal, ils sont réunis dans l’appartement d’Uderzo à Bobigny, en face du cimetière de Pantin. Goscinny songe à une bande relevant du « folklore français » et demande à Uderzo de lui énumérer les grandes périodes de l’histoire de France. Ce dernier commence par le paléolithique puis enchaîne sur les Gaulois, une période qui s’impose comme une évidence car inédite en bande dessinée. En quelques heures, les deux compères créent le village gaulois et ses habitants. Goscinny imagine un personnage malin, au petit gabarit, prenant le contre-pied des héros habituels des bandes dessinées de l’époque. Pour satisfaire ses préférences de dessinateur, Uderzo lui adjoint un second rôle au gabarit imposant qui devient, d’un commun accord entre les auteurs, livreur de menhirs. Astérix et Obélix sont nés.

La série intègre à temps le journal Pilote pour son lancement le 29 octobre 1959. Le premier numéro s’écoule à 300 000 exemplaires et l’histoire intitulée Astérix le Gaulois fait de la série l’une des plus plébiscitées par les lecteurs. Malgré ce succès, le journal manque rapidement d’argent et, pour survivre, il est racheté pour un franc symbolique par Georges Dargaud, ainsi que les séries qui le composent.

Rançon du succès : le premier satellite français est baptisé Astérix.
Forts du succès d’Astérix le Gaulois, les auteurs enchaînent avec une deuxième histoire intitulée La Serpe d’or, publiée à partir du 11 août 1960 dans Pilote. C’est la première fois que les deux héros s’éloignent des environs du village, pour se rendre à Lutèce afin d’y acheter une nouvelle serpe pour le druide Panoramix. C’est également dans cet épisode que le barde est mis à l’écart pour le banquet final, bâillonné et attaché à un arbre par ses compères qui ne supportent pas son chant, une scène qui deviendra récurrente dans les différents albums d’Astérix. En 1961, un premier album de la série est édité par Hachette dans la « Collection Pilote », reprenant l’intégralité de l’histoire Astérix le Gaulois. Le livre se vend alors à 6 000 exemplaires. La même année, la parution de la troisième histoire, Astérix et les Goths, démarre dans Pilote. C’est la première fois qu’Astérix et Obélix s’aventurent hors de la Gaule.

Devenues la série phare du journal, les aventures des Gaulois occupent presque en continu la place privilégiée de la dernière page pendant quatre années, de 1961 à 1965. Astérix gladiateur, quatrième volet de la série, paraît à partir de mars 1962 et marque l’apparition d’un nouveau gag récurrent. Uderzo et Goscinny y font un clin d’œil à Victor Hubinon et Jean-Michel Charlier et leur série Barbe-Rouge, publiée elle aussi dans Pilote, en faisant croiser la route d’Astérix et Obélix à un équipage de pirates, dont le bateau fait naufrage. Les ventes d’albums explosent : ce quatrième opus atteint la première année 150 000 exemplaires vendus, tandis que les premiers retirages font s’accroître le nombre d’albums mis sur le marché. Le succès d’Astérix dépasse largement le cadre de la bande dessinée : plusieurs journaux réputés sérieux commencent à s’intéresser à la série pendant l’été 1965, tandis que la même année, le premier satellite français lancé dans l’espace est officieusement baptisé Astérix par ses concepteurs.

L’histoire suivante, intitulée Le Tour de Gaule d’Astérix, dont la parution a débuté février 1963, est une caricature des régionalismes français. C’est aussi l’entrée d’un personnage important de la série, le chien Idéfix, qui suit Astérix et Obélix durant toute l’aventure sans que ceux-ci ne le remarquent avant la dernière planche. Un concours est lancé dans les pages de Pilote pour le baptiser.

La sortie du film Cléopâtre, en 1963, l’une des réalisations les plus chères de l’histoire du cinéma, avec la présence d’Elizabeth Taylor dans le rôle-titre, inspire aux deux auteurs le thème de la sixième aventure de la série, Astérix et Cléopâtre, dans laquelle les deux héros se rendent en Égypte en compagnie du druide Panoramix. L’annonce dans Pilote de la parution de cette nouvelle aventure, de même que la couverture originale de l’album, parodient l’affiche du film de Mankiewicz.

L’année suivante, Le Combat des chefs est selon Le Figaro une raillerie de la campagne de l’élection présidentielle en cours, mais évoque aussi, toujours selon le journal, un sujet plus grave : la collaboration pendant la seconde guerre mondiale, en assimilant les Gallo-Romains aux Français qui pactisaient avec l’occupant allemand.

L’histoire Astérix chez les Bretons, parue dans Pilote à partir de septembre 1965, confirme le succès grandissant de la série : le tirage initial de l’album s’élève à 400 000 exemplaires, soit le double de l’album précédent. Parallèlement, la direction de Pilote adopte le sous-titre « le journal d’Astérix et d’Obélix » pour son hebdomadaire, signalant ainsi la place prééminente de la série auprès des lecteurs. L’année suivante, dans la neuvième aventure, Astérix et les Normands, ces derniers débarquent en Gaule avec neuf siècles d’avance sur la réalité historique. Les ventes d’album décollent littéralement et 1,2 million d’exemplaires sont vendus en deux jours.

Le premier personnage féminin d’importance majeure, Falbala, fait son apparition la même année alors que commence la parution de la dixième aventure, Astérix légionnaire. L’histoire suivante, Le Bouclier arverne, publiée dès le mois de juin 1967, aborde une nouvelle fois le thème de la collaboration sous l’occupation.

À la fin de l’année 1967, la première adaptation des aventures d’Astérix en dessin animé sort sur les écrans. Astérix le Gaulois, produit par les studios Belvision à l’insu des deux auteurs de la série et avec la complicité de Georges Dargaud, réunit 2 415 920 spectateurs, contribuant ainsi à faire connaître les aventures du Gaulois à un public encore plus élargi. Alors qu’une deuxième adaptation est en cours de production chez Belvision, à partir de l’album La Serpe d’or, Uderzo et Goscinny opposent cette fois-ci leur veto et parviennent à convaincre Dargaud de financer un projet plus ambitieux, l’adaptation d’Astérix et Cléopâtre, un long métrage dont ils superviseront l’intégralité de la direction artistique. À sa sortie en 1968, le film est un nouveau succès, avec près de deux millions d’entrées en salle.

Parallèlement, le duo Goscinny-Uderzo poursuit l’écriture de nouvelles aventures : les auteurs s’inspirent de l’actualité pour rédiger le scénario de Astérix aux Jeux olympiques, en l’occurrence les Jeux olympiques d’été de 1968 à Mexico. Cette histoire permet à Albert Uderzo de démontrer ses talents de dessinateur réaliste à travers la représentation des villes d’Athènes et d’Olympie. L’album aborde également un sujet qui fait polémique à l’époque de la création de la série, la question du dopage, soulevée par l’utilisation de la potion magique. Le montant élevé de leurs impôts, dû au succès de la série, leur aurait inspiré le scénario d’Astérix et le Chaudron, treizième épisode d’Astérix.

Suit Astérix en Hispanie, une parodie de l’Espagne des années 1960, envahie par les touristes en été, puis La Zizanie, qui s’inspire des événements survenus au sein de la rédaction de Pilote en mai 1968. Violemment contesté, René Goscinny, alors rédacteur en chef du journal, est victime d’une fronde de jeunes auteurs, menée par Jean Giraud, pour prendre le pouvoir au sein de la rédaction. C’est également dans cet épisode qu’il est donné pour la première fois une réelle importance aux personnages féminins, dont la femme du chef, Bonemine. Toutes s’apparentent à des mégères avides de ragots, au physique peu flatteur, à l’exception de la jeune et coquette compagne du doyen du village, Agecanonix, ce qui vaut aux auteurs un certain nombre d’accusations de misogynie. L’histoire suivante, Astérix chez les Helvètes leur est directement suggérée par Georges Pompidou, alors premier ministre. Albert Uderzo précise : « Nous n’avons pas réalisé cet album tout de suite, pour ne pas lui faire croire que c’était son idée qui avait fait du chemin. On a sa dignité, dans la BD ! » Dans cette aventure, les Gaulois font cause commune avec les Romains : sur fond de corruption, ils viennent en aide à un questeur romain contre un gouverneur qui détourne les impôts à son profit.

Les deux auteurs poursuivent la critique de la société française au fil des aventures. En 1971, c’est à partir de la polémique qui s’ouvre avec le bétonnage des bords de plage français que naît l’histoire Le Domaine des dieux, dans laquelle César a l’idée de faire disparaître la forêt autour du village en construisant un complexe immobilier, afin d’isoler les Gauloise. Dans Les Lauriers de César, ce sont les nouveaux riches qui sont brocardés, en la personne d’Homéopatix, le beau-frère du chef Abraracourcix. Le Devin, dix-neuvième volet des aventures d’Astérix, pointe la crédulité de la plupart des habitants du village, victime d’un charlatan ayant fait alliance avec les Romains, le devin Prolix.

Le 31 mai 1973 commence la parution d’une nouvelle histoire, Astérix en Corse, qui est d’ailleurs la dernière aventure d’Astérix à paraître dans les colonnes de l’hebdomadaire Pilote. En 14 ans, 880 pages du journal auront été consacrées à la série. Pour l’occasion, les auteurs effectuent leur premier voyage d’étude sur place. L’album offre un concentré de stéréotypes nourris sur les Corses, de la pratique de l’omertà à la prétendue paresse des insulaires en passant par leur susceptibilité.

L’année 1974 marque la fondation des Studios Idéfix, qui aboutissent à la sortie du troisième dessin animé de la série, Les Douze Travaux d’Astérix, deux années plus tard. Contrairement aux deux précédents films, celui-ci n’est pas issu de l’adaptation d’un album mais de l’écriture d’un scénario original par René Goscinny, épaulé par Pierre Tchernia. En 1974 sort également le vingt-et-unième album d’Astérix, intitulé Le Cadeau de César, dont le quotidien Le Monde fait son feuilleton d’été. Cet épisode raconte les rivalités qui peuvent apparaître au cours d’une élection locale. Le duel politique qui oppose le chef Abraracourcix à un nouveau venu dans le village, nommé Orthopédix, est un clin d’œil à la campagne électorale qui oppose Valéry Giscard d’Estaing à François Mitterrand lors de l’élection présidentielle de 1974. Astérix et Obélix partent ensuite à la découverte de l’Amérique, dans La Grande Traversée, parue en 1975. La vingt-troisième aventure d’Astérix, dont la prépublication est assurée par Le Nouvel Observateur, tourne en dérision l’économie libérale. Dans cet épisode, intitulé Obélix et Compagnie, un jeune technocrate romain tente d’introduire la loi de l’offre et de la demande dans le village gaulois, ce qui crée une rivalité entre les habitants, chacun voulant devenir le plus riche et le plus puissant du village.

En 1977, un contentieux oppose René Goscinny à son ami et éditeur Georges Dargaud, concernant notamment la gestion des droits étrangers d’Astérix, dans laquelle l’auteur s’estime lésé. Goscinny envisage alors la création d’une maison d’autoédition et demande à Albert Uderzo de suspendre la réalisation des planches de l’épisode suivant de la série, Astérix chez les Belges. Le 5 novembre 1977, René Goscinny meurt brutalement d’une crise cardiaque alors qu’il effectue un test d’effort dans une clinique. Albert Uderzo mène seul le projet de Goscinny : en 1979, il achève l’album Astérix chez les Belges, puis il crée les Éditions Albert René, financées à hauteur de 20 % par Gilberte Goscinny, la veuve du défunt.

Contre Georges Dargaud qui considère après la tragique disparition de Goscinny qu’Astérix est mort avec son auteur, Albert Uderzo s’efforce de poursuivre le travail accompli depuis la fin des années 1950 et assure lui-même l’écriture du scénario des albums suivants. Sa première histoire est Le Grand Fossé, qui parait en 1980 et qui est une référence indirecte au Mur de Berlin qui sépare alors la ville en deux, à l’image du village gaulois traversé par un fossé dans l’album en question. L’année suivante, L’Odyssée d’Astérix est l’occasion pour l’auteur de dénoncer les marées noires qui font l’actualité avec le naufrage du Tanio qui souille les plages de l’Île de Batz. Suivent Le Fils d’Astérix en 1983, puis Astérix chez Rahàzade en 1987, une histoire inspirée des Mille et Une Nuits et qui se déroule pour une grande partie en Inde. Avec La Rose et le Glaive qui sort en 1991, Albert Uderzo répond une nouvelle fois aux accusations de misogynie envers la série : une barde remplace Assurancetourix et entraîne une révolution féministe au sein du village. C’est également la première fois que le tirage initial de l’album atteint deux millions d’exemplaires.

Alors que la série, véritable succès éditorial, ne cesse de battre des records de vente, Albert Uderzo s’attire peu à peu les critiques de la presse quant aux scénarios de ses aventures, jugés peu aboutis. En 1996, dans La Galère d’Obélix, un album qui mène les héros jusqu’à l’Atlantide, Obélix boit une pleine marmite de potion magique, ce qui le transforme en statue de pierre avant de physiquement redevenir un enfant. Dans Astérix et Latraviata, paru en 2001, ce sont les parents des deux héros qui apparaissent et dans Le ciel lui tombe sur la tête, Uderzo introduit une dose de science-fiction dans l’histoire avec la venue d’extra-terrestres au village. Ce dernier album sort en 2005, mais entretemps parait Astérix et la Rentrée gauloise, un album regroupant quatorze histoires courtes parues à diverses époques dont une inédite.

Parallèlement, Astérix devient un héros de cinéma : le film Astérix et Obélix contre César réalisé par Claude Zidi sort en salle en 1999. Avec un budget annoncé à 275 millions de francs, il devient à l’époque la plus grosse production de langue française de tous les temps. Porté par des comédiens renommés comme Christian Clavier dans le rôle d’Astérix, Gérard Depardieu dans le rôle d’Obélix ou encore Roberto Benigni, le film réalise 9 millions d’entrées en France et 24 millions dans le monde entier, mais l’accueil de la presse est plus mitigé.

En 2008, alors qu’il a hissé sa maison d’édition au 63e rang des éditeurs français, Albert Uderzo cède 60 % des parts de sa société au groupe Hachette, qui récupère ainsi les droits sur l’intégralité de la série. Uderzo retourne à sa table de dessin pour signer un nouvel album, L’Anniversaire d’Astérix et Obélix – Le Livre d’or, qui parait en 2009 pour célébrer le cinquantenaire de la série. Dans cet album d’histoires courtes, le lecteur découvre Astérix et ses amis villageois vieillis de 50 ans, ainsi que de nombreuses parodies et détournements d’œuvres d’art*.

Alexandre Astier co-réalise le premier film 3D d’Astérix, sorti en novembre 2014.
Alors que sa main ne lui permet plus de dessiner, Albert Uderzo envisage un temps que la série s’éteigne avec lui, mais il se ravise finalement : en septembre 2011, alors que les éditions Hachette célèbrent les 350 millions d’exemplaires d’Astérix vendus dans le monde, le groupe annonce que l’auteur Jean-Yves Ferri a été choisi par Uderzo pour écrire le scénario du prochain album. Cependant, Uderzo déclare en 2018 qu’il supervise fortement le travail de Ferri et Conrad mais souhaite que la série s’arrête à sa mort.

Astérix chez les Pictes, 35e épisode de la série, est publié le 24 octobre 2013. Le scénario, écrit en six mois par Jean-Yves Ferri, envoie Astérix et Obélix en Écosse, alors appelée Calédonie, pour y démêler une affaire de trahison entre deux clans. Le dessin réalisé par Didier Conrad, alors que Frédéric Mébarki, auteur de tous les visuels sur les produits dérivés d’Astérix, était initialement pressenti, suit fidèlement le style d’Albert Uderzo. Accueilli plutôt favorablement par la critique, ce nouvel album est un succès éditorial : alors que 5 millions d’exemplaires sont imprimés pour le premier tirage, dont 2 millions dédiés à la France, de nouvelles impressions sont commandées en urgence pour répondre à la demande. Quelques semaines plus tard, Albert Uderzo confie dans un entretien accordé à M le magazine du Monde qu’il songe à écrire le scénario d’une nouvelle histoire d’Astérix, sans pour autant en réaliser les dessins.

En 2014, une première adaptation animée en 3D des aventures d’Astérix est réalisée par Alexandre Astier et Louis Clichy. Astérix : Le Domaine des dieux sort en salle le 26 novembre 2014. Le succès est immédiat, tandis que les critiques soulignent la qualité de la réalisation, et qu’Uderzo déclare qu’il s’agit du « meilleur film d’Astérix qui soit sorti. »

Le 31 mars 2015, le scénariste Jean-Yves Ferri dévoile le nom du prochain album d’Astérix : Le Papyrus de César, qui sort le 22 octobre de la même année et est tiré à 4,5 millions d’exemplaires, pour la France.

Le 18 octobre 2017, un nouvel album, intitulé Astérix et la Transitalique sort dans les librairies françaises et est tiré à environ 5 millions d’exemplaires dont 2 millions pour le marché français. C’est donc le troisième album réalisé par le duo Jean-Yves Ferri-Didier Conrad.

Le 38e album, réalisé par Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, sort le 24 octobre 2019. Intitulé La Fille de Vercingétorix, il est tiré à 5 millions d’exemplaires et traduit en vingt langues.

Le Menhir d’Or sortira le 21 octobre 2020.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.