Aristide Briand, ministre, Président du conseil et député.

Aristide Pierre Henri Briand est issu d’une famille modeste. Il naît à Nantes au 12 de la rue du Marchix, donc dans un quartier très populaire et miséreux, au domicile et lieu de travail de ses parents, Pierre-Guillaume Briand et Madeleine Bouchaud, aubergistes. Deux ans après la naissance de leur fils, ils s’installent à Saint-Nazaire où ils gèrent plusieurs établissements, notamment « Le Grand Café ». Ils reviennent à Nantes en 1894.

Après avoir été élève du collège de Saint-Nazaire, Aristide Briand entre comme élève boursier au lycée de Nantes (actuellement lycée Georges-Clemenceau). Il fait une très bonne année scolaire, avec les premiers prix de version latine et de version grecque et les deuxièmes prix d’histoire et d’anglais, et le premier prix de version grecque au concours général. Aussi, il passe directement en rhétorique en 1878-1879 (il y obtient seulement 3 accessits). Durant ces années, il semble qu’il ait fait la connaissance de Jules Verne.

Après le baccalauréat, il entreprend des études de droit et devient clerc de notaire en revenant à Saint-Nazaire. En 1886, il s’inscrit comme avocat stagiaire au barreau de cette ville portuaire, il rencontre Fernand Pelloutier, figure de l’anarcho-syndicalisme et secrétaire de la Fédération des Bourses du travail. Il décide alors de s’engager en politique et se lie d’amitié avec Eugène Courroné, directeur de la Démocratie de l’Ouest auquel il collabore. Devenu directeur politique de l’Ouest Républicain, il s’engage aux côtés des radicaux-socialistes. Il est élu conseiller municipal de Saint-Nazaire le et démissionne le . Il fait ensuite élire des « candidats-ouvriers » au sein du premier municipe socialiste de la ville.

D’août 1900 à novembre 1909, il est inscrit au Barreau de Pontoise. Son cabinet est installé près du lac d’Enghien, où il aime pêcher à la ligne avec ses amis, le dimanche. Il se fait connaître comme journaliste, notamment dans le journal anticlérical La Lanterne, et également en assurant la défense dans des procès emblématiques pour le monde ouvrier, comme celui des employés de l’horlogerie Crettiez de Cluses. Célibataire, il multiplie les conquêtes ; il a eu un temps pour compagne la psychanalyste Marie Bonaparte, disciple de Freud.

Selon Christian Morinière, président de l’association Aristide-Briand, dont l’objet est d’œuvrer à la mémoire du Nantais et de gérer son fonds d’archives personnel, Aristide Briand « s’est toujours réclamé de la Bretagne ». Il était ancré à Nantes, à Saint-Nazaire et dans le Trégor, sur l’île Milliau, au large de Trébeurden, où il séjournait souvent. Morinière indique : « Il ne ratait pas une occasion de revenir. C’était sa patrie. On disait : Briand le Breton. Quand d’autres se disaient Alsaciens ou Provençaux, lui, il se définissait comme Breton ». Et c’est en tant que tel que le quotidien L’Ouest-Éclair parle de lui.

Briand revient au gouvernement fin juillet 1914, d’abord comme ministre de la Justice de René Viviani, puis d’octobre 1915 à mars 1917, comme président du Conseil, détenant le portefeuille des Affaires étrangères. Il joue donc un rôle essentiel dans la première phase de la guerre.

Durant la bataille de Verdun, il est un efficace président du Conseil, montrant ses capacités à faire face dans les moments les plus difficiles. Le , au début de son sixième gouvernement, dont le ministre de la Guerre est maintenant Lyautey, Joffre est remplacé comme commandant en chef par Nivelle, favorable à la reprise de la stratégie offensive et qui va préparer une grande opération pour le printemps 1917. En février 1917, Briand est confronté aux débuts de la révolution en Russie. Le départ de Lyautey en mars entraîne la chute du ministère, avant que Nivelle ait lancé l’offensive du Chemin des Dames, qui va d’ailleurs être un échec.

Combattu depuis des mois avec acharnement par Clemenceau, meneur des jusqu’au-boutistes, il cesse d’être ministre en mars 1917. Dès novembre 1917, sa situation au sein du gouvernement Clemenceau est loin d’être excellente, alors que le chef du gouvernement s’attaque aux « défaitistes », que Malvy — ministre de l’Intérieur depuis mars 1914 — et Caillaux sont déférés à la justice et que plusieurs espions ou supposés tels sont condamnés à mort (Bolo Pacha, Mata Hari). Il est clair que Clemenceau et Briand sont devenus des adversaires durant la Première Guerre mondiale. Clemenceau a dit de lui qu’il était un « imbécile ».

À l’élection présidentielle de janvier 1920, il fait en sorte de bloquer l’élection de Clemenceau, proposant celle de Paul Deschanel. Il convainc ainsi la droite catholique du danger d’élire le vieil anticlérical, tandis que la SFIO n’apprécie guère le « premier flic de France ». Briand va jusqu’à rencontrer Mgr Cerretti, représentant officieux du Vatican à Paris, pour qu’il soutienne Deschanel.

Personnage phare des années 1920 et du début des années 1930, comme son rival Raymond Poincaré, il est président du Conseil à cinq reprises (1921, novembre 1925-juillet 1926, juillet-octobre 1929), occupant le poste de ministre des Affaires étrangères en 1921 et d’avril 1925 à janvier 1932. Durant cette période il se rapproche des socialistes avec qui il était en froid depuis la seconde moitié des années 1910. Pendant ses années au ministère des Affaires étrangères, il est épaulé et appuyé par le secrétaire général du Quai d’Orsay, Philippe Berthelot.

C’est à son rôle international qu’Aristide Briand doit sa renommée. Personnage phare du pacifisme français de l’entre-deux-guerres, il est un partisan de la politique de paix et de collaboration internationale (accords de Locarno, 1925), président du Conseil de la Société des Nations, médiateur lors de l’incident de Pétritch, coauteur du pacte Briand-Kellogg en 1928 qui mettait « la guerre hors-la-loi ». Il parvient à convaincre ses contemporains qui saluent son éloquence, notamment sa « voix de violoncelle ». Le prix Nobel de la paix lui est décerné en 1926, ainsi qu’à son homologue allemand Gustav Stresemann, en reconnaissance de ses efforts pour l’établissement d’une paix durable résultant de négociations librement consenties.

Le , président du Conseil, il annonce devant l’assemblée générale de la Société des Nations, au nom du gouvernement français et en accord avec Stresemann, un projet d’union européenne. L’Assemblée lui donne mandat pour présenter un Mémorandum sur l’organisation d’un régime d’union fédérale européenne (rédigé par Alexis Leger) qui ne fut pas retenu.

En 1931, il est convié à l’inauguration du monument en l’honneur de Clemenceau érigé dans la cour du lycée de Nantes, mais il se fait représenter par son chef de cabinet, Georges Suard, lui aussi ancien élève, officiellement en raison d’une charge de travail trop importante. Il échoue à l’élection présidentielle française de 1931 face à Paul Doumer.

Il abandonne ses fonctions gouvernementales seulement deux mois avant sa mort, le au no 52 avenue Kléber. Ses cendres reposent, depuis le , dans le petit cimetière de Cocherel, commune d’Houlbec-Cocherel (Eure), devant un paysage qu’il aimait tout particulièrement. L’oraison funèbre est prononcée par Édouard Herriot, président du Conseil.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Christophe Bellon, Aristide Briand : Parler pour agir, Paris, CNRS Éditions,

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.