Ardaseer Cursetjee, ingénieur, constructeur de bateaux.

Ardaseer Cursetjee Wadia (6 octobre 1808 – 16 novembre 1877) est un ingénieur et constructeur de navires indien.

Il est connu pour avoir été le premier Indien élu Fellow of the Royal Society, et aussi pour avoir introduit à Bombay un ensemble de nouvelles  technologies, parmi lesquelles l’éclairage au gaz, la machine à coudre ou encore un système d’irrigation par machines à vapeur.


Ardaseer Cursetjee est le fils de Cursetjee Rustomjee, un membre de la famille Wadia comportant de nombreux constructeurs et architectes navals1, et lui-même maitre architecte aux chantiers navals de Bombay.

En 1822, à 14 ans, Ardaseer commence à travailler avec son père. Il semble s’être alors particulièrement intéressé aux machines à vapeur.

En 1833, il lance un bâtiment de 60 tonnes qu’il a dessiné, le Indus.

Le 10 mars 1834, en présence du Gouverneur de Bombay, il installe l’éclairage au gaz dans sa maison et ses jardins à Mazagaon.

En 1837, il est élu à la Royal Asiatic Society en tant que membre non-résident.

Il voyage à Londres en 1839 pour compléter ses études des bateaux à vapeur pour le compte de la Compagnie britannique des Indes orientales ; il fait le récit de ce voyage dans  The Diary of an Overland Journey from Bombay to England ([Journal d’un voyage outremer de Bombay à l’Angleterre]), publié à Londres en 1840. Il construit en Angleterre un moteur à vapeur, qu’il fait expédier en Inde pour être installé sur l’Indus.

Le 27 mai 1841, Cursetjee est élu Fellow of the Royal Society. La nomination, écrite par Spencer Compton, alors président de la Royal Society, le décrit comme un « gentleman bien formé dans la théorie et la pratique de  l’architecture navale et dévoué aux recherches scientifiques ». Il mentionne en particulier sa construction de l’Indus et son installation de l’éclairage au gaz.

Ardaseer Cursetjee demeure ingénieur en chef jusqu’au 1er août 1857. Il prend alors sa retraite et s’installe en Angleterre, en compagnie d’une Anglaise nommée Marian Barber. Bien que non mariés, ils ont des enfants et certains de leurs descendants vivent encore actuellement au Royaume-Uni. L’un d’eux, Blair Southerden a écrit des livres (en particulier A gentle lion and other ancestors, 2013) retraçant sa généalogie.

Il meurt à Richmond le 16 novembre 1877, âgé de 69 ans.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.