Antonio de Curtis dit “Toto”, acteur comique.

Antonio Griffo Focas Flavio Angelo Ducas Comneno Porfirogenito Gagliardi De Curtis di Bisanzio (couramment abrégé en Antonio De Curtis) dit Totò, né Antonio Clemente le 15 février 1898 à Naples et mort le 15 avril 1967 à Rome, est un acteur comique italien. D’abord actif au théâtre, il devient après-guerre l’une des plus grandes vedettes du cinéma italien. Il demeure encore aujourd’hui très populaire en Italie.


Le futur Totò nait à Naples sous le nom d’Antonio Clemente : il est le fils illégitime d’un aristocrate, le marquis Giuseppe De Curtis, et d’Anna Clemente. Antonio grandit dans un milieu défavorisé : Totò est son diminutif avant de devenir son nom de scène. Son père le reconnaît et épouse sa mère au début des années 1920, ce qui lui permet de porter le nom d’Antonio De Curtis. Il commence sa carrière avec des numéros  d’improvisation et d’imitations dans des petits théâtres de Naples. Après être parti pour Rome vers 1922, il gagne en notoriété et en 1930 il possède sa propre compagnie de théâtre et part en tournée en Italie pour diverses revues (riviste), toutes chaleureusement accueillies du public.

En 1933, alors qu’il est déjà un acteur reconnu au théâtre, il se fait légalement adopter par un aristocrate, le marquis Francesco Maria Gagliardi Focas, ce qui lui permet ensuite, alors qu’il a grandi dans la pauvreté, de porter à l’état-civil le nom complet de Antonio Griffo Focas Flavio Angelo Ducas Comneno Porfirogenito Gagliardi De Curtis di Bisanzio. Il peut ainsi faire reconnaître une impressionnante série de titres de noblesse, hérités de son père adoptif, parmi lesquels prince, comte palatin, duc de Macédoine, exarque de Ravenne et chevalier du Saint-Empire.

Il apparaît pour la première fois au cinéma en 1937 avec Fermo con le mani ! (Arrête avec tes mains !) de Gero Zambuto, qui sera suivi en 1939 de Animali pazzi (Animaux fous) de Carlo Ludovico Bragaglia et en 1940 de Totò, apôtre et martyr (San Giovanni decollato) d’Amleto Palermi.

Ces films sans grand succès le poussent à continuer au théâtre où il obtient des accueils triomphaux dans des spectacles mis en scène par Antonio Galdieri et où, parfois, il donne la réplique à Anna Magnani.

En 1947, Mario Mattoli lui ouvre la voie du succès sur pellicule avec Les Deux Orphelins (I Due orfanelli). Il va, dès lors, travailler de plus en plus pour le cinéma, ce qui l’amènera à quitter petit à petit les planches.

Au cours de sa carrière il joua dans plus de cent films. Ses nombreux rôles comiques lui assurèrent une grande notoriété. Il jouera aux côtés de grands noms du cinéma italiens tels que Paolo Stoppa, Titina De Filippo, Peppino De Filippo, Aldo Fabrizi, Giovanna Ralli, Gino Cervi, Vittorio De Sica, Silvana Pampanini, Erminio Macario (un autre grand acteur burlesque de l’époque), Anna Magnani, Marisa Merlini, Sandra Milo, Alberto Sordi, Nino Manfredi, Ugo Tognazzi, Vittorio Gassman, Renato Salvatori, Carla Gravina, Claudia Cardinale, Marcello

Mastroianni, Silvana Mangano ainsi que de célèbres acteurs internationaux tels que Joséphine Baker, Mistinguett, Fernandel, Louis de Funès, Jean-Claude Brialy, Jean Rochefort, Claudine Auger, Viviane Romance, Orson Welles ou Ben Gazzara. De grands réalisateurs italiens l’ont fait travailler comme Mario Monicelli, Steno, Luigi Comencini, Mario Costa, Lucio Fulci, Sergio Corbucci, Dino Risi, Alessandro Blasetti, Vittorio De Sica, Roberto Rossellini et Pier Paolo Pasolini.

Aveugle de l’œil gauche depuis 1938 à la suite d’un décollement de rétine, Totò est victime en 1957 d’une maladie de l’œil droit. Il reste aveugle durant un an, puis récupère partiellement la vue, ce qui lui permet de recommencer à travailler. Du fait de ses problèmes de vision, il doit renoncer  définitivement au théâtre, mais tourne pour le cinéma jusqu’à la fin de sa vie.

À la fin de sa vie, il tourne à trois reprises avec Pier Paolo Pasolini. La première de leurs collaborations, Des oiseaux, petits et gros (Uccellacci e uccellini), vaut à Totò une mention spéciale au Festival de Cannes 1966.

Auteur également de chansons à succès, la plus célèbre étant sûrement Malafemmena (littéralement « la mauvaise femme ») en 1951, ainsi que de poésies napolitaines parues dans le recueil ‘A livella en 1964.

Totò est mort d’une crise cardiaque, le 15 avril 1967, à Rome, à l’âge de 69 ans.

Franc-maçon, il a été membre dès 1945 de la loge maçonnique « Fulgor » de Naples, et il a fondé la loge « Fulgor Artis », dont il a été vénérable maître, deux loges de l’obédience de la Serenissima Gran Loggia Nazionale italiana.

 

 

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.