Anton Webern, compositeur et chef d’orchestre.

Anton Webern (3 décembre 1883 à Vienne – 15 septembre 1945 à Mittersill) est un compositeur et chef d’orchestre autrichien. Un des premiers élèves d’Arnold Schönberg, il appartient au premier cercle de la Seconde école de Vienne.

Son nom à la naissance est Anton Friedrich Wilhelm von Webern, mais il abandonne la particule von en application de la loi autrichienne de 1919.


Né dans une vieille famille noble de Vienne, Anton Webern étudie la musicologie avec Guido Adler à l’université de Vienne (Institut d’Histoire de la musique), puis entre 1904 et 1908 il étudie la composition avec Arnold Schönberg qui eut une grande influence sur sa musique et se lie d’amitié avec Alban Berg. En 1906, il obtient son doctorat en musicologie sur le Choralis Constantinus d’Heinrich Isaac. Il compose un nombre important d’œuvres de jeunesse, puis quelques pièces sous l’influence de Schönberg, mais son catalogue « officiel » débute avec sa Passacaille pour orchestre opus 1 (1908). Il délaisse rapidement la tonalité, pour s’engager dans un style de musique atonale libre, en même temps que Schönberg et que Berg. Le 31 mars 1913, une de ses œuvres (les Six pièces pour grand orchestre) fait partie du programme d’un mémorable concert qui fut un des scandales les plus retentissants de l’époque. Un an après, la guerre éclate, il est mobilisé. Réformé à cause de sa mauvaise vue, il se met à composer un nombre important de pièces vocales (opus 12 à opus 19) sur des textes du Knabenwunderhorn ou mystiques. Parallèlement il mène une carrière de chef d’orchestre d’opérettes, qui lui causera nombre de déboires tant professionnels que de santé. En 1924, il compose sa première œuvre dodécaphonique (un Kinderstück pour piano), qui dès lors deviendra son unique technique d’écriture.

En 1926, il fait connaissance à Vienne de la poétesse Hildegard Jone (1891-1963), qui écrira les textes de toutes ses œuvres vocales ultérieures (Lieder opus 23 et 25, Das Augenlicht opus 26, Première et seconde cantates opus 29 et 31, ainsi qu’un fragment d’une troisième qui ne verra jamais le jour). Sa carrière de chef d’orchestre prendra une importance grandissante pendant la période sociale-démocrate (dite période austro-marxiste) grâce à l’appui d’un ami de Schönberg, David Josef Bach, devenant malgré lui une des vitrines culturelles de l’austro-marxisme. En février 1934 une série d’émeutes et d’affrontements entre des miliciens nazis et communistes embrasent Vienne et Linz. Le chancelier Dollfuss (assassiné six mois plus tard par les nazis) décrète le couvre-feu et instaure l’état d’urgence : tous les élus socio-démocrates voient leur mandat annulé, les syndicats et associations ouvrières dissous. Webern perd alors son poste de chef d’orchestre à la RAVAG (la radio autrichienne), ce qui le privera d’une partie de ses modestes revenus. En 1935, Alban Berg meurt d’une septicémie. En 1936, Webern est pressenti pour diriger la création du Concerto à la mémoire d’un ange de Berg à Barcelone, mais après quelques répétitions, Webern se sent incapable de continuer. De fait cette œuvre sera créée par Hermann Scherchen. Cet événement mettra une fin définitive à la carrière de chef de Webern.

En 1938, les nazis annexent l’Autriche. Webern voit une grande partie de ses amis, de ses élèves juifs s’exiler. Ne prenant pas lui-même le chemin de l’exil, il reste en Autriche et sera alors mis au ban de la scène culturelle par les nazis. Il fait partie des musiciens considérés comme « dégénérés » par les nazis. Il se réfugie dans un exil intérieur, poursuivant inlassablement son œuvre, malgré les bombardements (à partir de l’automne 1943), un enrôlement forcé (mais bref) dans la défense antiaérienne. Il pourra néanmoins à deux reprises quitter l’Autriche pour la Suisse: en 1940 pour assister à une reprise de sa Passacaille pour orchestre opus 1, puis en 1943 pour la création de ses Variations pour orchestre opus 30 à Winterthour. Très démuni financièrement, il est contraint de solliciter à plusieurs reprises la Künstlerdank, une bourse de survie accordée aux musiciens nécessiteux par le ministère nazi de la culture. En février 1945, son fils Peter, en service dans l’armée du Reich, meurt dans un bombardement près de Zagreb. C’est pour Webern un choc dont il ne se remettra jamais. Le 31 mars 1945 pour fuir l’armée soviétique, Webern et sa famille quittent leur maison de Maria Enzersdorf (près de Mödling à vingt kilomètres au sud de Vienne) pour Mittersill dans le Tyrol. C’est là que Webern passera les derniers mois de sa vie. Juste après la capitulation, il est pressenti pour occuper un poste d’enseignement au Conservatoire de Vienne, mais il n’en aura jamais écho.

Les circonstances de sa mort ne sont pas connues dans tous les détails, mais ce qui suit serait proche de la vérité. Le 15 septembre 1945 au soir, Webern sort sur la terrasse de sa maison d’accueil pour fumer un cigare, oubliant le couvre-feu. Il est tué par méprise par une sentinelle américaine, Raymond Norwood Bell.

Ecouter aussi ce document audio :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.