Antoine de Saint-Exupéry, aviateur, écrivain, poète et reporter.

Antoine de Saint-Exupéry, né le 29 juin 1900 à Lyon et disparu en vol le 31 juillet 1944 au large de Marseille, est un écrivain, poète, aviateur et reporter français.

Né dans une famille issue de la noblesse française, il passe une enfance heureuse malgré les morts prématurées de son père et d’un frère. Élève rêveur, il obtient cependant son baccalauréat en 1917. Après son échec au concours de l’École navale, il s’oriente vers les beaux-arts et l’architecture. Devenu pilote durant son service militaire en 1922, il est engagé en 1926 par la compagnie Latécoère (future Aéropostale). Il transporte le courrier de Toulouse au Sénégal puis rejoint l’Amérique du Sud en 1929. Parallèlement, il devient écrivain. Il publie, en s’inspirant de ses expériences d’aviateur, ses premiers romans : Courrier sud en 1929 et surtout Vol de nuit en 1931, qui rencontre un grand succès et reçoit le prix Femina.

À partir de 1932 Saint-Exupéry se consacre au journalisme et aux raids aériens. Il entreprend de grands reportages au Viêt Nam en 1934, à Moscou en 1935, en Espagne en 1936, qui nourriront sa réflexion sur les valeurs humanistes. Terre des hommes, publié en 1939, reçoit le grand prix du roman de l’Académie française.

En 1939, il sert dans l’armée de l’air, affecté à une escadrille de reconnaissance aérienne. À l’armistice de juin 1940, il quitte la France pour New York avec l’objectif de faire entrer les États-Unis dans la guerre et devient l’une des voix de la Résistance. Rêvant d’action, il rejoint enfin, au printemps 1944, en Sardaigne puis en Corse, une unité chargée de reconnaissances photographiques en vue du débarquement de Provence. Il disparaît en mer avec son avion, un Lockheed P-38 Lightning lors de sa mission du 31 juillet 1944. Son avion a été retrouvé et formellement identifié le 3 septembre 2003 au large de Marseille. Il est déclaré « mort pour la France ».

Le Petit Prince, écrit à New York pendant la guerre, et illustré avec ses propres aquarelles, est publié en 1943 à New York, puis en France chez Gallimard en 1946, à titre posthume. Ce conte philosophique, empreint à la fois de légèreté et de pessimisme vis-à-vis de la nature humaine, devient très vite un immense succès mondial.


En avril 1921, il débute son service militaire de deux années en tant que mécanicien au 2e régiment d’aviation de Strasbourg. En juin, il prend des cours de pilotage civil à ses frais.

Le 9 juillet son moniteur, Robert Aéby, le lâche pour un tour de piste. Seul aux commandes de son avion-école, il se présente trop haut pour l’atterrissage. Remettant les gaz trop brusquement, il cause un retour au carburateur. Croyant que le moteur a pris feu il ne s’affole pas, fait un second tour de piste et atterrit en beauté. Son moniteur valide sa formation. Néanmoins, il laisse le souvenir d’un aviateur parfois distrait ; le surnom de « Pique la Lune » lui est bientôt associé, non seulement en raison de son nez en trompette mais aussi d’une tendance certaine à se replier dans son monde intérieur.

Titulaire du brevet de pilote civil, il est admis à suivre les cours de pilote militaire. La base aérienne de Strasbourg ne dispose pas d’école de pilotage. Le 2 août 1921, il est affecté au 37e régiment d’aviation au Maroc, à Casablanca, où il obtient son brevet de pilote militaire, le 23 décembre 1921.

En janvier 1922, il est à Istres et promu caporal. Reçu le 3 avril 1922 au concours d’élève officier de réserve (EOR), il suit des cours d’entraînement à Avord, qu’il quitte pour la base aérienne de Versailles, en région parisienne. Il vole à Villacoublay. Le 10 octobre 1922, il est nommé sous-lieutenant ; puis breveté observateur d’aviation, le 4 décembre 1922.

Pendant ses loisirs, il réalise des croquis de ses copains de chambrée au crayon mine de charbon et à l’encre turquoise. Ses dessins sont regroupés dans son cahier Les Copains.

En octobre il choisit son affectation au 34e régiment d’aviation, au Bourget. Au printemps 1923, le 1er mai, il est victime au Bourget de son premier accident d’avion à la suite d’une erreur d’évaluation, sur un appareil qu’il ne maîtrisait pas, avec comme bilan une fracture du crâne. Après ce grave accident, il est démobilisé, le 5 juin 1923. Pourtant, il envisage toujours d’entrer dans l’armée de l’air, comme l’y encourage le général Joseph Barès. Mais la famille de Louise de Vilmorin, devenue sa fiancée, s’y oppose. Commence pour lui une longue période d’ennui : il se retrouve dans un bureau comme contrôleur de fabrication au Comptoir de Tuilerie, une filiale de la Société générale d’entreprises. En septembre, c’est la rupture des fiançailles avec Louise, que cette dernière qualifiera plus tard, en 1939, de « fiançailles pour rire », dans un recueil de poèmes. Pourtant, Antoine de Saint-Exupéry en restera attristé toute sa vie durant.

Antoine de Saint-Exupéry, prêt-à-poster (2001).

En 1924, Saint-Exupéry travaille dans l’Allier ainsi que dans la Creuse comme représentant de l’usine suisse Saurer qui fabrique entre autres des camions (il n’en vendra qu’un seul en une année et demie). Il se lasse, donne sa démission.

En 1926, il est engagé par Didier Daurat, directeur de l’exploitation des lignes de la compagnie Latécoère (future Aéropostale), sur les recommandations de Beppo di Massimi, et rejoint l’aéroport de Toulouse-Montaudran pour effectuer du transport de courrier sur des vols entre Toulouse et Dakar. Il rédige alors une nouvelle, « L’évasion de Jacques Bernis », dont sera tiré « L’Aviateur », texte publié dans la revue d’Adrienne Monnier, Le Navire d’argent (numéro d’avril), où travaille son ami Jean Prévost. À Toulouse, il fait la connaissance de Jean Mermoz et d’Henri Guillaumet. Au bout de deux mois, il est chargé de son premier convoyage de courrier sur Alicante.

Fin 1927, il est nommé chef d’escale à Cap Juby au Maroc avec pour mission d’améliorer les relations de la compagnie avec les dissidents maures d’une part et avec les Espagnols d’autre part. Il va y découvrir la brûlante solitude et la magie du désert. En 1929, il publie chez Gallimard son premier roman, Courrier sud, dans lequel il raconte sa vie et ses émotions de pilote.

En septembre 1929, il rejoint Mermoz et Guillaumet en Amérique du Sud pour contribuer au développement de l’Aéropostale jusqu’en Patagonie. En 1930, il utilise la bibliothèque de son ami Paul Dony pour écrire divers sonnets inspirés d’autres poètes, qui sont avant tout des exercices de style. En 1931, il publie son second roman, Vol de nuit qui connaît un immense succès ; il y évoque dans un style lyrique ses années en Argentine et le développement des lignes vers la Patagonie. Le 22 avril 1931, il se marie à Nice, après un mariage religieux à Agay le 12 avril 1931, avec Consuelo Suncin Sandoval de Gómez (morte en 1979), à la fois écrivaine et artiste salvadorienne.

À partir de 1932, alors que la compagnie, minée par la politique, ne survit pas à son intégration dans Air France, il subsiste difficilement, se consacrant à l’écriture et au journalisme. Saint-Exupéry demeure pilote d’essai et pilote de raid en même temps qu’il devient journaliste pour de grands reportages.

Le 29 décembre 1935, accompagné de son mécanicien André Prévot, il tente un raid Paris-Saïgon à bord d’un Caudron-Renault Simoun, pour battre le record d’André Japy qui quelques jours plus tôt a relié Paris à Saïgon en 3 jours et 15 heures. Vers 3 heures du matin le 30 décembre, l’avion heurte un plateau rocheux alors que Saint-Exupéry a volontairement diminué son altitude pour tenter de se repérer. Les deux aviateurs sont indemnes mais perdus dans le désert Libyque, en Égypte. Ils connaissent alors trois jours d’errance, sans eau ni vivres, avant un sauvetage inespéré.

En 1936, Saint-Exupéry est envoyé comme reporter en Espagne pour couvrir la guerre civile. Il révèle alors des exactions commises par des républicains espagnols. De tous ces voyages, il accumule une très importante somme de souvenirs, d’émotions et d’expériences, qui lui servent à nourrir sa réflexion sur le sens à donner à la condition humaine. Sa réflexion aboutit à l’écriture de Terre des hommes, qui est publié en 1939. L’ouvrage est récompensé par le prix de l’Académie française. C’est dans ce roman que l’on trouve la célèbre phrase prononcée par Henri Guillaumet, à qui il a dédicacé l’ouvrage, après son accident dans les Andes :

« Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait ».

Puis c’est le raid de New-York à Punta Arenas, qui s’achève tragiquement par un violent accident au Guatemala, le 15 février 1938, dû à la surcharge de carburant emportée par l’avion, une incompréhension ayant eu lieu entre l’équipage français demandant un volume en litres et les ravitailleurs l’appliquant en gallons, soit presque quatre fois le volume demandé.

En 1939, il sert comme capitaine dans l’Armée de l’air. Après un passage comme instructeur à Toulouse-Francazal, au Bataillon de l’air 101, il obtient sa mutation dans une escadrille de reconnaissance aérienne, le Groupe aérien de reconnaissance 2/33. L’unité est initialement positionnée à Orconte, près de Saint-Dizier, avant de se déplacer avec la ligne de front.

Le 23 mai 1940, il survole Arras alors que les chars allemands envahissent la ville : bien que son avion Bloch 174 soit criblé de balles par la DCA allemande, il réussit à retourner à la base de Nangis avec son équipage sain et sauf ; cet exploit lui vaut d’être récompensé de la Croix de guerre avec palme et cité à l’ordre de l’Armée de l’air le 2 juin 1940. L’épisode lui inspirera le titre et la trame de Pilote de guerre. Le Groupe aérien de Reconnaissance II/33 sera brièvement basé à l’aérodrome de Blois – Le Breuil le 10 juin 1940 lors de son repli vers la zone libre.

Il est démobilisé à Perpignan, d’où son escadrille s’envole pour Alger, le 20 juin 1940, sans lui, car il a été chargé de récupérer des pièces de rechange à Bordeaux. Il y réquisitionne un vieux Farman, charge les pièces et quelques passagers, dont Suzanne Massu (à l’époque Suzanne Torrès), et atterrit à Oran.

Après l’armistice de juin 1940, il part en novembre 1940 pour New York, où il arrive le 31 décembre 1940. Il poursuit l’objectif de faire entrer en guerre l’armée des États-Unis. Considéré par certains comme pétainiste car non gaulliste, Saint-Exupéry a du mal à faire entendre sa voix.

Comme l’immense majorité des Français, il est au départ plutôt favorable au gouvernement de Vichy, qui lui semble représenter la continuité de l’État et qui représente une forme de cohésion nationale pour les Français souffrant de l’Occupation. Il est donc plutôt méfiant envers le général de Gaulle, lui reprochant de nier la défaite militaire de la France.

De fait, il souhaite surtout protéger les Français et a surtout essayé de réconcilier les factions opposées ; lors de son appel radiophonique du 29 novembre 1942 depuis New York, soit trois semaines après le débarquement allié en Afrique du Nord, il lance : « Français, réconcilions-nous pour servir » ; il tente aussi de repousser l’épuration qui se prépare.

Il reste alors incompris, il est trop tard : le moment est celui de l’affrontement général. Cependant, selon des archives américaines, il semblerait que les services secrets des États-Unis aient envisagé de le pousser en lieu et place du général de Gaulle.

En janvier 1941, le maréchal Pétain l’aurait nommé sans le prévenir au Conseil national, l’assemblée consultative de Vichy. Antoine de Saint-Exupéry publie alors deux communiqués, où il refuse cette appartenance. Sa nomination n’était qu’une rumeur semble-t-il; son nom n’apparaît ni dans la liste officielle publiée par le Journal officiel le 24 janvier, ni dans la liste publiée par la presse. En revanche, son nom figure dans la liste des membres du comité provisoire du Rassemblement pour la Révolution nationale, organisme concurrent de la Légion française des combattants, qui devait réfléchir à la mise en place d’un mouvement de masse visant à « assurer au nouveau régime ses assises et briser l’activité renaissante de certaines organisation [le PCF]», mais qui n’eut qu’une existence éphémère. Liste publiée par plusieurs journaux le 30 et le 31 janvier 1941.

Le 8 décembre 1941, les États-Unis entrent en guerre. En mai 1942, en route pour les États-Unis, il est accueilli au Canada par la famille De Koninck, rue Sainte-Geneviève, dans le vieux Québec. Des problèmes de visa prolongent son séjour québécois de cinq semaines. Poursuivant son objectif de faire entrer les États-Unis dans la guerre, il publie à New York en février 1942 Pilote de guerre. Il y montre une France qui ne s’est pas rendue sans avoir mené une héroïque bataille de France. Au sommet des ventes, le livre fera beaucoup pour sensibiliser l’opinion nord-américaine au conflit européen, mais l’auteur est en proie à la dépression.

Son traducteur lui trouve un hébergement, luxueux, chez Sylvia Hamilton, journaliste, qui ne parle pas un mot de français. C’est au cours de la relation amoureuse nouée avec celle-ci que l’aviateur écrit Le Petit Prince. L’année suivante, il décide de rejoindre les troupes françaises combattant au sein de l’armée américaine. Avant de repartir, il confie à la jeune journaliste le manuscrit de son conte philosophique, dont la première édition sera anglaise.

Il ne pense qu’à retourner à l’action. Pour lui, tout comme du temps de l’Aéropostale, seuls ceux qui participent aux événements peuvent en témoigner. En avril 1943, bien que considéré par les Alliés comme un pilote trop âgé pour un avion de combat, il quitte les États-Unis et reprend du service actif dans l’aviation en Tunisie grâce à ses relations et aux pressions du commandement français.

Le 5 mai 1943, Saint-Exupéry se présente au Palais d’été à Alger devant le général René Chambe, son ami, devenu ministre de l’Information du général Giraud et lui déclare, irrité de n’avoir pas pu venir immédiatement après le débarquement allié : « Présent au rendez-vous, mais avec six mois de retard, excusez-moi. C’est la faute aux gaullistes ». Chambe l’amène à Giraud. Saint-Exupéry explique à Giraud la nécessité de contrer la propagande gaulliste qui jette le trouble au sein de l’armée et le met en garde contre la venue du général de Gaulle à Alger. Par ailleurs, tannés par Saint-Exupéry, Chambe et Giraud obtiennent auprès d’Eisenhower que le pilote français puisse se « transformer » sur l’avion américain Lockheed P 38 Lightning avant de retrouver le prestigieux groupe 2/33 commandé par René Gavoille, groupe dans lequel il a servi en 1939-1940.

Toujours dans la reconnaissance aérienne, il effectue quelques missions et obtient sa promotion au grade de commandant. Mais plusieurs incidents le placent « en réserve de commandement » dès août 1943, étant donné son âge et son mauvais état de santé général, consécutif à ses accidents aériens. Il revient alors à Alger et habite chez son ami le docteur Pélissier. Tout en poursuivant ses démarches pour reprendre du service, il continue à travailler sur Citadelle et supporte de plus en plus difficilement son inaction forcée. Au printemps 1944, le général Eaker, commandant en chef des forces aériennes en Méditerranée, l’autorise à rejoindre à nouveau son unité combattante. Il retrouve René Gavoille et le groupe 2/33, alors basé à Alghero, en Sardaigne. Il effectue plusieurs vols, émaillés de pannes et d’incidents.

Le 17 juillet 1944, le 2/33 s’installe à Borgo, non loin de Bastia, en Corse.

Le 31 juillet 1944 Saint-Exupéry décolle de l’aéroport voisin de Poretta. Il vole aux commandes du F-5B-1-LO, bimoteur P-38 Lightning en version reconnaissance aérienne. Quittant le terrain à 8 h 25 du matin pour une mission de cartographie, il met le cap sur la vallée du Rhône, devant ensuite passer par Annecy et faire retour par la Provence. Sa mission consiste en une série de reconnaissances photographiques afin de tracer des cartes précises du pays, fort utiles au tout prochain débarquement en Provence, prévu pour le 15 août. Il est seul à bord, son avion n’est pas armé et emporte du carburant pour six heures de vol. À 8 h 30, il se signale par son dernier écho radar. La mission démarre. Saint-Exupéry ne revient pas ; le temps de carburant étant écoulé, il est porté disparu.

La mémoire de « Saint-Ex » est célébrée solennellement à Strasbourg le 31 juillet 1945. En 1948, il est reconnu « mort pour la France ».

Le 12 mars 1950, au Journal officiel, le commandant Antoine de Saint-Exupéry est cité à l’ordre de l’armée aérienne à titre posthume, pour avoir « prouvé, en 1940 comme en 1943, sa passion de servir et sa foi en le destin de la patrie », et « trouvé une mort glorieuse, le 31 juillet 1944, au retour d’une mission de reconnaissance lointaine sur son pays occupé par l’ennemi ».

Après la disparition de son fils, Marie de Saint-Exupéry se réfugie dans la prière, écrit des poèmes où elle parle de son fils et s’attache à faire publier ses écrits posthumes.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.