Antoine Coypel, peintre.

Antoine Coypel, né le 11 avril 1661 à Paris, où il est mort le 7 janvier 1722, est un peintre français.


Antoine Coypel est le fils de Noël Coypel, auprès duquel il se forma. Il accompagne, à 12 ans, son père à Rome, qui y dirige l’Académie de France de 1673 à 1675, et il y achève sa formation, se révélant un élève très précoce et doté d’un grand talent. À Rome, il étudie l’art des grands maîtres de la Renaissance et la statuaire antique. Il est fortement influencé par l’école baroque locale et par l’art du Corrège qu’il admire sur le chemin du retour vers la France, où il reçut une formation littéraire classique au collège d’Harcourt. Ses premiers tableaux, perdus mais dont certains sont connus par des gravures, témoignent d’une virtuosité tout à fait exceptionnelle pour un peintre qui n’a pas encore vingt ans.

Le 23 octobre 1681, il devient, à peine âgé de 20 ans, membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture, avec, pour morceau de réception, une Allégorie des victoires de Louis XIV (Montpellier, musée Fabre), grande composition maîtrisée où les figures sont placées en grappes, adoptant des attitudes très expressives inspirées de Charles Le Brun, et où les coloris vifs s’allient à la finesse du dessin.

Il connaît alors le succès et reçoit de nombreuses commandes pour les demeures royales de Marly, de Versailles ou encore de Meudon. Il devient le peintre officiel de la maison d’Orléans en 1685. Il est alors sensible à l’art de Rubens, influence qui se retrouve notamment dans son Portrait de Démocrite. Au tournant du siècle, il peint des œuvres célèbres, Bacchus et Ariane et le Triomphe de Galatée, aujourd’hui perdues mais copiées à maintes reprises9, qui auront une influence durable sur l’art du XVIIIe siècle et son goût pour les sujets mythologiques légers et aimables. Choisi pour faire les dessins de l’histoire de Louis XIV en 1691, directeur des tableaux et dessins de la couronne en 1710, associé à l’Académie des inscriptions en 1701, nommé directeur de l’Académie en 1714 puis recteur, il est institué Premier peintre du Roi en 1716 et anobli en 1717.

Portait de Molière par Antoine Coypel, FDC Monaco.

Son œuvre majeure est la décoration du plafond de la chapelle du château de Versailles (1716), réalisé dans un style baroque qui rappelle les exemples romains que le peintre a admirés dans sa jeunesse, notamment Baciccio. Il réalise aussi, de 1714 à 1717, des tableaux de grande taille sur le thème de l’Énéide, pour les murs du Palais-Royal à Paris. Plusieurs sont aujourd’hui au musée du Louvre, tandis qu’Énée et Anchise, Énée et Achate apparaissant à Didon et la Mort de Didon sont au musée Fabre.

Antoine Coypel travailla également en étroite collaboration avec différents graveurs à l’interprétation de son œuvre : Charles et Louis Simonneau, Girard Audran, Louis Desplaces, Gaspard Duchange, etc. Il a fourni quelques dessins préparatoires pour l’illustration.

Il a publié, en 1721, des Discours sur son art. Il meurt un an plus tard.

Son fils Charles-Antoine ainsi que son demi-frère Noël Nicolas furent aussi peintres11. Son beau-frère est le sculpteur François Dumont.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.