Anthony Trollope, romancier.

Anthony Trollope (Londres, 24 avril 1815 – Londres, 6 décembre 1882) est l’un des romanciers britanniques les plus célèbres, les plus respectés et les plus prolifiques de l’époque victorienne. Parmi les écrits de Trollope, on distingue les Chroniques du Barsetshire (en), qui tournent autour du comté imaginaire de Barsetshire, et des romans sur des sujets politiques, sociaux et sentimentaux, et aussi sur les conflits de son époque.

Trollope a toujours été un romancier populaire. Sir Alec Guinness (qui ne voyage jamais sans un roman de A.Trollope), le premier Ministre britannique John Major, l’économiste John Kenneth Galbraith, l’écrivain américain de romans policiers Sue Grafton et l’écrivain Harding Lemay (en) peuvent être comptés au nombre des admirateurs de Trollope. Sa réputation littéraire décline quelque peu pendant les dernières années de sa vie, mais il regagne l’estime des critiques vers le milieu du XXe siècle.


Le père d’Anthony Trollope, Thomas Anthony Trollope, est barrister (avocat plaidant). Thomas Trollope, homme pourtant intelligent et ayant reçu une excellente éducation, en particulier au New College d’Oxford, ne réussit pas au barreau, sans doute en raison de son caractère colérique. De plus, il monte une entreprise agricole qui lui fait perdre de l’argent, et l’héritage qu’il attend d’un vieil oncle lui échappe quand, contre toute attente, ce monsieur se marie et a des enfants. Néanmoins, il vient de la bonne société et est lié à l’aristocratie des propriétaires terriens (gentry). À ce titre, il tient à ce que ses fils soient éduqués en « gentlemen » et fréquentent l’université d’Oxford ou l’université de Cambridge. Le contraste existant entre l’extraction sociale de la famille et sa pauvreté est une source de souffrance pour le jeune Anthony, qui ne peut, par manque d’argent, accéder aux occupations et aux divertissements auxquels il aspire.

Né à Londres, Anthony étudie à la Public School de Harrow, Harrow School, pendant trois ans à partir de sa septième année, comme externe à titre gratuit car c’est dans son voisinage que le père a choisi de s’installer comme fermier. Après quelque temps passé dans une autre école privée, il suit son père et deux de ses grands frères à Winchester, Winchester College, où il reste trois ans. Il retourne ensuite à Harrow en qualité d’externe afin de réduire les frais de scolarité. Trollope est plutôt malheureux dans ces deux prestigieux établissements, où il souffre de la brutalité des anciens et de ses pairs, de son manque d’argent chronique et aussi, les deux étant sans doute liés, de la solitude car il ne peut s’y faire aucun ami. Il se réfugie dans le monde de l’imagination et construit des univers complexes qui sont vraisemblablement à l’origine de sa vocation littéraire.

En 1827, sa mère, Frances Trollope, déménage aux États-Unis avec trois des frères d’Anthony ; elle ouvre un bazar à Cincinnati, qui fait faillite. Thomas Trollope les rejoint brièvement avant de retourner à la ferme de Harrow, mais Anthony, lui, reste en Angleterre. Sa mère revient en 1831 et se fait rapidement un nom en tant qu’écrivain, ce qui lui donne une réelle aisance financière. L’affaire du père périclite rapidement au point que ce dernier doit, en 1834, s’enfuir précipitamment pour la Belgique afin d’éviter la prison pour dettes. La famille tout entière emménage dans une maison près de Bruges, où elle vit grâce à l’argent que Frances gagne avec ses livres. En 1835, Thomas Trollope meurt.

Alors qu’il vit en Belgique, Anthony travaille comme professeur assistant dans une école, où il suit des cours de français et d’allemand en vue d’obtenir un poste d’officier dans un régiment de cavalerie autrichien, poste qu’il occupe pendant six semaines. Puis il est recruté comme fonctionnaire des Postes de Sa Majesté, grâce à l’entremise d’une relation de sa mère. Il retourne donc à Londres où il vit seul, ses nouvelles fonctions lui apportant la respectabilité qu’il recherche mais des revenus très modestes.

Trollope vit dans diverses pensions de famille, restant à l’écart de toute vie sociale ; il qualifiera plus tard cette période comme ayant été son “hobbledehoyhood”, jeu de mots qu’on pourrait traduire par « sa période grand dadais », référence, sans doute, à sa gaucherie physique naturelle et aussi à sa précarité sociale. Professionnellement, en effet, il ne progresse guère, mais tout change en 1841 lorsque l’administration des Postes le nomme en Irlande. En 1844, il épouse une Anglaise, Rose Heseltine, avec laquelle il s’installe dans ce pays où ils vivent jusqu’en 1859. Sur son séjour, alors qu’il a connu au plus près la désastreuse famine qui a décimé la population, Trollope ne fait, dans son Autobiographie (Autobiography), qu’un commentaire plutôt laconique :

Somme toute, ce fut une vie très agréable que je menais en Irlande. Les Irlandais ne m’ont ni tué ni fracassé la tête. Je les ai trouvés agréables de caractère et intelligents – le peuple y est beaucoup plus intelligent qu’en Angleterre -, et en plus, ils sont économes et hospitaliers.

Son travail d’Inspecteur des Postes lui fait rencontrer beaucoup d’Irlandais. Trollope se met à écrire lors des longs trajets en train qu’il doit effectuer pour son travail et qui le mènent d’un bout à l’autre de l’Irlande. Dès le départ, il s’est fixé des règles très strictes concernant le nombre de pages à écrire chaque matin, rattrapant le lendemain ce qu’il n’a pas accompli la veille. Cette discipline, à laquelle il ne faillit jamais, lui permet de devenir l’un des écrivains les plus prolifiques de tous les temps. Ses premiers romans sont inspirés par la boite dite des « lettres mortes » (dead letters), dans laquelle il pioche lorsqu’il en éprouve le besoin. Là se trouvent les lettres non-distribuées pour cause de décès ou d’adresse incorrecte. Beaucoup de ses premiers romans ont l’Irlande pour cadre, ce qui, pour d’évidentes raisons politiques, lui vaut un accueil plutôt distant et réservé de la part de la critique.

Au milieu des années 1860, Trollope est élevé à un grade important dans la hiérarchie des Postes. L’histoire de cette administration lui attribue l’introduction de la pillar box, l’omniprésente boîte à lettres rouge qu’on trouvait partout au Royaume-Uni. C’est l’époque où ses romans commencent à lui rapporter des sommes importantes. De plus, il a plus ou moins surmonté sa gaucherie naturelle, bien qu’il se décrive toujours comme de grande taille, plutôt massif et lourd. Dès lors, Trollope fréquente les cercles où il rencontre certains grands noms de la littérature. De plus, il dispose des moyens lui permettant de s’adonner à sa passion pour les chevaux et, en particulier, pour la chasse à courre (fox hunting).

Il quitte l’Administration des Postes en 1867 pour faire campagne sous l’égide du Parti Libéral lors des élections générales de 1868, (Parlement parti libéral). Comme il n’est pas élu député (MP [Member of Parliament]) de sa circonscription, il consacre le reste de sa vie à sa carrière littéraire. Les romans se succèdent rapidement et plusieurs sont publiés en feuilletons (instalments) dans le St Paul’s Magazine dont il est devenu l’éditeur.

Son premier grand succès est The Warden (1855), petit chef-d’œuvre dont l’action se déroule dans le comté fictif du « Barsetshire ». Ce roman, qui a pour héros malheureux un membre du bas clergé, est suivi de nombreux autres exploitant la même veine. Cette série constitue ce qu’on appelle les Chroniques du Barsetshire. La satire comique de Barchester Towers (1857) vaut peut-être à ce roman de figurer parmi les plus populaires de Trollope.

L’autre série majeure, les Romans de Palliser, traite de sujets politiques, avec, comme protagonistes principaux, le riche aristocrate Plantagenet Palliser et sa femme Lady Glencora, délicieusement spontanée et encore plus riche que lui. Tout au long des deux séries, les protagonistes reviennent sur la scène, entourés de certains personnages déjà rencontrés et aussi de nombreux autres qui y commencent une carrière fictive, parfois poursuivie et parfois interrompue selon les besoins de l’intrigue.

La popularité de Trollope et son succès critique pâlissent dans les dernières années de sa vie, mais il continue d’écrire avec la même verve. Son œuvre satirique Quelle époque ! (The Way We Live Now, 1875) est considérée comme son chef-d’œuvre. En tout, Trollope a écrit quarante-sept romans, ainsi que des douzaines de nouvelles et quelques livres de voyage.

Anthony Trollope meurt à Londres en 1882. Il est inhumé au Kensal Green Cemetery, près de son contemporain Wilkie Collins.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.