Amelia Peláez, peintre.

Amelia Peláez del Casal (5 janvier 1896 – 8 avril 1968) était une importante peintre cubaine de la génération d’avant-garde.


Amelia Peláez est née en 1896 à Yaguajay, dans l’ancienne province cubaine de Las Villas (aujourd’hui province de Sancti Spíritus). Elle était la cinquième née de onze frères et sœurs dans une famille qui faisait partie de la classe moyenne cubano-créole. Son père était médecin, Manuel Pelaez y Laredo, et sa mère, Maria del Carmen del Casal y Lastra, restait à la maison avec ses enfants. L’oncle d’Amelia était Julian del Casal , qui était un poète et a inclus sa famille dans les cercles intellectuels de Cuba.

En 1917, sa famille déménage à La Havane , dans le quartier de La Víbora, ce qui lui donne l’opportunité d’entrer à l’ Escuela Nacional de Bellas Artes “San Alejandro” à l’âge assez avancé de 20 ans (les étudiants de cette académie commencent généralement à 12 ans –13 ans). Elle faisait partie des élèves préférés de Leopoldo Romañach . En 1924, elle est diplômée de San Alejandro et expose ses peintures pour la première fois, avec une autre femme peintre cubaine, María Pepa Lamarque, à l’Association des peintres et sculpteurs de La Havane. Bénéficiant d’une petite subvention  gouvernementale, elle se rendit à New York à l’été 1924 et commença six mois d’études à l’ Art Students’ League.. En 1927, après avoir reçu une bourse plus importante, elle a commencé à étudier en France, tout en effectuant de courts séjours en Espagne , en Italie et dans d’autres pays.

Pelaez s’installe à Paris, accompagnée de l’écrivaine cubaine Lydia Cabrera , après avoir reçu une bourse du gouvernement pour poursuivre ses études artistiques. Tous deux suivent des cours de peinture et d’histoire de l’art à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Elle suit également des cours de dessin et d’histoire de l’art à l’ Académie de la Grande Chaumière et à l’ École du Louvre . En 1931, Pelaez s’inscrit, avec Cabrera, à l’ Académie Contemporaine de Fernand Léger . Elle a ensuite commencé à étudier avec la peintre russe Alexandra Exter , dont l’amitié et les cours de théorie des couleurs et de design ont eu une influence importante.

La galerie Zak a accueilli une exposition personnelle de ses peintures en 1933, où elle a exposé trente-huit œuvres. Cette même année, elle participe au onzième Salon des Tuileries et « fait également partie d’une exposition de manuscrits illustrés du calligraphe Guido à la Galerie Myrbor », dans laquelle elle illustre Sept Poèmes de Léon Paul Fargue. Au cours de ses années à Paris , son travail a été très apprécié par la critique française.

En 1934, suite à une exposition au Salon des Indépendants , Pelaez retourne vivre dans la maison de style colonial de sa mère à Cuba. Le Cuba auquel Pelaez est retourné était dans un état d’incertitude économique et de troubles politiques. À partir de la fin des années 1920, Cuba était à la recherche d’un nouvel art qui refléterait l’identité nationale. En réponse, Pelaez s’est écarté des stratégies d’avant-garde antérieures et s’est tourné vers de nouvelles approches qui impliquaient des représentations de sujets afro-cubains et guajiro (paysans), tout en les représentant dans l’adoption du modernisme européen. Selon Ingrid Williams Elliot, les couleurs  vibrantes ainsi que les lignes épaisses de Pelaez sont dérivées de l’architecture coloniale espagnole “intégrant des objets domestiques à des décorations architecturales”. Peláez utilise “l’ornementation baroque dans son utilisation des intérieurs coloniaux domestiques pour engager et fusionner plusieurs histoires et styles assortis – passés et présents – pour arriver à un idiome cubain contemporain.”

En 1935, Pelaez a eu une exposition personnelle dans un club de femmes à La Havane appelé le Lyceum, ce qui a contribué à faire connaître son  nouveau style cubain moderniste.

Pendant ce temps, au milieu des années trente, Peláez expérimente « les motifs, les formes et les relations géométriques des nappes et des plats de fruits, jetant les bases des constructions géométriques et des motifs rythmiques qui ont été associés à son ornementation architecturale dans son travail dans le années quarante”, cela montre également sa conscience du cubisme. Ses peintures de natures mortes emblématiques ont été louées pour l’utilisation de fruits et de flore indigènes faisant référence à ses racines cubaines.

En 1935-1936, Pelaez a concentré une grande partie de ses peintures et dessins sur l’utilisation de l’encre et du crayon. Le traitement de ces dessins diffère de ses précédentes œuvres à l’huile, en déformant et en exagérant la figure avec “une ligne sinueuse et des nuances claires” qui font référence au cubisme et au modernisme européen.

Peláez a reçu un prix à l’Exposition nationale des peintres et sculpteurs en 1938 et a collaboré à plusieurs magazines d’art à Cuba, tels  que Orígenes , Nadie Parecía et Espuela de Plata. En 1950, elle ouvre un atelier à San Antonio de los Baños, une petite ville près de La Havane, où elle se consacre, jusqu’en 1962, à son passe-temps favori, la poterie. Elle envoie ses peintures à la Biennale d’ art de São Paulo en 1951 et 1957, et participe à la Biennale de Venise en 1952 . En 1958, elle est invitée d’honneur et membre du jury de la première Biennale interaméricaine de peinture et de gravure à Mexico, [2]bien qu’elle se soit retirée des discussions bruyantes et controversées du jury sur la base de ce qu’elle a rapporté être «un parti pris ouvertement communiste dans les décisions». Hormis la peinture et la poterie, elle a consacré du temps aux peintures murales , situées principalement dans différentes écoles de Cuba. Ses œuvres les plus importantes de ce type sont une peinture murale en céramique au Tribunal de Cuentas à La Havane (1953) et la façade de l’ hôtel Habana Hilton (1957).  Elle a eu du mal à vendre ses peintures en tant qu’artistes vivants – elle et ses peintures, plus tard nommées Amelias, sont devenues célèbres beaucoup plus tard dans la vie.

Peláez est mort à La Havane en 1968.

Amelia a vécu dans la maison de sa mère, qui était un mélange entre un design néoclassique et une maison de style architectural créole cubain plus traditionnel, pour le reste de ses années après son retour à La Havane, Cuba. Sa maison était une source principale d’inspiration après son retour à un style de vie domestique reclus. La maison a été construite en 1912, remplie de meubles coloniaux de style baroque. La maison contenait du marbre, du cristal, du bois et de la céramique à l’intérieur. Amelia accrochait également ses peintures comme décor.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.