Amalia Fleming, médecin et femme politique.

Amalia, Lady Fleming , ( née Koutsouri, anciennement Vourekas ; grecque : Amalia Koutsouri-Fleming ; 28 juin 1912 – 26 février 1986) était une médecin grecque, bactériologiste, militante des droits de l’homme et politicienne.

Fleming est née à Constantinople, Empire ottoman (aujourd’hui Istanbul, Turquie), en 1912. Son père était Harikios Koutsouris, médecin. En 1914, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale et la montée de “l’ État pan-turc racialement intolérant “,avec la maison familiale perdue et le laboratoire de son père confisqué, elle s’enfuit à Athènes avec sa famille.

Elle a étudié la médecine, et plus particulièrement la bactériologie, à l’ université d’Athènes. De 1938 à 1944, elle a travaillé comme bactériologiste à l’hôpital de la ville d’Athènes. Elle a épousé Manoli Vourekas, un architecte.

En avril 1941, la Grèce est occupée par les forces allemandes et italiennes de l’Axe . Amalia et son mari ont rejoint la Résistance grecque . Elle a aidé de nombreux soldats britanniques, néo-zélandais et grecs à fuir la Grèce occupée, a transcrit des émissions de la BBC et produit de fausses cartes d’identité pour les juifs grecs et les officiers étrangers.

Elle a été arrêtée et emprisonnée pour ses activités par les Italiens. Elle a simulé une appendicite car elle savait qu’elle serait transférée à l’hôpital de la prison d’où il serait plus facile de s’évader. Suite à son opération de l’appendice, elle a plutôt été remise à la Gestapo et condamnée à mort. En 1944, elle a été sauvée de prison par les troupes britanniques lors de l’avancée alliée en Grèce.

Avec la fin de la guerre, la Grèce était en ruines et plusieurs milliers de morts. En 1947, la guerre civile grecque a éclaté entre les combattants dirigés par les communistes et l’armée gouvernementale grecque de royalistes conservateurs. Amalia et son mari ont divorcé.

Par chance, en 1947, elle réussit sa candidature à une bourse du British Council qui lui permit de faire des études de troisième cycle en bactériologie au St. Mary’s Hospital de Londres. Là, elle a travaillé avec Sir Alexander Fleming dans son Institut de microbiologie Wright-Fleming. Elle est l’auteur de neuf publications de recherche entre mai 1947 et août 1952 et elle a collaboré avec Sir Alexander Fleming sur plusieurs articles.

Elle a épousé Sir Alexander Fleming en 1953 après la mort de sa première femme, mais avec sa mort en mars 1955, elle est devenue veuve moins de deux ans plus tard.

En tant que personne ayant la double nationalité (grecque et britannique), Amalia Fleming a commencé à partir de 1962 à passer plus de temps en Grèce et s’y est installée définitivement en 1967. Son retour a coïncidé avec un coup d’État militaire et le règne ultérieur de la Grèce par la junte militaire grecque de 1967 . –1974 (communément appelé le Régime des Colonels).

Elle a entrepris des actions humanitaires au nom des membres de l’opposition qui avaient été arrêtés et souvent torturés par le régime et des membres de leur famille laissés dans la pauvreté après les arrestations.

Elle a été arrêtée en 1971 et condamnée à seize mois de prison pour avoir comploté l’évasion de prison d’ Alexandros Panagoulis qui avait été reconnu coupable d’avoir tenté d’assassiner Georgios Papadopoulos, le chef de la junte militaire. Elle a été libérée de prison moins d’un mois plus tard en raison de problèmes de santé, mais a été déchue de sa nationalité grecque et expulsée vers la Grande-Bretagne.

Au cours des années suivantes à Londres, elle monte, en collaboration avec Melina Mercouri et Helen Vlachos, une “campagne publicitaire incessante” [7] contre la dictature grecque jusqu’à ce qu’elle s’effondre finalement en 1974. Fleming fait également des représentations auprès des droits de l’homme . Commission à Strasbourg concernant la torture des prisonniers politiques grecs, a continué à aider les opposants au régime emprisonnés et leurs familles, [8] et a aidé un certain nombre d’opposants à la junte à s’échapper de Grèce.

Fleming retourna en Grèce en 1974 après la chute de la junte . Elle a rejoint le Mouvement socialiste panhellénique (ou PASOK ) et a été élue au Parlement grec en 1977, 1981 et 1985. Elle a été une militante active pour les droits de l’homme et a été membre de la Commission européenne des droits de l’homme et la première présidente du Parlement grec. comité d’ Amnesty International .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :