Alexandre Pouchkine, dramaturge et romancier.

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine (en russe : Александр Сергеевич Пушкинa,  est un poète, dramaturge et romancier russe né à Moscou le 26 mai 1799 (6 juin 1799 dans le calendrier grégorien) et mort à Saint-Pétersbourg le 29 janvier 1837 (10 février 1837 dans le calendrier grégorien).


Pouchkine est né à Moscou dans une famille de la noblesse russe relativement aisée, férue d’art et de littérature, où l’on parle le français. À dix ans, il lit Voltaire et La Fontaine dans le texte.

Par sa mère, Nadejda Ossipovna Pouchkina (1775-1836), une des beautés de Saint-Pétersbourg, il descend d’une des plus brillantes familles de la noblesse de service instituée par l’empereur Pierre Ier, remontant à Abraham Hannibal, son arrière-grand-père africain affranchi et anobli par Pierre le Grand, dont il fut le filleul et l’ami fidèle ; Abraham Hannibal mène une carrière d’ingénieur militaire qu’il termine comme général.

Passionné d’histoire et de généalogie, Pouchkine est fier de ce glorieux aïeul, dont il a hérité certains traits qui le distinguent de ses concitoyens : teint mat, lèvres charnues, cheveux bouclés, ce qui lui vaut d’être surnommé « le singe » par ses camarades de lycée. Si lui-même se considère comme laid, ses contemporains soulignent que la vivacité et l’éclat de ses yeux bleu acier illuminent sa peau mate, lui donnent la séduction et le charme d’un prince oriental ; il collectionne les succès féminins, malgré une faible attirance pour les mondanités.

Par son père, Sergueï Lvovitch Pouchkine (1770-1848), major puis conseiller militaire, esprit libree et francophile, il est issu d’une des plus illustres familles de la noblesse russe, remontant à un gentilhomme allemand venu en Russie au XIIIe siècle. Son épouse Nadejda Ossipovna est d’ailleurs une de ses petites cousines par les Pouchkine.

Pouchkine n’a pas une enfance des plus heureuses. Sa propre mère, de laquelle il tire ses origines africaines rejette tout d’abord l’enfant à cause de son apparence, notamment de sa peau mate. L’enfant souffrit longtemps de son apparence, parfois jusqu’à détester l’image que lui rendent les miroirs.

Rejeté, Pouchkine se réfugie dans la lecture. Lecteur passionné et insatiable, il pille la bibliothèque familiale, s’attaquant particulièrement aux classiques anglais (Byron, William Shakespeare, Laurence Sterne) et français (Molière, Voltaire, Évariste Parny). Sa profonde connaissance de la culture française et son parfait bilinguisme (qu’il cultiva toute sa vie) lui valent d’ailleurs le surnomi de Frantsouz (Француз, « Le Français ») parmi ses camarades du lycée de Tsarskoïe Selo. Alexandre Pouchkine étonne aussi son entourage par son aisance à improviser, comme à réciter par cœur des vers innombrables ; sa mémoire est infaillible, sa vivacité d’esprit remarquable.

De 1811 à 1817, il fait ses études au lycée impérial de Tsarskoïe Selo (ville rebaptisée Pouchkine en son honneur, en 1937), près de Saint-Pétersbourg. S’ouvre une des plus heureuses périodes de sa vie : c’est dans cet internat qu’il noue de fidèles amitiés (Delvig, Poushine, Wilhelm Küchelbecker) ; c’est aussi là, dans le parc du palais impérial, qu’il dit avoir connu sa première inspiration poétique. Dès 1814 son poème À un ami poète est publié dans la revue Le Messager de l’Europe. Ces vers, déclamés lors d’un examen de passage, lui valent l’admiration du poète Gavrila Derjavine.

En 1817, il intègre le ministère des Affaires étrangères ; une sinécure. Suivent trois années de vie dissipée à Saint-Pétersbourg. Durant ce temps, il rédige des poèmes romantiques inspirés par les littératures étrangères et russes. Il rencontre aussi les grands noms des lettres russes contemporaines, comme Karamzine ou Vassili Joukovski. Ses poèmes sont parfois gais et enjoués, comme Rouslan et Ludmila. Ils peuvent aussi être graves, notamment lorsqu’ils critiquent l’autocratie, le servage et la cruauté des propriétaires fonciers. À cette classe appartiennent Ode à la Liberté, Hourrah ! Il revient en Russie, et Le Village.

Bien qu’incontestablement libéral, Pouchkine n’est pas révolutionnaire, ni même véritablement engagé politiquement, contrairement à nombre de ses amis qui participent aux mouvements réformateurs qui culminent avec la révolte décabriste.

En 1820, ses poèmes étant jugés séditieux (Gavriliade), Pouchkine est condamné à l’exil par l’empereur Alexandre Ier. Échappant de peu à la Sibérie, il est d’abord envoyé à Iekaterinoslav (l’actuelle Dnipro, en Ukraine), où il contracte une fièvre violente. Affaibli, il obtient la permission de voyager dans le Caucase et en Crimée, en compagnie de la famille Raïevski ; un séjour qui le marque profondément. Pouchkine est ensuite expédié à Kichinev en Bessarabie (actuelle Moldavie), avant de partir pour Odessa. Pendant cette première partie de son exil, passée dans le sud de l’empire, Pouchkine continue à mener une vie très déréglée, toute consacrée à l’amusement : conquêtes amoureuses, fêtes et jeu. Celle-ci, ainsi que son caractère enthousiaste, colérique et moqueur, le pousse à plusieurs reprises à des duels, dont il sort indemne.

À Odessa, Pouchkine est initié en franc-maçonnerie dans la Loge Ovide et il s’attire l’inimitié du gouverneur de la ville, Vorontsov (sans doute en raison de son penchant pour l’épouse de ce dignitaire), et est exilé dans la propriété familiale de Mikhaïlovskoïe dans le gouvernement de Pskov. Condamné à l’isolement presque total, le poète s’ennuie, il n’écrit et ne lit que rarement, car les seules distractions qui lui sont permises sont des promenades et courses à cheval, les visites qu’il rend à ses voisines, Praskovia Ossipova et ses filles et nièces, dans leur propriété de Trigorskoïe. Mais aussi les histoires que lui raconte sa nourrice Arina Rodionovna, à laquelle il vouera une reconnaissance toute sa vie, lui consacrant même des vers. À la mort d’Alexandre Ier, en décembre 1825, Pouchkine décide d’aller plaider sa cause à Saint-Pétersbourg, mais un pressentiment le fait revenir sur ses pas. C’est ainsi qu’il évite, à la demande de ses amis voulant le protéger, de se trouver mêlé à la révolte avortée des décembristes, à laquelle participent nombre de ses amis, même s’il se sent proche des idées révolutionnaires du cercle des décembristes (il adhère en 1819 à la société littéraire « La lampe verte » à l’origine de ce cercle).

Ces six années d’exil sont essentielles pour l’inspiration de Pouchkine : voyage dans le Caucase et en Crimée, découverte de la campagne russe profonde, discussions avec divers aventuriers, contes de sa nourrice. Ce sont aussi celles des premières grandes œuvres, encore fortement marquées par l’influence romantique de Byron : Le Prisonnier du Caucase (1821) décrit les coutumes guerrières des Circassiens ; La Fontaine de Bakhtchisaraï (1822) évoque l’atmosphère d’un harem en Crimée ; Les Tziganes (1824) est le drame d’un Russe qui tombe amoureux d’une Tsigane ; la Gabrieliade (Gavriliada, 1821), dont il devra plus tard se défendre avec acharnement d’être l’auteur-pour échapper à la Sibérie, est un poème blasphématoire qui révèle l’influence de Voltaire. Surtout, Pouchkine entame son chef-d’œuvre, Eugène Onéguinek (1823-1830), écrit sa grande tragédie Boris Godounov (1824-1825), et compose les « contes en vers » ironiques et réalistes.

En 1826, une fois matée l’insurrection décabriste, Nicolas Ier, nouvel empereur de Russie, fait revenir le poète à Moscou. En audience privée, il lui offre le pardon, à condition qu’il renonce aux débordements de sa jeunesse. Et, puisque le poète se plaint de la censure, l’empereur, se posant en protecteur des arts, lui propose d’être son censeur personnel. Pouchkine n’avait pas le choix, il accepte pour éviter l’exil.

Ainsi débute pour le poète une nouvelle phase de persécution politique. Pouchkine doit rendre compte de ses moindres déplacements aux autorités. Son activité littéraire est étroitement contrôlée. L’empereur va jusqu’à donner des conseils artistiques à son protégé : ainsi, à propos de Boris Godounov, « Faites-en un roman à la Walter Scott ! » Et le comble est que, simultanément, il passe pour un odieux collaborateur du despotisme aux yeux des libéraux, qui le considéraient comme l’un des leurs.

Pouchkine reprend sa vie oisive et dissolue. Il accompagne aussi l’armée russe de Ivan Paskevitch dans sa campagne militaire de 1828-1829 contre l’Empire ottoman. Cette aventure lui inspire un récit, Voyage à Erzurum, mais lui vaut aussi de nombreux démêlés avec les autorités, qu’il n’avait pas jugé bon d’informer de ses déplacements. Sur le plan littéraire, il achève Poltava (1828), poème à la gloire de Pierre le Grand.

Cependant, l’idée de se marier commence à obséder Pouchkine, persuadé que ce serait pour lui la voie du bonheur. Il jette son dévolu sur une jeune beauté moscovite, Natalia Nikolaïevna Gontcharova.

Après de nombreuses difficultés, principalement dues à la mère de la jeune fille, qui lui reproche son passé de débauché et de proscrit, Pouchkine finit par l’épouser à Moscou le 18 février 1831. D’abord installé à Moscou sur la rue Arbat, le couple déménage rapidement à Saint-Pétersbourg.

Pendant cette période de sa vie, Pouchkine, en pleine maturité littéraire, entame son œuvre en prose. Les Récits de feu Ivan Pétrovitch Belkine (regroupant Le coup de pistolet, La Tempête de neige, Le Maître de poste et La Demoiselle-paysanne sont composés à l’automne 1830, tandis qu’une épidémie de choléra bloque l’écrivain dans sa propriété familiale lors de L’Automne de Boldino. La Dame de pique (1833) est une longue nouvelle d’inspiration fantastique. La Fille du capitaine (1836), quant à elle, est une histoire d’amour qui se déroule pendant la révolte de Pougatchev. De cette période datent encore les « petites tragédies » : Le Chevalier avare (1836) d’influence shakespearienne, L’Invité de pierre (1836), qui reprend le thème de Don Juan, Mozart et Salieri et celui du Festin en temps de peste. Il compose aussi le célèbre poème du Cavalier de bronze (1833).

Pouchkine déploie également une intense activité de journaliste, notamment dans le cadre de la revue littéraire Le Contemporain. Celle-ci lui permet de révéler de nouveaux auteurs, comme Nicolas Gogol, dont il publie Le Nez, et à qui il fournit le sujet du Revizor et des Âmes mortes. Son prestige est énorme. Cependant, une partie du public, regrettant le ton exalté de ses premières œuvres, n’apprécie pas le style dépouillé des dernières. Politiquement, les réformateurs reprochent aussi à celui qu’ils voient comme un symbole de la cause libérale d’adopter une attitude trop servile à l’égard du pouvoir tsariste.

Cependant, si les dernières années de la vie de Pouchkine ne sont pas heureuses, c’est avant tout pour des raisons familiales. Sa famille et celle de son épouse sont une source constante d’instabilité surtout financière, qui gêne ses activités d’écrivain. Son épouse Natalia, avec qui il a eu quatre enfants, se révèle aussi particulièrement dispendieuse. Comme les activités de Pouchkine sont constamment contrôlées et interdites par les autorités, il n’a d’autre ressource que de solliciter l’assistance financière de l’Empereur, assortie de nouvelles contraintes et vexations.

Spectacle Pouchkine, prêt-à-poster.

Natalia est une femme coquette. Traînant son époux à toutes les fêtes, elle y tombe sous le charme d’un officier alsacien, le baron Georges-Charles de Heeckeren d’Anthès. Ce dernier se faisant de plus en plus pressant, les rumeurs de plus en plus venimeuses, Pouchkine tente une première fois de provoquer un duel. L’affrontement est évité de justesse, d’Anthès se prétendant amoureux de la sœur de Natalia et l’épousant sur-le-champ. Mais le Français, devenu entretemps le propre beau-frère de Pouchkine, reprend bientôt ses manœuvres de séduction. Des lettres anonymes proclamant Pouchkine « coadjuteur du grand maître de l’Ordre des cocus et historiographe de l’Ordre », commencent aussi à circuler. Exaspéré, le poète envoie une lettre d’insultes au père adoptif de d’Anthès, qu’il soupçonne d’encourager les entreprises malhonnêtes de son fils. Le 25 janvier 1837 (6 février 1837 dans le calendrier grégorien), une nouvelle lettre anonyme apprend à Pouchkine que Natalia a eu un entretien avec d’Anthès. Le duel entre les deux hommes est inévitable.

Pouchkine ayant refusé de retirer ces injures qui attentaient à l’honneur du père adoptif et du fils, les parties devinrent irréconciliables, et un duel fut décidé. Afin d’éviter tout drame familial, d’Anthès proposa à Pouchkine de se retirer, étant plus aguerri que son adversaire, ce que le poète refusa. Le témoin de d’Anthès, le vicomte Loran d’Archiac, attaché à l’ambassade de France, et le lieutenant-colonel Danzas (en), ami intime de Pouchkine, fixèrent ensemble les modalités du combat. Le soir du 8 février 1837 (ou le 27 janvier 1837 selon le calendrier julien en usage alors en Russie), les deux beaux-frères se retrouvèrent face à face, près du lieu-dit de la Rivière noire, non loin de Saint-Pétersbourg, accompagnés de leur temoin. Plus rapide, d’Anthès tira le premier et atteignit Pouchkine à la cuisse, faisant chuter le poète, qui en perdit son pistolet. À sa demande, son témoin Danzas lui procura le sien, avec lequel Pouchkine, quoique très souffrant, tira néanmoins deux balles en direction de son adversaire, la première ricochant sur un bouton d’uniforme et la seconde l’atteignant au bras droit. D’Anthès riposta et toucha le poète au ventre, blessure mortelle, et le duel cessa. Pouchkine fut ramené blessé chez lui dans la voiture du baron Heeckeren, à l’effroi de son épouse qui s’évanouit en le voyant. Il mourut deux jours plus tard des suites de sa blessure.

Sa femme le fait mettre dans un cercueil habillé en costume à la place de son habit militaire11. Une foule immensen vient rendre hommage à l’écrivain dans sa chambre. Les autorités prennent des mesures pour limiter le plus possible les manifestations publiqueso. Le service funéraire change de lieu au dernier moment. Il devait avoir lieu dans la cathédrale Saint-Isaac, mais finalement il n’est autorisé que dans le Храм Спаса Нерукотворного Образа (temple du Sauveur de l’image miraculeuse) à Saint-Pétersbourg. Son cercueil est ensuite transporté près de sa propriété familiale pour être enterré au monastère Sviatogorski dans le gouvernement de Pskov.

Après le décès de Pouchkine, d’Anthès fut incarcéré à la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg, puis passa en jugement, au cours duquel il protesta de l’innocence de Nathalie Pouchkine et affirma la pureté de ses propres sentiments. Il fut gracié par l’empereur compte tenu de la gravité des injures écrites par Pouchkine, puis reconduit jusqu’à la frontière. Sa femme, Ekaterina, qui n’avait jamais douté de lui, le rejoignit à Berlin. La paire de pistolets connut plusieurs propriétaires avant d’être vendue aux enchères et achetée par un collectionneur. A sa mort, il légua l’ensemble de sa collection sur les voyages et la Poste à la ville d’Amboise. Les pistolets, avec leur mallette de voyage, sont aujourd’hui exposés au Musée Hôtel Morin de cette ville. En 1989, cette paire de pistolets fut prêtée à l’Union soviétique.

Pouchkine était déjà considéré au moment de sa mort comme le plus grand écrivain russe. Les circonstances dramatiques de sa disparition l’ont transformé en véritable légende. Il bénéficie toujours d’une énorme popularité en Russie.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.