Aleksis Kivi, écrivain.

Aleksis Kivi (né Alexis Stenvall à Nurmijärvi le 10 octobre 1834 et mort à Tuusula le 31 décembre 1872) est un écrivain national finlandais considéré comme le père de la littérature finnoise.


Aleksis Kivi naît dans une famille de tailleurs à Nurmijärvi dans le Grand Duché de Finlande. Sa langue maternelle est le finnois mais ses parents parlent aussi le suédois, langue que le jeune Kivi apprend en entrant à l’école à Helsinki à 12 ans en 1846. Ce sera un avantage pour réussir son baccalauréat. En 1852, le manque de moyens l’oblige à interrompre ses études pendant trois ans. Il continue par la suite à étudier seul et obtient son baccalauréat à 23 ans à l’automne 1857. Durant les années 1821 à 1868, seuls sept garçons de Nurmijärvi sont reçus au baccalauréat et Aleksis est le seul d’entre eux à être issu des classes populaires. En 1857, il décide d’abandonner ses rêves d’être pasteur pour devenir écrivain.

En 1859, il est accepté à l’Université d’Helsinki où il étudie la littérature et s’intéresse au théâtre. À partir de 1863, il se consacre exclusivement à l’écriture. Toute son œuvre est écrite en finnois. On lui doit douze pièces de théâtre et le roman (Les Sept Frères) qu’il met dix ans à écrire. Les critiques littéraires, en particulier August Ahlqvist, critiquent ce livre pour sa dureté, le romantisme étant à son apogée à l’époque, mais peut-être aussi parce qu’il est écrit dans un dialecte finnois du sud-ouest alors qu’Ahlqvist préférait les dialectes de sa région d’origine du nord-est. Le Mouvement fennomane désapprouve aussi sa description d’une vie rurale peu vertueuse, description trop éloignée de leur point de vue idéalisé. Sa propension à boire beaucoup a pu aussi lui aliéner certains.

En 1865, Aleksis Kivi gagne le prix national de littérature pour (« Nummisuutarit »). Toutefois, l’accueil peu enthousiaste de ses livres l’affecte et le pousse à boire de plus belle. La détérioration de son état physique s’accentue alors que se développait sa schizophrénie dont on pense aujourd’hui qu’elle était causée par une borréliose.

L’été 1872, Kivi s’installe chez son frère Albert Stenvall à Tuusula. Quelques mois plus tard, la veille du jour de l’an, il y meurt, à 38 ans. On lui attribue ces derniers propos : « Je vis ! »

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.