Albert Roussel, compositeur.

Albert Roussel est un compositeur français, né à Tourcoing le 5 avril 1869 et mort à Royan le 23 août 1937.

Membre d’une famille de la bourgeoisie industrielle tourquennoise, dans laquelle on compte plusieurs artistes amateurs de bon niveau, Albert Roussel fait ses études secondaires à l’Institution libre du Sacré-Cœur de Tourcoing. Orphelin à l’âge de sept ans, il est recueilli par son grand-père, maire de Tourcoing, puis par sa tante maternelle. La lecture des romans de Jules Verne le décide à devenir marin. Il intègre le collège Stanislas de Paris, où l’organiste Jules Stolz lui fait découvrir Bach, Beethoven et Mozart.

Après avoir servi quelques années dans la marine (il a été admis à l’École navale en 1887), il décide en 1894 de se consacrer entièrement à la musique. Julien Koszul, grand-père d’Henri Dutilleux, lui donne des leçons d’harmonie à Roubaix et l’encourage à se rendre à Paris pour étudier le contrepoint et la fugue avec Eugène Gigout. Il s’inscrit en 1898 à la Schola Cantorum. Lui-même y enseigne le contrepoint entre 1902 et 1913, comptant parmi ses élèves Guy de Lioncourt, Jean Henry, Lucien Lambotte, Marcel Orban, Paul Le Flem, Roland-Manuel, Stan Golestan, Ladislas de

Albert Roussel, carte maximum, Tourcoing, 22/03/1969.

Rohozinski, Erik Satie, Edgard Varèse. En tant qu’ancien officier de marine, il rempile à 45 ans pendant la Première Guerre mondiale. Après la démobilisation, il continue d’enseigner en privé ; viennent solliciter ses conseils : Bohuslav Martinů, Émile Goué, Jaroslav Křička, Hans Krása, Julia Reisserova, Josef Páleníček, Piotr Perkowski, Pedro Petridis, Conrad Beck, Cesare Brero, Luigi Cortese, Jean Martinon, Jacques Leguerney, Joseph Vals, Jorgen Jersild, Knudage Riisagger, Suzanne Rokseth, Alexandre Voormolen, etc. Son influence sur les jeunes musiciens de l’entre-deux guerres qui le considéraient comme un chef de file est capitale.

Albert Roussel, épreuve de luxe.

Bien qu’influencé au début de sa carrière par Claude Debussy et Vincent d’Indy son professeur d’orchestration, Roussel fit preuve assez vite d’une grande originalité. Sa musique se distingue par le raffinement de l’harmonie, les audaces rythmiques et la richesse du coloris toujours au service d’une musique pure libérée de tout pittoresque ou de références folkloriques. Il a laissé entre autres des mélodies, de la musique de chambre, diverses pièces pour piano, deux concertos (pour piano et pour violoncelle), quatre symphonies (la troisième, en sol mineur, est considérée comme l’un des chefs-d’œuvre du genre), les ballets Le Festin de l’araignée, Bacchus et Ariane et Aeneas. L’opéra-ballet Padmâvatî et le triptyque symphonique avec solistes et chœur Évocations furent inspirés par son voyage de noces aux Indes.

Il a vécu au no 2 du square Gabriel-Fauré dans le 17e arrondissement de Paris de 1929 à sa mort survenue à Royan des suites d’un malaise cardiaque. Il est enterré dans le petit cimetière marin de Varengeville-sur-Mer, près de Dieppe (Seine-Maritime) avec son épouse Blanche Preisach (15 mars 1880 – 6 février 1962). Son tombeau, sculpté par Marcel Gaumont porte l’inscription suivante : C’est en face de la mer que nous finirons nos existences et que nous irons dormir pour entendre au loin son éternel murmure (A. Roussel). La bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris conserve son portrait peint par Claude-René Martin.

Source : Wikipédia.

 

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :