Alain Bosquet, poète et écrivain.

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 19981, est un poète et écrivain français d’origine russe.


Il est le fils d’Alexandre Bisk, négociant en timbres-poste et poète, et de Berthe Turianski. Il revendique dans son livre Une mère russe ses origines juives et sa confrontation à la politique raciale nazie. Émigré en Belgique, il fait ses études à l’université libre de Bruxelles, puis à la Sorbonne.

Mobilisé en 1940, il fait la guerre dans l’armée belge, et ensuite dans l’armée américaine et l’armée française. Il se retrouve rédacteur du premier journal de Charles de Gaulle, La Voix de France, à New York, en 1942. Il débarque avec l’armée américaine en Normandie en juin 1944.

De 1945 à 1951 il est chargé de mission au conseil de contrôle quadripartite à Berlin. En 1958, il part deux ans aux États-Unis où il est professeur de littérature française à l’université Brandeis. Il sera ensuite professeur de littérature américaine à

la faculté de lettres de Lyon de 1959 à 1960. De 1961 à 1971, il est directeur littéraire des éditions Calmann-Lévy. D’abord journaliste, traducteur et critique littéraire (Combat 1952/1974 – Le Monde 1960/1984 – Le Figaro et Le Quotidien de Paris), il se consacre au roman, à la poésie, à l’essai. Écrivain prolifique, il a notamment publié Langue morte, La Confession mexicaine, Le Middle West, Pierre Emmanuel, Une mère russe, L’Enfant que tu étais, Ni guerre ni paix, Les Fêtes cruelles, Le Métier d’otage, et trois romans parus en un tome, Les Solitudes.

Parmi les principaux livres de poèmes, tous parus chez Gallimard, on compte Poèmes, un, Poèmes, deux, Sonnets pour une fin de siècle, Un jour après la vie, Le Tourment de Dieu, Bourreaux et acrobates, Je ne suis pas un poète d’eau douce.

Alain Bosquet, carte maximum, Paris 16/02/2002.

Naturalisé français en 1980, il est élu membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1986.

Il a fondé et dirigé la revue Nota Bene de 1981 à 1995. Il fut membre du comité d’honneur de la Maison internationale des poètes et des écrivains de Saint-Malo.

Mort à Paris le 17 mars 1998, il est inhumé le 21 mars au cimetière de Montmartre.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.