Adolphe Cureau, médecin et administrateur colonial.

Adolphe Louis Cureau (1864-1913), né le 1er juin 1864 à Chartres et mort le 9 septembre 1913 à Paris, est un médecin et administrateur colonial français.


Après des études à l’École de médecine navale de Rochefort en 1884 il est docteur en médecine en 1889 dans la Marine.

Son premier poste est au Gabon, en 1891 il est chef du service médical de Brazzaville, l’année suivante administrateur du territoire et en 1893, il part en exploration dans la Sangha avec Brazza. En 1897, alors que Liotard est gouverneur de l’Oubangui, il est chef du Service médical du Haut-Oubangui. Au départ de Liotard, parti en congé réglementaire en France en 1898, il est commissaire du Haut-Oubangui, chargé d’assurer l’intérim avant son retour, mais ce dernier ne revient pas et en 1900, le docteur Cureau rentre épuisé en France. L’administrateur Henri lui succède.

Cureau, épreuve d’artiste signée.

En 1900, il démissionne de son statut de médecin de marine pour entrer dans l’administration. 1900 à 1902, il fait partie de la commission de délimitation entre le Congo et le Cameroun. 1906,au Moyen-Congo, il en est lieutenant-gouverneur, puis gouverneur en 1909. Il est ensuite gouverneur général de l’A.E.F. et termine sa carrière au Moyen-Congo.

Cureau, essais de couleurs.

Il écrit beaucoup, dessine, photographie des paysages et surtout des scènes de vie originales, comme celle prise à l’intérieur de la zeriba des femmes du sultan Rabah, le forgerons, les trophées des anthropophages, cranes exhibés à l’entrée des villages.

À la retraite en 1911, il meurt à Paris deux ans plus tard. Il laisse une fille Violette, morte âgée mais sans descendance directe.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.