Ville de Toulouse (Haute Garonne).

Toulouse  est une commune du Sud-Ouest de la France. Capitale pendant près de cent ans du royaume wisigoth, une des capitales du royaume d’Aquitaine et capitale historique du Languedoc, elle est aujourd’hui le chef-lieu de la région Occitanie, du département de la Haute-Garonne, et est le siège de Toulouse Métropole. Elle était également le chef-lieu de l’ancienne région Midi-Pyrénées jusqu’à sa disparition au 1er janvier 2016.

Avec 479 553 habitants au 1er janvier 2017, Toulouse est la quatrième commune la plus peuplée de France après Paris, Marseille et Lyon, ayant gagné 101 000 habitants au cours des 47 dernières années (1968-2015). Ses habitants sont les Toulousains et Toulousaines. L’aire urbaine de Toulouse regroupe 1 360 829 habitants en 20175, ce qui en fait aussi la quatrième du pays6. Avec 968 638 habitants en 2017, l’agglomération est la cinquième, derrière celle de Lille et devant celles de Nice et de Bordeaux.

Ville à l’architecture caractéristique des cités du Midi de la France, Toulouse est surnommée la « ville rose » en raison de la couleur du matériau de construction traditionnel local, la brique de terre cuite. Le développement de la culture de la violette de Toulouse au XIXe siècle en fait un emblème de la ville et lui vaut le surnom de « cité des violettes ». Elle est aussi, beaucoup plus rarement, surnommée la « cité Mondine » (la Ciutat Mondina en occitan), en référence à la dynastie des comtes de la ville, souvent nommés Raymond.

Reliant Toulouse à Sète, le canal du Midi est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1996. La basilique Saint-Sernin, plus grand édifice roman d’Europe, y est également inscrite depuis 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Congrès de Toulouse, carte maximum, 9/06/1973.

Toulouse est la capitale européenne de l’industrie aéronautique et spatiale avec les sites d’Airbus et de sa maison mère Airbus Group. Elle compte plus de 100 000 étudiants et selon L’Express il s’agissait de la ville la plus dynamique de France en 2009. Le magazine économique Challenges renouvelle ce titre en 2012 et 2015.

Le sport emblématique de Toulouse est le rugby à XV, son club du Stade toulousain détenant le plus riche palmarès sur le plan national comme sur le plan continental, avec 20 titres de champion de France et 4 titres de champion d’Europe.

Le cassoulet, la saucisse et la violette sont les spécialités emblématiques de la gastronomie toulousaine.

Toulouse a rejoint le mouvement Fab City, suivant l’appel lancé en 2014 par le maire de Barcelone, Xavier Trias, à ce que toutes les villes du monde deviennent autosuffisantes pour 2054.


Les environs de Toulouse sont occupés dès le Paléolithique inférieur mais ce ne sont que des traces d’occupation humaine du Néolithique qui sont retrouvées sous forme de village comme à Villeneuve-Tolosane. D’autres traces d’occupations par l’homme au VIIIe siècle av. J.-C. et au VIIe siècle av. J.-C. ont été trouvées comme en témoigne la nécropole du quartier Saint-Roch (vers la rue du Feretra), mise au jour en 2002.

Dès la moitié du IIIe siècle av. J.-C., bien avant l’installation romaine, le Languedoc occidental est occupé par une confédération de peuples gaulois, les Volques Tectosages, parmi lesquels un peuple, celui des Tolosates, occupe les environs de Toulouse. Au IIe siècle av. J.-C., un oppidum d’une centaine d’hectares est créé à Vieille-Toulouse, à quelques kilomètres au sud de l’actuelle Toulouse. Probable capitale des Volques Tectosages, le site est urbanisé à la mode italique, sur un plan orthogonal. Les Tolosates entretiennent des liens commerciaux avec l’Espagne et l’Italie et le reste de la Gaule par l’échange de vin, de blé et de métaux. De nombreuses amphores ont été retrouvées et prouvent la vigueur de ces échanges.

D’abord alliés de Rome, les Volques Tectosages se révoltent et sont défaits par les Romains en 107 av. J.-C., et Toulouse (Tolosa en latin) devient romaine. La ville protohistorique est alors un important centre administratif et militaire de la province Narbonnaise. Sous Auguste, vers la fin du Ier siècle av. J.-C., une ville nouvelle est établie à l’emplacement du centre historique actuel de Toulouse. Les Gallo-Romains, comme en d’autres grandes villes, édifient des aqueducs ainsi que de nombreux bâtiments maintenant détruits pour un grand nombre d’entre eux : un théâtre, un amphithéâtre de 14 000 places encore visible dans le quartier Purpan-Ancely, des thermes et plusieurs temples. Dès l’an 30, ils entourent la ville d’un grand mur d’enceinte fait de briques dont des pans sont encore debout de nos jours.

L’itinéraire de l’Anonyme de Bordeaux passe dans la région et mentionne ce site.

En 250, Toulouse est marquée par le supplice de Saturnin de Toulouse qui deviendra saint Sernin. Cet épisode marque l’apparition d’un culte minoritaire dans le Haut-Empire. Le IIIe siècle et IVe siècle sont prospères et la ville grandit. La première basilique Saint-Sernin est construite en 403 avec l’essor du christianisme dans la région. La brique est largement utilisée comme matériau de construction.

En 413, les Wisigoths envahissent la ville et choisissent Toulouse comme capitale de leur royaume. Les vestiges du palais Wisigoth de Toulouse, qui se situait sous l’actuelle place de Bologne, ont été redécouverts en 1988-1989. Sidoine Apollinaire a relaté en détail les fastes de la cour toulousaine de Théodoric II. Ayant une culture et une religion différentes, les Gallo-Romains et les Wisigoths se côtoient à Toulouse sans se mélanger jusqu’en 508 lorsque Clovis prend la ville, après avoir vaincu les Wisigoths à la bataille de Vouillé (en 507).

Les Francs ne restent cependant pas à Toulouse et la ville, maintenant coupée de la Méditerranée, perd de son influence. Elle sert surtout de place-forte face à la Septimanie à l’est et la péninsule ibérique au sud, détenus par les Wisigoths. Elle reprend néanmoins son indépendance pour former en 629 l’éphémère Royaume de Toulouse puis devient aux VIIe et VIIIe siècles la capitale d’un grand duché dont les frontières vont des Pyrénées à la Loire, et de Rodez à l’Océan. En 721, la ville est assiégée par l’armée arabe, qui est finalement défaite lors de la bataille de Toulouse le 9 juin 721, signant la fin de sa progression vers le nord. Au Moyen Âge, la ville reste longtemps indépendante. Les comtes de Toulouse étendent leur domaine sur la plus grande partie du Midi de la France. Témoin de la présence des comtes de Toulouse, les restes des fondations du château comtal ont été récemment mis au jour près de la porte sud de la ville médiévale à l’emplacement du palais de justice. Le christianisme s’impose à Toulouse et de nombreuses églises sont construites. En 1096, le pape Urbain II se rend à Toulouse pour consacrer la basilique Saint-Sernin. La cathédrale Saint-Étienne est édifiée au XIIIe siècle.

En 1152, un conseil commun de la Cité et des Faubourgs est mis en place par le comte. C’est le « capitoulat » formé de douze capitouls qui assurent dans un premier temps un rôle judiciaire. Puis ils acquièrent du pouvoir en rendant des ordonnances, percevant des taxes, levant une milice et assurant l’ordre et la justice dans la ville. En 1190, ils acquièrent une maison commune contre les remparts à proximité de la porte nord, qui deviendra le Capitole, aujourd’hui symbole de la ville. Cette période permet l’instauration de nombreuses libertés municipales. À la suite de la révolte du 6 janvier 1189, le Comte ne conserve plus que le pouvoir de battre la monnaie, et de lever des troupes en cas de menace extérieure. Parallèlement émerge une des premières sociétés par actions de l’histoire, les moulins du Bazacle sur la Garonne.

À la même époque, la papauté lance la croisade des Albigeois. Malgré la mort du chef des croisés Simon de Montfort et l’abandon de son fils Amaury, les hostilités aboutissent à l’entrée en dépendance du comté de Toulouse à l’égard de la royauté capétienne avec la signature du traité de Paris le 12 avril 1229. L’université de Toulouse est fondée la même année. En 1271, à la mort de Raimond VII, dernier représentant de la maison de Saint-Gilles, le comté est intégré au domaine royal français et devient le Languedoc.

C’est précisément pour contrer l’influence de « l’hérésie cathare », particulièrement vive dans la région, que Dominique de Guzmán fonde à Toulouse, en 1215, dans la maison Seilhan, l’Ordre des frères prêcheurs (aussi appelés Dominicains). En 1365, le pape Urbain V attribue aux dominicains de Toulouse les reliques du philosophe et théologien saint Thomas d’Aquin, dominicain célèbre, vraisemblablement pour dédommager la ville qui fut le berceau de l’ordre de n’avoir pu obtenir celles de saint Dominique lui-même. Ces reliques sont conservées à l’église des Jacobins.

Au XIVe siècle, la ville prospère grâce au commerce et devient la quatrième ville du royaume de France75. Mais, en 1348, la ville est touchée par la peste noire qui reviendra en 1361 puis au XVe siècle. Elle doit aussi assurer l’effort de la guerre de Cent Ans et subir le brigandage. Les faubourgs sont détruits et la ville se replie derrière ses fortifications.

Durant la Renaissance, de la fin du XVe siècle au XVIe siècle, Toulouse connaît une période de grande prospérité, grâce à l’industrie du pastel. C’est l’époque de construction de grands hôtels particuliers comme l’hôtel de Bernuy ou l’hôtel d’Assézat. La ville prospère et s’agrandit malgré le Grand incendie de Toulouse du 7 mai 1463 qui détruit les trois quarts de la cité et ruine plusieurs églises, couvents et autres édifices publics. Le 23 décembre 1468, par ses lettres patentes, le roi Louis XI ordonne le rétablissement du Parlement et de la Cour des aides à Toulouse, transférés auparavant à Montpellier. Toulouse est la quatrième ville de France à accueillir l’imprimerie, en 1476.

En 1560, les protestants et les catholiques s’affrontent dans de sanglants combats. En 1562, des Huguenots furent ainsi massacrés et leurs maisons pillées lors de troubles à la suite d’un édit de la reine autorisant les hérétiques à pratiquer leur culte en dehors des villes. Cela mena à une conjuration contre les catholiques et à de nombreux affrontements, qui se soldèrent par la défaite des Huguenots en mai de cette même année.

Au XVIIe siècle, le catholicisme triomphe. Les églises sont très fréquentées et de nombreux couvents s’installent en ville. Le parti pro catholique s’oppose au pouvoir central, en particulier lors de la révolte du gouverneur du Languedoc Henri II de Montmorency exécuté en 1632 place du Capitole. Deux symboles de la ville, le Pont-Neuf et le canal du Midi, sont réalisés respectivement en 1632 et en 1682. Le Capitole est reconstruit, quant à lui, au XVIIIe siècle. En 1762, se déroule l’affaire Calas : le cas d’un protestant injustement condamné provoque une célèbre intervention de Voltaire.

Toulouse entre dans la Révolution sans grand heurt. Seuls quelques pillages et quelques attaques de châteaux se produisent, le pouvoir du Parlement est respecté car il fait vivre la ville. Des conflits éclatent lorsque la suppression des provinces et des Parlements et la réforme ecclésiastique sont déclarées en 1790 et 1791. La ville est privée de son rang de capitale régionale et devient le chef-lieu de la Haute-Garonne. Les jacobins parviennent à la maintenir hors de la révolte fédéraliste (ce qui est déterminant pour éviter la jonction entre l’Ouest et le Sud Est). De même, en 1799, les républicains parviennent à faire échouer une révolte populaire dont le motif principal est le refus du service militaire obligatoire et le rejet de la politique répressive du Directoire vis-à-vis des prêtres.

Le 10 avril 1814, la bataille de Toulouse oppose les hispano-britanniques du maréchal Wellington aux Français du maréchal Soult, qui, bien que parvenant à résister, sont contraints de se retirer. La ville rose a donc été le théâtre de la dernière bataille franco-anglaise sur le sol français. La ville se rallie au roi Louis XVIII et à la Restauration après la chute de Napoléon Ier. Les républicains et les légitimistes sont majoritaires à Toulouse et il est difficile aux partisans de Louis-Philippe ou de Napoléon III de lutter contre leur alliance de circonstance. Les Républicains, en particulier Armand Duportal sont très actifs ; en 1848, la République est proclamée par Henri Joly depuis le balcon du Capitole ; en 1871 une Commune échoue.

Le 23 juin 1875, Toulouse connaît sa plus forte crue. Au débit de 8 000 m3 d’eau par seconde (300 m3 en temps normal), la Garonne monte à 9,47 m, inondant la quasi-totalité de la rive gauche, détruisant le pont d’Empalot, le pont Saint-Pierre et le pont Saint-Michel. Seul le Pont Neuf résiste. On dénombre 208 morts, plus de 1 200 maisons détruites et 25 000 sans-abri. Le 26 juin, le maréchal Mac Mahon se rend à Toulouse. À la vue du spectacle, il prononce la désormais célèbre phrase « Que d’eau, que d’eau ! ».

L’arrivée au pouvoir des radicaux, commerçants et entrepreneurs républicains soutenus par le journal La Dépêche du Midi où écrit Jean Jaurès se traduit par de grands travaux urbains avec la construction des grandes rues de type haussmannien comme la rue Alsace-Lorraine et la rue de Metz ; la ville s’agrandit progressivement du fait de l’immigration espagnole et de l’exode rural.

En 1856, l’arrivée du chemin de fer s’avère déterminante pour Toulouse. À partir des années 1870, quelques grandes artères sont percées sur le modèle parisien. Elles sont bordées de grands immeubles bourgeois et accueillent les premiers grands magasins.

Dans le premier conflit mondial, un service militaire mobilise tous les hommes aptes au Front ou comme réservistes ; nombreux sont les morts. Ces pertes seront comblées par la venue d’immigrés italiens, espagnols et polonais.

Avec la Première Guerre mondiale, Toulouse entre enfin dans l’ère industrielle avec la poudrerie et l’Arsenal qui emploient à eux seuls 50 000 ouvriers en 1917 ; c’est aussi en 1917 qu’un industriel venu de Bagnères-de-Bigorre, Latécoère, qui fabriquait jusque-là des wagons de chemin de fer, obtient de l’État un important marché de construction d’avions qui marque les débuts de l’industrie aéronautique à Toulouse, alors que la ville était jusque-là restée à l’écart de la révolution industrielle. Toutefois, dès avant la Grande Guerre, la population ouvrière était nombreuse, voire majoritaire, dans cette ville sans grande industrie (à l’exception des industries d’État, manufacture des tabacs, poudrerie et Arsenal) : les multiples petites entreprises spécialisées dans l’habillement, la chaussure et autres « articles de Paris » (cf travaux de Jean-Marc Olivier) opposaient une foule d’ouvriers (socialistes) des petits indépendants (radicaux) et une population de tradition plus rurale (très catholique).

Entre 1906 et 1924, les radicaux laissent progressivement la place à un socialisme municipal que dirigent Albert Bedouce puis Étienne Billières. Sous les mandats d’Étienne Billières (1925-1935) et d’Ellen-Prévot (1935-1940), la ville est transformée par la construction de grands équipements publics, tels l’actuelle Bibliothèque municipale sise rue du Périgord, le parc des Sports, un vaste programme de rénovation ou de création d’écoles, tous marqués par un style Art déco solennel et lumineux.

Entre l’été et l’automne 1940, des exilés germanophones réorganisent à Toulouse la direction du Parti communiste d’Allemagne (KPD).

À la fin du XXe siècle, 9 % des habitants de Toulouse est immigré, soit un peu moins de 70 000 personnes, représentant 40 % de la population immigrée de Midi-Pyrénées86. La population est plutôt présente dans le centre, où ils sont plus de 43 000, plutôt qu’en banlieue, où ils ne sont que 26 000. Les quartiers Bellefontaine, Reynerie, Bagatelle ont plus du tiers de leur population qui est immigrée, et concentrent 20 % des immigrés de la ville ; La Faourette et Papus ont chacun plus de 20 % de leur population qui est immigrée. La moitié des immigrés de Toulouse sont d’origine africaine.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.