Natacha, hôtesse de l’air.

Natacha est une série de bande dessinée franco-belge créée par Gos (scénario) et François Walthéry (dessinateur), publiée à compter de 1970 dans Spirou et éditée en album depuis 1971 par les éditions Dupuis, puis par Marsu Productions lorsque Dupuis en fait l’acquisition en 2013. Toujours illustrée par François Walthéry, la série changera douze fois de scénariste au cours de sa parution.


Le personnage de Natacha est créé en 1965 par Walthéry. Le premier album de la série, Natacha, hôtesse de l’air, est publié en 1970. François Walthéry travaille simultanément sur plusieurs séries durant cette période (Benoît Brisefer, Johan et Pirlouit, Les Schtroumpfs), délayant la sortie du premier album pendant ces cinq premières années.

Natacha, carte maximum, Belgique, 1993.

François Walthéry s’est inspiré de plusieurs personnages pour créer Natacha : Mireille Darc, France Gall, Dany Carrel, ainsi qu’une amie qui accepte de poser pour lui.

Le dessinateur, ayant une connaissance minime en aviation, aurait initialement été inspiré de plusieurs planches de Victor Hubinon (Buck Danny). L’exactitude des références dans ce premier album s’en retrouve impactée, ce que l’auteur corrigera dans les parutions suivantes.

La série est publiée de 1970 à 1997 dans Spirou et devient un favori des lecteurs du journal. De nouvelles éditions paraissent en 2006 et 2006. En 2014, une histoire inédite est publiée dans le Spirou.

Le 23e album intitulé Sur les traces de l’Épervier bleu paraît le 30 novembre 2018 chez Dupuis. Il est pour l’occasion prépublié dans le journal Spirou entre novembre 2018 et janvier 2019, du numéro 4505 à 4512.

Natacha, prêt-à-poster.

Natacha est une hôtesse de l’air. Ses aventures ont (presque) toujours un rapport avec les avions de ligne. Il arrive tout de même que certains scénarios n’utilisent pas ces ressources, et entraînent notre héroïne dans des aventures à l’occasion de ses temps de repos ou de ses escales. Sous des abords très corrects, le personnage de Natacha apporte une touche très sexy aux publications de chez Dupuis, sans jamais rien dévoiler ouvertement de sa féminité (en tout cas dans le cadre des albums – une vignette-gag « échappée » de la rédaction pour le premier tome montrait déjà Natacha seins nus).

Féministe et célibataire endurcie, elle est accompagnée dans ses aventures de son collègue et ami Walter, steward dans la même compagnie qu’elle : la B.A.R.D.A.F. Ils naviguent tous deux, la plupart du temps, sur des appareils pilotés par le Commandant Turbo (qui a régulièrement « déjà vu ça ») et son copilote Legrain. Natacha est en général calme et raisonnable (elle fait même preuve d’un courage exemplaire dans les pires situations) mais elle a un caractère bien trempé et a des réactions violentes face à la cruauté gratuite, les insultes, ou à la maladresse de Walter (l’auteur lui-même la décrit comme ayant la main leste : effectivement, elle n’hésite pas à flanquer des tartes). Par contre, ses aventures malheureuses avec les armes à feu et sa condition féminine ne la rendent pas très efficace en solo dans les nombreuses bagarres où elle se trouve mêlée.

À l’image des héros traditionnels de bande dessinée, elle a beaucoup de cœur et agit souvent pour la sécurité des autres. Natacha a eu une liaison avec un autre personnage de bande dessinée à savoir Jess Long. Dans Le Treizième Apôtre, on apprend que Natacha se destinait initialement à des études d’archéologie, malheureusement interrompues par des affaires familiales.

Natacha a passé son brevet de pilotage sur monoplan monomoteur (Natacha et le Maharadjah), et sait très bien tenir un volant (La Mémoire de métal).

Quelques planches de Waltéry où l’auteur décrivait la naissance de Natacha furent publiées en même temps qu’un pastiche signé Conrad et Yann (auteurs des Innommables), à l’époque chargés de remplir les espaces blancs dans le journal.

Natacha, projet non adopté, Belgique.

Le pastiche présente Natacha comme étant Benoît Brisefer par Waltéry, après que ce dernier ait reçu l’illumination (par une lampe de poche). Les absences relativement longues de Natacha et de Waltéry des pages du journal s’y expliquaient par les émeutes (de jolies filles, au plus grand ravissement d’un Waltéry pastiché, et de types informes voire monstrueux, au plus grand agacement de Natacha) que la présence trop régulière de ces derniers pouvaient provoquer. Le soin particulier apporté à ce pastiche (encrage précis, personnage parfaitement copié, couleur, humour moins gras, présentation en demi-planches complètes et non en inserts, à l’inverse des pastiches de Yoko Tsuno ou Papyrus) dénote d’un attachement certain à ce personnage de la part des pasticheurs, alors que les personnages qu’ils n’aimaient pas étaient en général beaucoup moins fidèles Dans l’enfer des hauts de page.

Les deux (la naissance de Natacha par Walthéry et le pastiche par Conrad et Yann) ont été publiés dans le même Spirou spécial été de juin 1980 numéro 2200.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.