Joseph Raseta, intellectuel et homme politique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :11 juin 2024
  • Temps de lecture :6 min de lecture

Joseph Raseta, né le 9 décembre 1886 à Marovoay et mort le 5 octobre 1979 à Antananarivo, est un intellectuel et un homme politique malgache. Hova d'origine né le 9 décembre 1886 à Marovoay, Joseph-Delphin Raseta est le petit-fils d'un officier du palais et commandant d’armes à Mahajanga dans la guerre franco-malgache de 1883-1885 et le fils d'un deka (aide de camp) du premier ministre Rainilaiarivony, gouverneur dans la province d'Iboina. Après des études à Tananarive aussi bien chez les frères des écoles chrétiennes (catholiques) et au collège des quakers de la Friends Foreign Mission Abroad, il entre à l’école de médecine de Tananarive, dont il sort diplômé en 1908. Médecin fonctionnaire de l’Assistance médicale indigène (1909-1922), il adhère, en octobre 1915, lors d’un congé à Tananarive, à la Vy, Vato, Sakelika (« fer, pierre, ramification »), association clandestine d’étudiants nationalistes. Au début de 1916, les dirigeants de la VVS sont condamnés pour complot contre l'État, mais Raseta n'est pas poursuivi. Cette circonstance lui est reprochée après 1947, semblant accréditer la thèse d'une manipulation policière à l'origine de l'insurrection malgache de 1947. Établi en 1922 comme médecin libre à Toliara, il devient en 1926 correspondant du journal anticolonialiste L'Opinion de Diego Suarez. Poursuivi successivement pour délit forestier en 1927 et pour collecte de cotisations en faveur de Jean Ralaimongo en 1929 et 1930, il est condamné, en 1933…

Continuer la lectureJoseph Raseta, intellectuel et homme politique.

Razakandraina Jean Verdi Salomon, poète.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :11 juin 2024
  • Temps de lecture :4 min de lecture

L’Auteur peut être considéré comme l’un des poètes malgaches les plus connus aujourd’hui. Dox, le vrai nom de Jean Verdi Salomon. Il est né le 13 janvier 1913 à Manankavaly, alors qu'il y dirigeait « l'hôpital des lépreux ». Son père est le Dr Samuel Salomon, mais il est en réalité originaire de la province d'Antsirabe. Dox a fréquenté de nombreuses écoles : école publique à Antsirabe, école protestante à Ambohijatovo nord, Ambohimanoro, Collège Paul Minault. C'est dans ce dernier Collège qu'il commence à écrire en contribuant au journal étudiant, et c'est à ce moment-là qu'il prend le pseudonyme de "Dox" (par opposition à "paradox", il dit l'avoir pris parce qu'il n'aime pas les "paradoxes". . Il commence à paraître dans le journal Fandrosoam-nytwe y Tatsinanana et continue d'écrire pendant quelques années, avant de publier successivement des livres : Ny Hirako (1940), Izy miravavy (1946), Hira va (1948), Solemita (1949), Rakimalala. (1955), Larivo (1956), Fleurs de tous (1956), Ny Fitiawany (1957), Apocalypse, Izy mirahalahi (1958), Conscience (1958), Amina Batsola (1958), Jaune pour prendre le royaume (1958), Telomiova (1960). À celles évoquées, s’ajoutent également les pièces de théâtre qui ont été publiées en livre ou qui ne l’ont pas encore été…

Continuer la lectureRazakandraina Jean Verdi Salomon, poète.

Albert Randriamaromanana, patriote.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :11 juin 2024
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Le lieutenant Albert Randriamaromanana est la définition ultime du patriote malgache, certes animé d’une conviction pure facilement manipulable, son parcours militaire sous les drapeaux français n’a pas annihilé son dévouement à la terre de ses ancêtres. Parcours d’un fusillé à 35 ans pour trahison à la France. Un héros à la fin tragique, durant les enquêtes du 14 avril 1947, le lieutenant Albert Randriamaromanana a déclaré dans le procès-verbal. « À Majunga, j’ai été révolté par la situation inférieure politique, sociale et économique des Malgaches en général vis-à-vis des étrangers. Les Indiens et Grecs auxquels appartient la côte Ouest de Madagascar, sans compter que la côte Est est sous la domination commerciale des Chinois et que leurs tentacules enserrent petit à petit l’ensemble du pays. J’ai eu à ce sujet de nombreuses conversations avec mon Capitaine de Régiment, le Capitaine Leviandier, pourquoi la France laisse faire ces personnes ? ». Né le 11 juin 1913 dans la capitale, il passe sa scolarité à l’école protestante d’Ambohijatovo Avaratra. Destiné à la carrière des armes, il intègre l’école des enfants de troupe à Betongolo à ses dix ans. Il en sort en 1932. Durant son parcours militaire, il enchaîne les promotions. Entre 1933 et…

Continuer la lectureAlbert Randriamaromanana, patriote.