Ville d’Alanya (Turquie).

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Sites et Monuments
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :17 mars 2024
  • Temps de lecture :3 min de lecture

Alanya, anciennement nommé Alaiye, est une ville balnéaire et un district de la Province d'Antalya dans la région méditerranéenne de la Turquie, à 166 km à l'est de la ville d'Antalya. Sur la côte sud de la Turquie, le district (qui comprend la ville et son agglomération) a une superficie de 1 598,51 km² et (recensement de 2019) habitants 327.503 (ville: 107 573 habitants, 2012). En raison de sa position stratégique naturelle sur une petite péninsule dans la mer Méditerranée à proximité des Monts Taurus, Alanya a été un bastion local pour de nombreux empires méditerranéens tels que l'empire ptolémaïque, l'empire séleucide, l'empire romain, l'empire byzantin, ou encore l'empire ottoman. L'importance de la ville d'Alanya s'est grandement développée au Moyen Âge avec le sultanat de Roum sous le règne de `Alâ' ad-Dîn Kay Qubadh, dont la ville tire son nom. Cette époque de construction a entraîné un grand nombre de création de monuments laissant un héritage culturel marquant à la ville (le Kule Kızıl (Tour Rouge), le Tersane (chantier naval), et le château d'Alanya). Le climat méditerranéen, les attractions naturelles et le patrimoine culturel font d'Alanya une destination populaire pour le tourisme. Ce secteur a évolué depuis 1958, pour devenir la principale industrie de la ville, résultant en une augmentation considérable…

Continuer la lectureVille d’Alanya (Turquie).

Bilge Kaghan, homme d’état.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :17 mars 2024
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Mo-ki-lien, connu par les inscriptions de l’Orkhon sous le nom de Bilge Kağan ou Bilgä qaghan (vieux turc : ð°‹ð°ƒð° ð°ð°€ð°´ð°ð°£, ou Bilge « le sage », chinois : 毗伽可汗 ; pinyin : píqié kèhán), né en 683 ou 684, et décédé en 734, est un khagan du Second Empire turc des Köktürks (ou Tujue, parfois orthographié T’ou-kiue), qui règne sur la Mongolie de 716 à 734. À la mort de Kapaghan le 22 juillet 716, l'Empire turc connaît une période d’anarchie. Son neveu, Kul-tégin, fils de Qutlugh, qui a acquis un grand prestige par ses victoires, s’empare du pouvoir au détriment du fils de Kapaghan, Bögü, qu’il met à mort ainsi que toute sa famille, à l’exception de Tonyukuk, beau-père du frère de Kul-tégin. Kul-tégin fait nommer kaghan son frère aîné, Mo-ki-lien. Les deux hommes doivent réprimer la révolte des vassaux turcs consécutive à la mort de Kapaghan et aux querelles de succession. Ils mènent une série de batailles sanglantes contre les neuf tribus Oghouzes (Tokuz Oghuz) et les neuf tribus tatares (Tokuz Tatar), qui nomadisent le long de la Kerülen, contre les Ouïghours et les Karlouks. Si les Turcs occidentaux reprennent leur indépendance, les deux frères parviennent à sauvegarder l’unité de l’Empire turc oriental autour de l’Orkhon. Mo-ki-lien a l'intention de se tourner contre la Chine, mais le vieux seigneur Tonyukuk l'en dissuade, arguant que les Turcs, épuisés par…

Continuer la lectureBilge Kaghan, homme d’état.