Franz Xaver Messerschmidt, portraitiste.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 décembre 2023
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Franz Xaver Messerschmidt est un sculpteur germano-autrichien né le 6 février 1736 à Wiesensteig (électorat de Bavière) et mort le 19 août 1783. Professeur-adjoint à l’Académie royale de Vienne, il fut le portraitiste des familles régnantes, des cercles aristocratiques et intellectuels, vivant dans la capitale autrichienne et en Bavière. Il est principalement connu pour sa série, les « têtes de caractère ».


Franz Xaver Messerschmidt grandit au sein d’une famille d’artistes et d’artisans dans la ville de Wiesensteig. Après la mort de son père, il se rend à Munich, chez son oncle, Johann Baptist Straub, sculpteur à la cour. Celui-ci prend son neveu âgé de dix ans, en apprentissage dans son atelier de sculpture, alors le plus important de Bavière. C’est là, en compagnie d’Ignaz Günther et de Christian Jorhan l’Ancien, que Messerschmidt commence à apprendre son métier.

Devenu compagnon à l’âge de seize ans, l’artiste quitte Munich. Il s’arrête d’abord à Graz, au domicile d’un autre frère de sa mère, le sculpteur Philipp Jakob Straub, chez qui il poursuit sa formation. En 1755, il se rend à Vienne et s’inscrit à l’Académie des beaux-arts. Son talent lui vaut les bonnes grâces du directeur de l’académie, le peintre de la cour, Martin van Meytens.

À l’issue de sa formation, Messerschmidt, s’installe à Vienne. C’est par le portrait que Messerschmidt commence sa carrière. Il reçoit très rapidement sa première commande en 1760, à savoir celle des portraits de la famille régnante (deux bustes en bronze doré représentant l’empereur François Ier et l’impératrice Marie-Thérèse pour la salle d’apparat à l’Arsenal). C’est de l’impératrice Marie-Thérèse que l’artiste reçoit en 1764 sa commande la plus importante, il est chargé de réaliser le modèle de la statue en métal, devant la représenter en reine de Hongrie. En 1765, après l’achèvement de cette statue, Messerschmidt part à Rome pour y effectuer un séjour d’étude de plusieurs mois.

À son retour de Rome, il conçoit les portraits de personnalités des Lumières viennoises en s’appuyant sur une riche tradition et une grande virtuosité technique. Il réalise les portraits du théoricien d’art Franz von Scheyb, du dramaturge Christoph Edler von Kessler et des médecins Franz Anton Mesmer et Gerard van Swieten. Cette série se caractérise par une approche singulière et unique du modèle : une tête disposée frontalement, le cou se terminant en pointe, l’absence des épaules, les yeux non incisés, la base constituée d’un bloc quadrangulaire de même matériau que la sculpture. La composition très resserrée et parfaitement géométrique. On ne trouve nulle trace en Europe de portraits semblables.

(suite…)

Continuer la lectureFranz Xaver Messerschmidt, portraitiste.

Izabela Textorisová, botaniste.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 décembre 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Izabela Textorisová (pseudonymes B. Rudinská, slovaque ; 16 mars 1866, Ratková – † 12 septembre 1949, Krupina ) fut la première botaniste slovaque à traiter des types inhabituels de plantes et de fleurs. Son occupation civile était commis des postes. Elle est née dans la famille de l'avocat Andrej Textoris et de son épouse Antónia, née Kôrková. Elle a appris elle-même six langues afin de pouvoir échanger des plantes et des connaissances avec des collègues  étrangers. En 1893, elle découvre une nouvelle espèce de chardon, qui sera plus tard nommée Carduus textorisianus Marg. en son honneur. Son herbier Herbarium Textoris, qui contient environ 5 000 articles, est conservé au département de botanique de la faculté des sciences naturelles de l'université Comenius de Bratislava. En 2018, un film documentaire journalistique a été créé sur sa vie à partir de l'atelier du CVTI SR intitulé Rendez-vous avec Belka du cycle Scientifiques slovaques de renommée mondiale , diffusé par RTVS le 17 août 2020. Source : Wikipédia.

Continuer la lectureIzabela Textorisová, botaniste.

Jozef Ľudovit Holuby, botaniste et ethnographe.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 décembre 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Jozef Ľudovít Holuby (25 mars 1836, Lubina, district de Trenčín  – † 15 juin 1923, Pezinok ) était un botaniste et ethnographe slovaque. Il était l’un des principaux représentants du mouvement national slovaque.

En 1850, il termine ses études de trois ans au lycée de Modra, il poursuit ses études de 1850 à 1856 au lycée évangélique de Bratislava et étudie ensuite dans les facultés de théologie de Vienne et de Prague. Depuis En 1856, il travailla comme éducateur à Bratislava, dans les années 1860-1861, il fut aumônier évangélique à Skalica, plus tard curé de paroisse, il travailla également à Zemianske Podhrady. À partir de 1909, il vécut à Pezinok pour se reposer.

Il n’était pas directement impliqué dans la vie politique, mais il était l’un des principaux représentants du monde. né mouvements. À Zemianske Podhradí, il a créé un point focal pour le renforcement de la sensibilisation et une barrière contre la pression de la magyarisation. Il était un partisan de la langue tchèque. coopération et réciprocité. Il a mené des travaux mineurs d’éducation publique et d’éducation, qui ont été des travaux pionniers dans le domaine culturel et scientifique.

Au lycée de Bratislava, il s’intéresse à la botanique, il se consacre à la fleuristerie et à la taxonomie. Il était membre de l’association des sciences naturelles et médicales de Bratislava et a construit trois herbiers avec sa propre collection, les échanges et les dons de ses collègues. Le premier, le plus important, comptait jusqu’à 12 000 pièces, il l’a vendu à Budapest et il se trouve aujourd’hui dans un musée à Bucarest. La collection de mousses a été achetée par le Musée de Transylvanie, ainsi que par d’autres herbiers des musées de Prague, Bratislava, Szarvas et Martina. Il a publié environ 250 articles botaniques en tchèque, slovaque, allemand et hongrois.

(suite…)

Continuer la lectureJozef Ľudovit Holuby, botaniste et ethnographe.