Dmitry Karbyshev, officier militaire.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 octobre 2023
  • Temps de lecture :7 min de lecture

Dmitri Mikhaïlovitch Karbychev ( 26 octobre 1880 à Omsk – 18 février 1945 à Mauthausen , Autriche) était un officier de l’ armée impériale russe, un général de l’Armée rouge , professeur à l’ Académie d’état-major soviétique ( docteur en sciences militaires ) et héros. de l’Union soviétique (à titre posthume).


Karbyshev est né à Omsk dans la célèbre famille cosaque sibérienne starshyna d’ origine Kryashen et parlait à la fois le russe et le dialecte Kryashen du tatar. Son père est mort quand il avait douze ans et il a été élevé par sa mère. Malgré des difficultés financières, il est diplômé du Corps des cadets de Sibérie(aujourd’hui Corps de cadets d’Omsk du ministère de la Défense) en 1898 et a ensuite fréquenté le Collège d’ingénierie militaire Nikolaev de Saint-Pétersbourg (Uchilishche), dont il a obtenu son diplôme en 1900. Il a été affecté au 1er bataillon de sapeurs de Sibérie orientale, en responsable des opérations télégraphiques sur le champ de bataille (chef de la section des câbles d’une société de télégraphie) et était en poste en Mandchourie.

Pendant la guerre russo-japonaise (1904-1905), Karbyshev était responsable de la construction de ponts et de la conduite de patrouilles de reconnaissance, ainsi que d’opérations télégraphiques. Il participa à la bataille de Moukden et fut décoré pour sa bravoure. Il est promu lieutenant ( poruchik) à la fin de la guerre.

Karbyshev a ensuite servi à Vladivostok . Il retourne à Saint-Pétersbourg pour obtenir son diplôme de l’Académie du génie militaire de Nikolaev en 1911 (aujourd’hui Université technique et de génie militaire de Saint-Pétersbourg ). Promu capitaine d’état-major , il est ensuite envoyé à Brest-Litovsk comme commandant d’une compagnie de sapeurs, et participe à la construction des fortifications de la forteresse de Brest.

(suite…)

Continuer la lectureDmitry Karbyshev, officier militaire.

Venera 1.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 octobre 2023
  • Temps de lecture :6 min de lecture

Venera 1, ou Station interplanétaire automatique Venus-1 (Avtomatitcheskaïa Mezhplanetnaïa Stantsia), est une sonde spatiale soviétique lancée vers la planète Vénus au tout début de l’ère spatiale. Lancée le 12 février 1961, la sonde devait recueillir des données scientifiques au cours d’un unique survol de la planète. Mais la sonde a été rapidement victime de défaillances de plusieurs de ses composants durant le transit entre la Terre et Vénus et tout contact a été perdu avant que l’objectif soit atteint.


En 1959, Sergueï Korolev, responsable du programme spatial soviétique, décide de lancer des sondes vers Mars et Vénus en profitant des opportunités orbitales d’automne 1960 (pour Mars) et début 1961 (pour Vénus), ce qui n’accorde qu’un délai très court pour la mise au point des sondes et de leur lanceur. Les deux sondes seront alors de conception identique, aux instruments embarqués près.

Le lanceur choisi fut une version modifiée de la fusée Molnia à laquelle on ajouta un quatrième étage Bloc L pour l’injection interplanétaire. Une station de poursuite nommée Pluton fut construite à Eupatoria en Crimée. La conception des sondes fut confiée au département no 9 de OKB-1 sous la direction de Gleb Yourievitch Maksimov. Le programme devait produire les sondes martiennes 1M et trois sondes 1VA#1, 1VA#2 et 1VA#3 (non lancée) pour Vénus.

La sonde pesait 643,5 kg et était composée d’un corps cylindrique de 1,05 m de diamètre, surmonté d’un dôme, le tout faisant 2,035 m de hauteur. Deux panneaux solaires de 1 × 1,6 m s’étendaient du corps et alimentaient une série de batteries argent-zinc. Sa température était régulée à 30 °C par des persiennes mobiles et homogénéisée par une circulation d’azote à 1,2 atm.

Une antenne parabolique de 2 m de diamètre en grillage de cuivre devait être déployée à l’approche de Vénus et servir à envoyer les données vers la Terre à 3,75 et/ou 937,5 MHz. Un mât avec une antenne de 2,4 m servait à communiquer en ondes courtes (187,5 MHz) à proximité de la Terre. Des antennes quadripolaires semi-directionnelles étaient disposées au dos des panneaux solaires pour la télémétrie (1 bit/s à 922,8 MHz pendant 90 minutes toutes les 24 heures) et le passage de télécommandes (à 770 MHz et 1/6 bit/s).

(suite…)

Continuer la lectureVenera 1.

Iakob Gogebashvili, éducateur, écrivain et journaliste.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 octobre 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Iakob Gogebashvili ( géorgien : იაკობ გოგებაშვილი ) (27 octobre 1840 – 1er juin 1912) était un éducateur géorgien, écrivain pour enfants et journaliste, considéré comme le fondateur de la pédagogie scientifique en Géorgie. Grâce à son manuel pour enfants magistralement compilé, Mother Language (დედა ენა), qui, sous une forme modifiée, sert encore aujourd’hui de manuel dans les écoles géorgiennes, chaque Géorgien depuis 1880 a appris à lire et à écrire dans sa langue maternelle.


Iakob Gogebashvili est né dans le village de Variani près de Gori, en Géorgie (qui faisait alors partie de la Russie impériale ) dans une famille pauvre d’un prêtre Simon Gogebashvili. Il étudie au séminaire de Gori et à Tbilissi avant d’entrer dans une académie de théologie à Kiev en 1861. Parallèlement, il suit les cours de sciences naturelles à l’ université de Kiev où il se familiarise avec les idées politiques des éclaireurs russes tels que Herzen , Belinsky et Chernyshevsky . Pourtant, contrairement à nombre de ses intellectuels géorgiens contemporains, il fut moins affecté par les radicaux russes que par un chrétien .expérience dans les séminaires de Gori et Tiflis. De retour en Géorgie en 1863, il enseigne l’arithmétique et la géographie au séminaire de Tbilissi et en devient plus tard l’inspecteur. L’appartement de Gogebashvili, fréquenté par les séminaristes, devint bientôt un refuge pour des discussions interdites sur l’art et la politique. Par conséquent, il fut démis de ses fonctions sur ordre du Saint-Synode de Saint-Pétersbourg en 1874.

(suite…)

Continuer la lectureIakob Gogebashvili, éducateur, écrivain et journaliste.