Alexandru Vlahuță, écrivain.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :2 septembre 2023
  • Temps de lecture :1 min de lecture

Alexandru Vlahuță, est un écrivain roumain, né le 5 septembre 1858 à Pleșești, (devenu aujourd’hui Alexandru Vlahuță) et mort le 19 novembre 1919 à Bucarest.

Alexandru Vlahuță passe son baccalauréat à Bucarest où il fait ensuite des études de Droit.

Alexandru Vlahuță est connu pour son œuvre România  pitorească traduite en français, en 1903, sous le titre La Roumanie pittoresque par Mărgărita Miller-Verghy. Il s’agit d’un aperçu du paysage de la Roumanie sous la forme d’un carnet de voyage.

En 1901, Alexandru Vlahuță fonde avec le poète roumain George Coșbuc, le magazine littéraire Sămănătorul. Il se lie d’amitié avec Nestor Urechia.

(suite…)

Continuer la lectureAlexandru Vlahuță, écrivain.

Tójó Szessú, peintre à l’encre.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :2 septembre 2023
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Tójó Szessú (雪舟 等楊 ; Oda Tójó depuis 1431, autres noms : Tójó, Unkoku, Bikeiszai ; 1420 – 26 août 1506 ) était le peintre à l’encre le plus important du Japon de l’ère Muromachi. Oda (小田家) est un descendant d’ une famille de samouraïs. Formé en tant que moine bouddhiste Rinzai Zen. Il a montré son talent artistique dès son plus jeune âge et est devenu l’artiste japonais le plus important de son temps, largement reconnu au Japon et en Chine. Il a acquis sa connaissance des esprits auprès de Tensó Súbun.

Sa peinture de paysage a été influencée par la dynastie chinoise Sung . En 1468-69, il se rend en Chine Ming, où il acquiert rapidement une  renommée. Après son retour, il fit construire un atelier et trouva de nombreux adeptes que l’on connaît aujourd’hui comme membres de l’école Unkoku-rin. La plupart de ses tableaux survivants portent la signature ou le cachet du peintre. Même si on ne peut lui en attribuer que quelques-uns. Son œuvre la plus significative est le « Long tableau à défilement » (山水長巻, Sansui csókan).


Szessú est né à Akahama, dans la province de Bitchu, qui appartient aujourd’hui à la préfecture d’Okayama. Son nom de famille est Oda, mais son nom d’origine est inconnu. Il reçut le nom de Tójó en 1431, qu’il acquit lors de son séjour dans le temple zen du Hofuku-ji. L’ouvrage d’Einó Kanó « L’histoire de la peinture japonaise » fournit des informations utiles sur la vie du jeune peintre. La source contient une anecdote bien connue sur le jeune peintre : vraisemblablement, le futur peintre n’étudierait pas le Zen, mais passerait plutôt plus de temps avec ses œuvres. Un jour, en raison de son mécontentement, il fut puni en étant attaché à un pilier dans la salle paroissiale. Au bout d’un moment, un moine est allé lui rendre visite, il a sursauté de surprise car il a vu une souris aux pieds de Szessú, mais c’était en fait juste un tableau que Szessú avait peint avec ses larmes. L’histoire est connue, mais sa réalité est discutable.

(suite…)

Continuer la lectureTójó Szessú, peintre à l’encre.

Theodor Aman, peintre et graveur.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :1 septembre 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Theodor Aman, né à Câmpulung le 20 mars 1831 et mort à Bucarest le 19 août 1891, est un peintre et graveur roumain d’origine arménienne, partie prenante de la renaissance culturelle roumaine.


Theodor Aman est l’élève de Constantin Lecca et de Carol Wallenstein à Craiova et Bucarest, puis de Michel Martin Drolling et de François Édouard Picot, à Paris, en 1850 et 1851. Après avoir exposé au Salon de 1853, il se rend à Constantinople, puis en Crimée, et commence à produire de grandes compositions historiques dont les thèmes sont en résonance avec les aspirations nationalistes roumaines. En 1855, sa Bataille de l’Alma figure à l’Exposition universelle de Paris.

De retour en Valachie, il est anobli par le prince Barbu Démètre Știrbei, qui lui accorde une bourse pour lui permettre de poursuivre ses études en  France. C’est ainsi qu’il fréquente en 1856 les artistes de l’école de Barbizon,

(suite…)

Continuer la lectureTheodor Aman, peintre et graveur.