Ilarie Voronca, poète et écrivain.

Ilarie Voronca, de son vrai nom Eduard Marcus (31 décembre 1903, Brăila, Roumanie – 4 avril 1946, Paris), est un poète et écrivain français d’origine roumaine.

Il est inhumé au cimetière parisien de Pantin dans la 110e division.


Jeune étudiant roumain, né dans une famille juive, passionné de littérature, Ilarie Voronca rencontre Eugen Lovinescu et publie ses premiers écrits en 1922 au sein du mouvement Sburătorul ; il s’agit alors de poèmes d’inspiration symboliste, influencés par les œuvres de George Bacovia et de Camil Baltazar. Les textes de cette période, au ton plutôt sombre et pathétique, tranchent avec le reste de son œuvre. Dès 1923, à l’âge de 20 ans, Voronca se distingue en publiant à Bucarest son premier recueil de poèmes, intitulé Restristi et illustré par Victor Brauner.

En 1924, Voronca devient l’une des figures clés de l’avant-garde artistique roumaine en créant, avec Victor Brauner, la revue 75 HP. C’est dans cette revue remarquable par ses audaces typographiques et graphiques, qu’apparaît la Pictopoésie, définie par Voronca comme une « superposition de surfaces géométriques, différenciées selon les couleurs et les reliefs, où les mots inscrits soutiennent par leur rythme le sens de la composition plastique ». Devenu une figure phare du constructivisme roumain, Voronca collabora aux principales revues de Bucarest : Contimporanul, Punct, Integral et Unu.

Voronca publie douze volumes en Roumanie, dont Colomba (1927), Ulise (1928), Peter Schlemihl (1932) ou Patmos (1933). Cependant, comme l’écrit le poète et essayiste français Christophe Dauphin, « l’apparente euphorie qui émanait de la création comme de la personnalité de Voronca cachait bien mal l’angoisse qui le rongeait souterrainement ».

En 1933, Voronca et son épouse Colomba s’installent à Paris, pour fuir les « ténèbres balkaniques », à l’instar de ses amis Tristan Tzara, Benjamin Fondane, Claude Sernet ou Jacques Hérold.

Continuer la lecture de « Ilarie Voronca, poète et écrivain. »

Alexandru Ciucurencu, peintre.

Alexandru Ciucurencu (27 septembre 1903, Tulcea, Tulcea, Roumanie  – 27 décembre 1977, Bucarest, Roumanie) était un peintre roumain, membre correspondant (depuis 1963 ) de l’ Académie roumaine.


Il débute sa carrière de peintre en 1916 à Tulcea, grâce à son apprentissage auprès du maître iconographe Mihail Paraschiv.

Il étudie la peinture à l’ École des Beaux-Arts de Bucarest (1921-1928), où il a pour professeurs George Demetrescu Mirea et Camil Ressu. Plus tard, il suivra des cours d’anatomie avec le Dr Rainer , à Baia Mare. Ciucurencu fait ses débuts artistiques au Salon Officiel de Bucarest en 1930. Après avoir travaillé pendant un certain temps avec le groupe d’artistes qui formait l’ École Baia Mare, il étudia à l’ Académie Julian de Paris et à l’ école d’ André Lhote. atelier. Dans leEn 1948 , il devient professeur, puis éditeur ( 1957-1968 ), à l’ Institut des Beaux-Arts Nicolae Grigorescu de Bucarest . Il était membre correspondant de l’ Académie roumaine depuis 1963.

Continuer la lecture de « Alexandru Ciucurencu, peintre. »

Dumitru Stăniloae, prêtre orthodoxe.

Dumitru Stăniloae (né le 16 novembre 1903 à Vlădeni (actuellement partie de Dumbrăvița, județ de Brașov) et mort le 5 octobre 1993 à Bucarest) est un prêtre de l’Église orthodoxe roumaine, théologien, universitaire et professeur.

En plus de commentaires sur les Pères de l’Église comme Grégoire de Nysse, Maxime le Confesseur, ou Athanase le Grand, et de la traduction en roumain de la Philocalie, son chef-d’œuvre, La théologie dogmatique orthodoxe, le révèle comme l’un des plus importants théologiens chrétiens de la seconde moitié du XXe siècle.


Dumitru est né le 16 novembre 1903 à Vlădeni, près de Brașov, en Roumanie. Sa mère, Rebecca Staniloae, est nièce d’un prêtre. Dumitru est le plus jeune de cinq enfants. À l’âge de treize ans, il commence ses humanités au lycée confessionnel Andrei-Saguna. L’année suivante, il reçoit une bourse de la fondation Gojdu. En 1922, il reçoit une bourse de recherches de l’Universitatea Regele Carol I din Cernăuţi (Université Roi Charles Ier de Tchernivtsi)1, mais, déçu par la qualité des cours et des manuels, il quitte l’université l’année suivante. De 1923 à 1924, il suit des cours à la Faculté des Lettres de l’université de Bucarest.

Rentré à l’Universitatea Regele Carol I din Cernăuţi, il est diplômé en 1927, complétant une thèse intitulée « Baptiser les enfants » sous la direction du professeur Vasile Loichiță. À l’automne 1928, Dumitru soutient sa thèse de doctorat « Vie et activité du patriarche Dosithée de Jérusalem et ses liens avec les pays roumains. » Au cours des années suivantes, il étudie la dogmatique dans le cadre d’une bourse du Centre métropolitain de Sibiu, en même temps qu’il participe à des cours dispensés par le professeur August Heisenberg à Munich. En 1929 et 1930, il étudie des documents concernant Grégoire Palamas, à Berlin, Paris et Constantinople.

À 26 ans (1929), il est nommé professeur à l’Académie théologique de Sibiu.

Continuer la lecture de « Dumitru Stăniloae, prêtre orthodoxe. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.