Gheorghe A. Polizu, médecin.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :12 septembre 2023
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Gheorghe A. Polizu (né en 1819, Bucarest, Valachie  - 16 octobre 1886, Bucarest, Roumanie ) était un médecin roumain, membre honoraire de l' Académie roumaine. Gheorghe Polizu a obtenu son doctorat en médecine à Berlin en 1845. Il a occupé les postes de médecin traitant dans les hôpitaux Philantropia (1852-1857) et Colțea (1852-1854). Il fut professeur universitaire d' anatomie descriptive (1869-1880) et de physiologie, trois fois doyen de la Faculté de médecine de Bucarest. Il fut membre fondateur de la Société Médicale Scientifique de Bucarest, doyen de la Faculté de Médecine de Bucarest (1869-1880), fondateur des publications médicales "Gazeta medica" (1865) et "Romania medica" (1857). En 1871, il fut élu membre honoraire de l'Académie roumaine. Le Dr Gheorghe Polizu s'est également impliqué dans la vie politique, étant élu député et sénateur d'Olt, sur les listes du PNL, dans plusieurs législatures. Gheorghe Polizu est l'auteur du premier manuel d'anatomie roumain "Abréviation d'anatomie descriptive... pour les médecins et les ambulanciers". Il a également publié un atlas de physiologie. Source : Wikipédia.

Continuer la lectureGheorghe A. Polizu, médecin.

Constantin Brăiloiu, ethnomusicologue.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :12 septembre 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Constantin Brăiloiu est un ethnomusicologue roumain né à Bucarest le 13 août 1893 et mort à Genève le 20 décembre 1958. Réfugié politique fuyant la dictature fasciste et plus tard le régime communiste en Roumanie, il développe sa carrière surtout en Suisse et en France. Il est considéré comme l’un des pères de l’ethnomusicologie européenne.


Constantin Brăiloiu étudie la musique à Bucarest, puis à Vienne et à Lausanne, où il fait la connaissance d’Ernest Ansermet, et enfin à Paris où il côtoie Maurice Ravel, Arthur Honegger et Darius Milhaud.

Le joueur de cornemuse Gheorghe Musuleac de Fundu Moldovei (Județ de Suceava, Bucovine), aquarelle d’Ioana Olteș. Abandonnant la carrière de compositeur, il se tourne vers l’étude des musiques traditionnelles de son pays. En 1928, il fonde à Bucarest les premières Archives de folklore roumain et se consacre à la collecte et à l’enregistrement de mélodies, dans de nombreux villages roumains, notamment en Transylvanie et en Olténie.

Recueillis dans les campagnes du sud-ouest de la Roumanie et transcris dans les années 1930, Les chants du mort paraissent ainsi en France en deux temps : Eugène Ionesco en fait une lecture, à partir d’une traduction d’Ilarie Voronca, sur Radio-Marseille le 21 juillet 1943, tandis que Constantin Brancusi les fait connaître à ses amis – dont Marcel Duchamp, Man Ray, Erik Satie – lors de soirées privées. Ce n’est qu’en 1947 qu’Albert Camus publie ces chants dans la collection « Poésie et théâtre » qu’il dirigeait chez l’éditeur Edmond Charlot. Roger Caillois a, quant à lui, inclus quelques chants dans son anthologie de la poésie universelle.

(suite…)

Continuer la lectureConstantin Brăiloiu, ethnomusicologue.

Dumitru Bagdasar, neurochirugien.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :12 septembre 2023
  • Temps de lecture :7 min de lecture

Dumitru Bagdasar (ou Dimitrie Bagdasar ,17  décembre 1893, Rosiești, Vaslui , Roumanie  – 16 juillet 1946, Bucarest, Roumanie  était un neurochirurgien roumain, professeur à la Faculté de médecine de Bucarest, fondateur de l’ école roumaine de neurochirurgie. Il était marié à Florica Bagdasar, la première femme ministre de Roumanie.


Dumitru Bagdasar est né dans une famille paysanne arménienne avec de nombreux enfants. Il était l’aîné des garçons. Doté d’une soif particulière d’apprendre et d’une prodigieuse force de travail, il fut un élève brillant, dès l’école primaire qu’il fréquenta à Idricii de Sus. Il parcourait à pied deux fois par jour la distance de quelques kilomètres entre la maison de ses parents à Rosiești et l’école d’Idricii de Sus, souvent dans l’obscurité, bravant le mauvais temps. Il suit ensuite les cours du lycée “Gh. Roșca Codreanu” de Bârlad (diplômé de la section moderne, promotion 1913). En 1913, il s’inscrit à la Faculté de Médecine de Bucarest , qu’il fréquente avec de grandes difficultés financières, devant gagner sa vie par ses propres moyens.

A la fin de la troisième année de collège, il travaille à l’Institut médico-militaire dans l’espoir de résoudre le « problème financier ». La Première Guerre mondiale intervient , il est mobilisé et envoyé au front comme médecin militaire, où il tombe malade du typhus exanthématique .

Démobilisé en 1918, il poursuit ses études de médecine jusqu’en 1922 où il obtient le titre de docteur en médecine avec la thèse « Contributions à l’étude du syndrome parkinsonien postencéphalitique » .

Il se concentre sur la neurologie à la clinique du grand neurologue, le Dr Gheorghe Marinescu . Après avoir obtenu son diplôme, il devient médecin secondaire à l’Hôpital Militaire où, dans les années 1922-1926, il accumule de vastes connaissances en neurologie et en chirurgie générale à la section de neurologie dirigée par le Dr Dimitrie Noica, respectivement à la section de chirurgie dirigée par le Dr Mihail. Butoianu. Il fréquente également le Laboratoire du Département d’Histologie – alors sous la direction du Dr Ștefan Besnea – et d’Anatomie Pathologique de Bucarest.

(suite…)

Continuer la lectureDumitru Bagdasar, neurochirugien.