August Treboniu Laurian, philologue, historien, écrivain et homme politique.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :10 septembre 2023
  • Temps de lecture :3 min de lecture

August Treboniu Laurian (de son vrai nom Augustin Trifan), est né le 17 juillet 1810, à Fofeldea, dans la commune Nocrich, située dans le județ de Sibiu en Transylvanie, actuellement en Roumanie et il est mort le 25 février 1881, à Bucarest, Roumanie. Philologue, historien, écrivain et homme politique roumain, l’un des dirigeants de la Révolution de 1848 de Transylvanie. Il a été professeur à l’Université de Bucarest, l’un des fondateurs de l’Académie roumaine (le 2 juin 1867), secrétaire général et président de la Société Académique Roumaine et président de la Section Littéraire (1867 – 1876).


August Treboniu Laurian a suivi les cours scolaires à Sibiu et à Cluj, ensuite, il a étudié à l’Université et à l’Institut Polytechnique de Vienne et de  Göttingen.

En 1842 August Treboniu Laurian a été nommé professeur au Collège Saint-Sava de Bucarest, où il s’est fait remarquer comme un excellent pédagogue. À Bucarest, il a rencontré Nicolae Bălcescu. Avec celui-ci, depuis 1845, il allait rédiger la première revue roumaine d’histoire, appelée « Magazin istoric pentru Dacia ». Les articles publiés dans cette revue d’histoire promeuvent un point de vue nationaliste concernant l’ancienneté, la continuité et l’unité des Roumains de la Transylvanie, de Moldavie et de la Valachie. Pendant la même période, en 1843, il a adhéré à la société secrète, de type franc-maçonnique « Frăția ».

August Treboniu Laurian a été un participant actif dans la Révolution de 1848. À la suite des conseils de Nicolae Bălcescu, il est revenu en Transylvanie natale et il y a contribué à l’organisation de la Révolution des Roumains transylvains, en tant que mobilisateur et dirigeant.

(suite…)

Continuer la lectureAugust Treboniu Laurian, philologue, historien, écrivain et homme politique.

Panaït Istrati, écrivain.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :10 septembre 2023
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Panaït Istrati (en roumain Panait Istrati), né à Brăila le 10 août 1884 et mort à Bucarest le 16 avril 1935, est un écrivain roumain de langue française, surnommé le « Gorki des Balkans ».


Panaït Istrati naît à Brăila, un port roumain sur le Danube, fils de la blanchisseuse Joița Istrate et d’un contrebandier grec, Gherasim Valsamis. Son père est tué par les garde-côtes alors que Panaït est encore bébé.

Élevé à Baldovinești, village proche de Brăila, il étudie à l’école primaire durant six ans, en redoublant la première année. Il gagne ensuite sa vie comme apprenti chez un cabaretier, où il apprend le grec, puis chez un pâtissier albanais. À la suite de cela il devient marchand ambulant, manœuvre, soutier à bord des paquebots du Service maritime roumain. Pendant cette période, il est un lecteur compulsif, et ses voyages le mènent à Bucarest, à Constantinople, au Caire, à Naples, à Paris et en Suisse. Il parle roumain, turc et grec avant tout contact avec le français.

En 1916, Istrati contracte la phtisie. Il séjourne dans un sanatorium suisse à Leysin et fait la connaissance de Josué Jéhouda, qui lui apprend le français et lui fait découvrir les romans de Romain Rolland. Istrati en est plus qu’impressionné et fait du romancier son maître à penser. Une fois rétabli, il travaille un temps comme ouvrier agricole à Vouvry dans la plaine du Rhône valaisanne où il se lie d’amitié avec le compositeur Arthur Parchet (1878-1946) auquel il offrira plus tard un piano de valeur, toujours visible au Musée du Vieux-Vouvry. Il erre ensuite dans l’Europe à feu et à sang de la Première Guerre mondiale. Il poursuit ses errances autour de la  Méditerranée et commence à écrire en français. Il envoie un manuscrit à Romain Rolland qui, ayant déménagé, ne le reçoit pas.

(suite…)

Continuer la lecturePanaït Istrati, écrivain.

Daniel Danielopolu, médecin, physiologiste et pharmacologue.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :10 septembre 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Daniel Danielopolu (né le 12/25 avril 1884 à Bucarest – décédé le 29 avril 1955 à Bucarest ) était un médecin, physiologiste et pharmacologue roumain , professeur d’université à la Faculté de médecine de Bucarest. Il a étudié l’interdépendance entre les systèmes nerveux somatique et végétatif, créé la méthode viscérographique en médecine expérimentale et clinique et contribué à la pathogenèse et au traitement de l’angine de poitrine. Précurseur de la théorie des systèmes biologiques et de la biocybernétique, promoteur de la pharmacologie non spécifique. Membre honoraire (depuis 1938 ) de l’ Académie roumaine.


Fils d’un professeur de la Faculté de droit de Bucarest, le jeune Daniel fréquente le lycée “Sf. Sava” de la capitale et devient étudiant en médecine en 1900, également à Bucarest. Il se distingue par son intérêt pour les recherches scientifiques qu’il entreprend avant de devenir – en 1910 – docteur en médecine et chirurgie. En 1912, il publie sa première monographie scientifique, « Troubles du rythme cardiaque » . Pendant la Première Guerre mondiale, il dirigea un hôpital pour le traitement des patients atteints de typhus exanthématique, maladie sur laquelle il publia, en 1919, à Paris , une monographie plusieurs fois rééditée. En 1918, il est nommé professeur à la Faculté de médecine de Bucarest, poste qu’il occupera jusqu’à la fin de sa vie.

Érudit d’une grande productivité scientifique, il est l’auteur de nombreuses monographies spécialisées. Danielopolu aborde, parmi les premiers au monde, un nouveau concept dans la description des fonctions biologiques, un concept aujourd’hui appelé biocybernétique , lié à la présentation des organismes et des fonctions des organes en tant que systèmes. Il fait une distinction nette entre les activités biologiques dans lesquelles des processus informationnels sont rencontrés et celles dans lesquelles de telles situations ne se produisent pas. Il était une autorité mondiale dans l’étude du système neurovégétatif , introduisant de nouvelles méthodes pour son investigation, telles que le test d’atropine et l’orthostatisme . Il est l’auteur d’études classiques sur le goitre endémique ,rhumatismes , angine de poitrine et introduction de nouvelles méthodes de traitement, notamment le traitement par strophanthine à dose fractionnée dans l’insuffisance cardiaque.

(suite…)

Continuer la lectureDaniel Danielopolu, médecin, physiologiste et pharmacologue.