Petre Ispirescu, éditeur, folkloriste et imprimeur.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :10 septembre 2023
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Petre Ispirescu ; janvier 1830 – 21 novembre 1887) était un éditeur, folkloriste, imprimeur et publiciste roumain. Il est surtout connu pour son travail de collectionneur de contes populaires roumains, qu’il raconte avec un talent remarquable.


Petre Ispirescu est né à Bucarest, fils de Gheorghe Ispirescu, barbier, et d’Elena Ispirescu, une remarquable conteuse. Il a grandi en écoutant d’innombrables contes populaires racontés par ses parents et par les clients et apprentis de son père. Ses parents voulaient qu’il soit prêtre et il fut chargé d’étudier avec un moine de l’église métropolitaine, après quoi il étudia avec un prêtre de l’ église Domnița Bălașa.

Il abandonne ses études en 1844 à l’âge de quatorze ans et devient apprenti à l’imprimerie dirigée par Zaharia Carcalechi , dans l’espoir de poursuivre ses études en lisant les livres qui y sont imprimés. Travaillant 14 heures par jour, il devient imprimeur diplômé en 1848. En 1854, il est engagé à la typographie de la Copainie. En 1858, dans le cadre des négociations sur l’unification des Principautés roumaines, l’imprimerie accepta de publier la correspondance secrète du prince Nicolae Vogoride, sans l’accord des censeurs. La police a arrêté toutes les personnes impliquées et Petre Ispirescu a été emprisonné pendant un mois et a perdu son emploi. D’ici la fin de l’année, Vasile Boerescu- partisan de l’union des Principautés roumaines et futur ministre des Affaires étrangères – lui propose le poste de directeur d’une typographie moderne qui possédait la première imprimerie mécanique de Bucarest et publiait le journal Naționalul. Sa position lui a fait connaître des hommes politiques et des écrivains contemporains comme Ion Ionescu de la Brad , Nicolae Filimon , Ion Ghica et Dimitrie Bolintineanu . En 1863, Vasile Boerescu vend la typographie et Petre Ispirescu devient directeur de la typographie publiant le journal du Parti libéral Romanul. À l’époque, le Parti libéral était le principal parti d’opposition. Le journal fut supprimé en 1864. Ispirescu, avec Walter Scarlat et Frederick Gobl, fonda alors l’ United Workers Typography. Un an plus tard, Ispirescu publie la brochure du typographe roumain. L’abdication en 1866 du premier dirigeant des Principautés unies de Moldavie et de Valachie, Alexandru Ioan Cuza , y est enregistrée avec tristesse. Après être devenu l’unique associé de l’imprimerie, il la rebaptise Maison d’édition de l’Académie roumaine en 1878.

(suite…)

Continuer la lecturePetre Ispirescu, éditeur, folkloriste et imprimeur.

Bazil George Assan, explorateur et économiste.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :10 septembre 2023
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Bazil George Assan (1er août 1860 – 16 juin 1918) était un ingénieur, explorateur et économiste roumain. Appartenant à une famille aisée de Bucarest, Assan fut une figure importante de l’industrialisation du Royaume de Roumanie. Il a étudié l’ingénierie, le commerce et l’économie, ce qui l’a incité à découvrir le monde. En 1896, il devient le premier Roumain à voyager dans l’Arctique et, entre 1897 et 1898, il devient le premier Roumain à faire le tour du monde. Ses voyages furent ensuite présentés au roi Carol Ier de Roumanie. Assan est décédé le 16 juin 1918 à Montreux , en Suisse.


Assan est né le 1er août 1860 à Bucarest dans une famille riche. Son père, George Assan, un Roumain de Moldavie, s’est installé dans la ville et a construit le premier moulin à vent de l’histoire roumaine (connu sous le nom de Moulin à vent Assan) sur les rives du lac Colentina en 1853. Sa mère était Alexandrina Assan, qui a pris en charge l’entreprise familiale depuis la mort de son conjoint en 1866 jusqu’à ce que son fils Assan la remplace en 1884. Gheorghe G. Assan, son frère né en 1862, a étudié le commerce à Anvers, en Belgique, et a occupé divers postes dans des institutions commerciales et autres.

Assan a étudié l’ingénierie à Liège, en Belgique, et l’économie à Montreux , en Suisse. En 1884, il retourne à Bucarest pour travailler dans l’entreprise de son père avec son frère. Ces deux hommes modernisent l’entreprise et construisent deux usines, l’une pour le savon et l’autre pour la peinture et le vernis. Assan a été l’une des personnes qui ont aidé le Royaume de Roumanie à s’industrialiser à peu près au même rythme que les autres pays européens. Il a également conçu un canal entre Cernavodă et Constanța (plus tard le canal Danube-mer Noire), publiant un article en 1899 à ce sujet.

Assan, avec le passionné d’aviation et d’automobile George Valentin Bibescu et le baron Barbu Bellu, fut le premier à introduire une automobile en Roumanie. Les deux premiers en ont demandé un à la marque FN Herstal . Comme Bibescu n’a pas eu le temps de l’enregistrer, Assan est devenu en 1900 la première personne à recevoir une plaque 1B. Cependant, Bibescu voulait être le premier, c’est pourquoi en 1901, la préfecture de la capitale lui a attribué la plaque 0B, ce qui ferait techniquement de lui le propriétaire de la première plaque en Roumanie.

(suite…)

Continuer la lectureBazil George Assan, explorateur et économiste.

Nicolae Ceaușescu, homme d’état.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :10 septembre 2023
  • Temps de lecture :19 min de lecture

Nicolae Ceaușescu, né le 26 janvier 1918 à Scornicești et mort le 25 décembre 1989 à Târgoviște, est un homme d’État roumain.

Après la mort de Gheorghe Gheorghiu-Dej, en 1965, il accède à la tête du pays en devenant secrétaire général du Parti communiste roumain (PCR). Il est élu président de la république socialiste de Roumanie par la Grande Assemblée nationale de Roumanie en 1974 (réélu en 1980 et 1985) et exacerbe le culte de la personnalité propre à ce régime totalitaire, dont il sera le dernier dirigeant et dont la police politique nommée Securitate forme l’armature. Il se décerne les titres de « Conducător », « génie des Carpates » et « Danube de la pensée », et pratique le népotisme.

Le régime communiste qui a été mis en place le 6 mars 1945, et dont Ceaușescu est l’ultime dirigeant, s’effondre le 22 décembre 1989, lors du coup d’État faisant suite aux révoltes de la population débutées à Timișoara. Trois jours plus tard, le 25 décembre 1989, Nicolae Ceaușescu et son épouse Elena sont jugés, condamnés et exécutés à l’issue d’une procédure expéditive semblable à celles que le régime utilisait contre les opposants et les dissidents.


À la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors que la Roumanie est occupée par l’Union soviétique, il devient secrétaire de l’Union des jeunesses communistes (1944-1945).

Après la prise du pouvoir par les communistes le 6 mars 1945 et l’abolition de la monarchie en décembre 1947, il devient successivement ministre de l’agriculture, puis ministre délégué aux forces armées de la République populaire roumaine sous la direction de Gheorghe Gheorghiu-Dej. En 1952, quelques mois après l’éviction de la ministre des Affaires étrangères Ana Pauker, il est nommé au comité central du Parti ouvrier roumain (nom du PCR à l’époque).

En 1954, Nicolae Ceaușescu est promu au bureau politique et son influence s’accroît jusqu’à faire de lui le « numéro deux » du parti.

(suite…)

Continuer la lectureNicolae Ceaușescu, homme d’état.