Le Danube.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Sites et Monuments
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :7 septembre 2023
  • Temps de lecture :16 min de lecture

Le Danube est un fleuve qui traverse ou longe dix pays d’Europe. Il prend sa source dans la Forêt-Noire en Allemagne lorsque deux cours d’eau, la Brigach et la Breg, se rencontrent à Donaueschingen où le fleuve prend le nom de Danube.

La longueur du Danube dépend du point de départ considéré : 2 852 km pour la confluence de Donaueschingen mais 3 019 km à partir de la source de la Breg1. Sur le continent européen seule la Volga, qui coule entièrement en Russie, est plus longue. Le Danube coule de l’ouest à l’est et baigne plusieurs capitales de l’Europe centrale, orientale et méridionale : Vienne, Bratislava, Budapest et Belgrade. Le delta du Danube s’ouvre sur la mer Noire : partagé entre la Roumanie et l’Ukraine, il est protégé par une réserve de biosphère et est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Danube est depuis des siècles une importante voie fluviale. Connu dans l’Antiquité comme frontière septentrionale de l’Empire romain, de nos jours le fleuve traverse ou longe successivement l’Allemagne (7,5 %), l’Autriche (10,3 %), la Slovaquie (5,8 %), la Hongrie (11,7 %), la Croatie (4,5 %), la Serbie (9,4 %), la Bulgarie (5,2 %), la Roumanie (28,9 %), la Moldavie (1,7 %) et l’Ukraine (3,8 %).

Son bassin versant s’étend sur neuf autres pays : l’Italie (0,15 %), la Pologne (0,09 %), la Suisse (0,32 %), la République Tchèque (2,6 %), la Slovénie (2,2 %), la Bosnie-Herzégovine (4,8 %), le Monténégro, la Macédoine du Nord, l’Albanie (0,03 %) et le Kosovo. (suite…)

Continuer la lectureLe Danube.

La Bataille de Plevna (1877).

Le siège ou la bataille de Plevna (Pleven en Bulgarie) est un épisode resté fameux de la guerre russo-turque de 1877-1878, lors du règlement de la Question d’Orient.

Les forces militaires russo-roumaines obligèrent le général ottoman Osman Pacha (1837-1900) à se retrancher à Plevna, à la fortifier et à creuser des tranchées pour tenir un long siège qui allait durer cinq mois, du 19 juillet 1877 (31 juillet dans le calendrier grégorien) au 10 décembre 1877 (22 décembre dans le calendrier grégorien).

Le pouvoir militaire ottoman de la Sublime Porte fut forcé de construire des ouvrages de défense à Constantinople et à Andrinople, qui deviendra elle aussi le théâtre d’une bataille, menant au traité de San Stefano de 1878.  Osman Pacha dut capituler.


Les Russes franchissent le Danube le 27 juin1. Avant le siège, les forces du général Osman Pacha se trouvaient à la forteresse de Vidin sur le Danube, non loin de la forteresse roumaine de Calafat.

Les troupes ottomanes, bien formées et sans réservistes, avaient une solide expérience du combat, ayant récemment vaincu le soulèvement serbe de 1875. À l’annonce de l’arrivée des Russes, les Turcs se préparèrent.

Mais ordre fut donné de la part de l’état-major de se porter en renfort de Nikopol (Bulgarie), point de communication important au bord du Danube, vers lequel les Russes se dirigeaient. Après consultation avec le sultan Abdül-Hamid, Osman Pacha met en mouvement le 13 juillet une partie des troupes (20 000 hommes environ) vers l’est ; mais avant d’arriver à Nikopol, il apprend que la ville-forteresse vient d’être investie par les Russes.

Au cours de cette bataille, le futur général Iossif Semionovitch Lochounov perd un bras.

(suite…)

Continuer la lectureLa Bataille de Plevna (1877).

Costache Negri, écrivain, homme politique et patriote.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :7 septembre 2023
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Costache Negri (né le 14 mai 1812 à Iași, Principauté de Moldavie – décédé le 28 septembre 1876 à Târgu Ocna (Principautés unies de Moldavie et de Roumanie) était un écrivain, homme politique et patriote roumain.


Costache Negri était le fils d’un riche noble. Il a fait ses études dans la maison de ses parents et à la cour du souverain Ioniță Sandu Sturdza, dont l’épouse était la tante de sa mère, puis à Chisinau et Odessa. En 1834, il fut envoyé étudier en France et en Italie. Il retourna en Moldavie à la fin de 1841. En 1842, il fut vénérable d’une loge maçonnique à Bârlad.

Le déclenchement de la Révolution de 1848 trouva Negri à Paris, où il s’enrôla comme volontaire dans les Gardiens de la Révolution et présenta le nouveau drapeau tricolore roumain au gouvernement français. En mars 1848, il lui fut interdit de retourner en Moldavie, mais avec un groupe d’exilés moldaves, il réussit à atteindre Brașov. Là, il participa à la rédaction de la déclaration de principes de mai 1848 et à la proclamation de destitution du dirigeant Mihail Sturdza. Après cela, il s’installe en Bucovine , où il coordonne le travail et la propagande du comité révolutionnaire de Moldavie, en exil, avec le soutien d’ Alexandru Ioan Cuza dans ses efforts. La défaite de la révolution en Valachiea brisé les illusions des Moldaves quant à la possibilité d’opérer des changements politiques majeurs en Moldavie également. En raison d’une épidémie de choléra et de l’opposition  croissante des autorités des Habsbourg, l’ensemble du groupe de révolutionnaires, y compris Negri, fut contraint de quitter la Bucovine et de retourner en France. Avec d’autres exilés roumains, Costache Negri se consacra en 1849 à la cause unioniste, mais eut bientôt l’occasion de retourner en Moldavie, où un nouveau dirigeant, Grigore Alexandru Ghica, avait été élu, qui le nomma à divers postes judiciaires et administratifs . . En tant qu’homme politique et patriote, il se fait remarquer surtout après 1851, lorsqu’il occupe sa première fonction publique – Părcălab de Covurlui. Avec l’internationalisation de la question roumaine, Negri entame à partir de 1855 une carrière diplomatique, qui fait de lui le diplomate roumain le plus éminent de la décennie suivante.

(suite…)

Continuer la lectureCostache Negri, écrivain, homme politique et patriote.